Recherche

Vatican News
Le Pape François et père Pedro Opeka, le 8 septembre 2019 à Antananarivo, Madagascar. Le Pape François et père Pedro Opeka, le 8 septembre 2019 à Antananarivo, Madagascar.   (AFP or licensors)

Père Pedro Opeka proposé pour le prix Nobel de la paix

Le Premier ministre slovène, Janez Janša, a proposé la candidature du père Pedro Opeka, missionnaire lazariste à Madagascar, né en Argentine d'une famille d'origine slovène, de la communauté d'Akamasoa, la «Cité de l'amitié», qu'il a fondée à Madagascar, pour le prix Nobel de la paix 2021.

Pour le Premier ministre slovène, père Pedro Opeka et sa communauté d'Akamasoa à Antananarivo, où le Pape François s'était rendu le 8 septembre 2019 lors du voyage apostolique au Mozambique, à Madagascar et à l'île Maurice, poursuivent les objectifs des Nations Unies, en travaillant pour le développement de la société et l'humanitaire.

«Un projet de paix global»

Depuis 1989, les efforts humanitaires du missionnaire et de ses collaborateurs à Madagascar sont devenus un projet de paix global dans la lutte contre la pauvreté, la marginalisation et l'injustice, afin de permettre aux pauvres du monde entier de vivre une vie digne, lit-on sur le portail du gouvernement de la République de Slovénie.

Janez Janša a également rappelé ce que l'ancien président de Madagascar, Hery Rajaonarimampianina, avait dit en 2014 à propos du père Opeka, décrit comme «un phare vivant d'espérance et de foi dans la lutte contre la pauvreté».

18 villages pour sans-abris

Le Lazariste a mené de nombreux combats contre la pauvreté, donnant de l'espoir à ceux qui vivent en marge de la société, leur offrant de nouvelles opportunités pour une vie plus digne. Depuis près de 50 ans, il aide les plus pauvres des pauvres et les sans-abris, en leur permettant de mener une vie indépendante, en leur offrant une éducation, un emploi et une indépendance financière. 

 

La communauté d'Akamasoa, qui a eu 30 ans en 2019, comprend désormais plus de 18 villages, où des personnes et des familles anciennement sans-abri vivent dans plus de 4 000 maisons en briques.

Il offre aux enfants et aux jeunes une éducation complète, du jardin d'enfants à l'université, et actuellement, environ 13 000 d'entre eux sont scolarisés. Les jeunes ont également la possibilité de se former à diverses professions.

500 000 pauvres aidés

Akamasoa dispose également de six cliniques, trois hôpitaux, quatre maternités et 18 terrains de sport. Grâce aux efforts du père Opeka et de ses collaborateurs, plus d'un demi-million de pauvres ont été aidés à Madagascar et Akamasoa parvient à fournir environ 5 millions de repas chaque année. Environ 500 indigènes travaillent dans cette «Cité de l'amitié», tandis qu'un total de 4 000 personnes travaillent dans les carrières, les petites exploitations agricoles et les différents ateliers et magasins.

Outre Akamasoa, le père Opeka a créé dans le pays diverses structures éducatives, désormais gérées par des institutions publiques. Entre autres choses, le religieux enseigne aux jeunes le respect de la nature, soutient fortement la reforestation et la protection des forêts -dont 70% ont été détruites à Madagascar. 

10 février 2021, 09:27