Recherche

Vatican News
Un panneau sur les mesures anti-coronavirus dans une église de Bruxelles, le 26 octobre 2020. Un panneau sur les mesures anti-coronavirus dans une église de Bruxelles, le 26 octobre 2020. 

La Belgique instaure une jauge de 15 personnes pour les célébrations religieuses

Le gouvernement belge continue à appliquer le principe de précaution. L'assouplissement attendu après la décision du Conseil d'État demeure finalement très restrictif. Seules 15 personnes seront autorisées à participer à des célébrations religieuses, à partir de ce dimanche 13 décembre.

En début de semaine, le Conseil d'État, saisi par la communauté juive d'Anvers, avait demandé au gouvernement belge de renoncer à l'interdiction stricte des célébrations religieuses publiques. Le ministre de la Justice Vincent Van Quickenborne a reçu les représentants des cultes afin de trouver un compromis.

La nouvelle jauge proposée devrait permettre à 15 personnes maximum (enfants de moins de 12 ans non compris) de se rassembler dans les lieux de culte dès ce dimanche 13 décembre. Ces groupes sont autorisés dans la mesure où on respecte les mesures suivantes : 10 m² par personne (sauf pour les bulles familiales) et les mesures de sécurité prescrites (désinfection, port du masque, distanciation requise).

«Cet assouplissement de 4 à 15 personnes permet aux paroisses d’accueillir davantage de fidèles pour la prière, pour un moment de méditation, allumer une bougie, une visite à la crèche ou offrir un don aux plus démunis. Beaucoup, en ces temps difficiles, usaient déjà individuellement de ces possibilités. Ce léger assouplissement offre de nouvelles opportunités dont celle de se rendre à l’église en famille ou en groupe. Nous réitérons notre appel à garder les églises ouvertes autant que possible et à offrir un bon accueil», écrivent les évêques. 

Un assouplissement, mais une frustration qui persiste

Mais concernant les messes, cette jauge de 15 personnes, encore plus restrictive que celle de 30 personnes qui avait été annoncée en France fin novembre avant d'être assouplie, suscitera des polémiques et des frustrations parmi les catholiques. «Les paroisses locales et les unités pastorales décideront de cette possibilité en tenant compte des éventuelles directives de leur diocèse, précisent les évêques. Les dimanches ordinaires et plus encore la veille et le jour de Noël, de nombreux fidèles se verront malheureusement refuser l’entrée. Les messes de minuit n’auront pas lieu suite au couvre-feu. En semaine aussi, l’eucharistie pourra être célébrée selon les mêmes règles.»

Il invitent tous ceux qui le peuvent à continuer à suivre les retransmission des messes sur la RTBF radio et télévision, les radios RCF et la télévision KTO. «En outre, plusieurs télévisions locales diffuseront une célébration de Noël en collaboration avec les diocèses», soulignent-ils.

Les évêques soulignent par ailleurs que «ce léger assouplissement du confinement ne doit nullement donner l’impression d’une diminution de la gravité de la pandémie. Une fois de plus, ils expriment leur solidarité avec le gouvernement, le secteur des soins de santé et tous ceux qui luttent sans relâche contre le virus. Ils méritent tout notre soutien. Ensemble, nous surmonterons la pandémie», concluent-ils.

11 décembre 2020, 12:13