Recherche

Vatican News
Accueil du Custode de Terre Sainte, le père Francisco Patton, à la Basilique de la Nativité de Bethléem, le 1er décembre 2018. Accueil du Custode de Terre Sainte, le père Francisco Patton, à la Basilique de la Nativité de Bethléem, le 1er décembre 2018.   (ANSA)

Terre Sainte: un Avent particulier s'ouvre à Bethléem

L'économie de Béthléem est à genoux à cause de la crise sanitaire. C'est un temps de l'Avent bien particulier qui s'ouvre demain en Terre Sainte. Entretien avec le Custode de Terre Sainte, frère Francesco Patton.

Francesca Sabatinelli - Cité du Vatican

Ce sera un Noël sans pèlerins en Terre Sainte, personne ne se fait d'illusions. Le Covid-19 a stoppé ce que même le conflit israélo-palestinien n'avait pas réussi à arrêter complètement. Bethléem et toute la Palestine vivent un moment de grave crise économique, liée au manque de tourisme et de pèlerinages. Bethléem est vidée par les visiteurs, les boutiques de souvenirs et d'articles religieux étant interdites d'ouvrir, et l'économie totalement en faillite.

Toutefois, le défi consiste maintenant à s'assurer que les célébrations de Noël puissent se dérouler dans le plein respect des normes sanitaires. La répétition générale aura lieu demain, samedi 28 novembre, avec l'entrée solennelle à Bethléem, à la veille de l'Avent, du père Francesco Patton, Custode de Terre Sainte, dont voici l'entretien. 

Frère Patton - C'est toujours une entrée très solennelle, avec la communauté de Bethléem qui nous accueille, nous marchons une courte distance jusqu'à la Basilique (de la Nativité), pour saluer les autorités et ensuite pour commencer, de manière solennelle, la célébration du temps de l'Avent. Nous allumons également la première bougie, en allant chercher la lumière de la bougie dans la grotte de la Nativité. C'est donc quelque chose de particulièrement solennel pour nous. Ce sera aussi un peu un test pour Noël, parce qu'il n'y a pas de pèlerins, mais il y a la communauté chrétienne locale. La paroisse de Bethléem est une paroisse assez grande, d'environ 5 000 fidèles latins. Mais en plus des latins à Bethléem, il y a aussi des chrétiens d'autres Églises et, à ces occasions, il est aussi facile de voir certains d'entre eux participer, parce que le climat, en général, en Terre Sainte, est aussi assez œcuménique, dans le sens où on se sent chrétien avant tout. 

 

Nous allons voir ce que nous pouvons faire, parce qu'en Israël il y a encore des restrictions liées au nombre de personnes qui peuvent participer aux célébrations à l'intérieur ou à l'extérieur, alors qu'en Palestine, en fait, il n'y a plus de restrictions, cela ne veut pas dire qu'il n'y a pas le virus et nous devrions aussi essayer de tout faire pour aider les gens à éviter qu'un jour de fête ne devienne ensuite la cause de larmes, après coup. Nous aurons ensuite un moment très important au début du mois de décembre, les 4 et 5, car il y aura l'entrée solennelle du nouveau patriarche, Mgr Pierbattista Pizzaballa. Cette entrée solennelle se fera à Jérusalem, ce sera sa première entrée en tant que Patriarche du Saint-Sépulcre, c'est une très belle et très significative célébration, il est accueilli dans le lieu le plus saint de toute la chrétienté. Le lendemain, il célébrera la Messe au Saint-Sépulcre et ensuite, lui aussi, aura son entrée solennelle (à Bethléem) la veille de Noël, le 24, et célébrera la Messe de minuit en l'église de Sainte Catherine. Là aussi, nous devons encore voir comment le faire, c'est pourquoi je disais que la célébration de demain sera aussi un peu un test, pour voir ce qui peut et ne peut pas être fait, ce qui est approprié et ce qui ne l'est pas.

Tout est soumis aux répercussions du Covid, mais à ce jour, il semble clair, malheureusement, que l'économie de la Terre Sainte a été mise à genoux. Quel état des lieux dressez-vous?

R. - C'est une situation très difficile pour nous et, en fait, nous la partageons surtout avec les gens qui vivent dans la région de Bethléem, parce que ceux qui vivent en Israël ont la chance de bénéficier d'un système d'aide sociale, une sorte de fonds de licenciement, mais ceux qui vivent dans les territoires palestiniens n'ont pas cette chance, parce que les capacités économiques de la Palestine sont beaucoup plus petites et que nos chrétiens vivaient principalement du pèlerinage.

Dans les environs de Bethléem, il est très triste, tout comme ici dans la vieille ville de Jérusalem, de marcher et de voir qu'il n'y a personne et aussi de voir que toutes les activités économiques de nos fidèles sont fermées.

Tous les hôtels qui ont accueilli les pèlerins sont fermés et pour beaucoup de nos fidèles, la situation est extrêmement pénible. C'est également douloureux pour nous, en tant que Custodie de Terre Sainte, car pratiquement depuis la fin février, nous n'avons plus d'entrées d’argent mais seulement des sorties, et même la Collecte Pro Terra Santa elle-même, le vendredi saint, il était impossible de le faire car nous étions dans l'œil du cyclone de la première vague de la pandémie ;

Le 13 septembre, dans de nombreux diocèses et dans de nombreuses paroisses, cela n'a pas été fait, donc nous aussi, au cours de ces mois, nous essayons vraiment d'économiser tout ce qui peut être sauvé, sachant que nous devons résister au moins jusqu'à Pâques 2021.

Nous continuons à prier, nous sommes une fraternité internationale, donc nous sentons, en ce moment, que c’est notre vocation de prier pour le monde entier, parce que tous nos pays ont été touchés. Dans certains l'impact a été plus dur que dans d'autres, mais c'est le monde entier qui pleure et qui est à genoux et a besoin de trouver la sérénité.

Vous avez souligné que la situation en Palestine est beaucoup plus dramatique qu'en Israël, où le système d'aide sociale soutient les personnes qui connaissent actuellement de graves problèmes de travail et de salaires. Quelle est la situation du point de vue sanitaire ? Même dans ce cas, il n'est pas difficile d'imaginer qu'il y ait une différence considérable...

R. - Il est évident qu'en Israël, il y a un excellent service de santé, je dirais même de première qualité, alors qu'en Palestine, il y a peu d'hôpitaux. Ce n'est pas qu'ils ne soient pas bons, ils sont bons, mais ils sont peu nombreux, insuffisants.

À Bethléem, par exemple, notre activité caritative, au niveau des paroisses, pendant ces mois, a aussi beaucoup aidé financièrement à l'achat de médicaments et de nourriture. Dans la pratique, ils sont devenus les deux postes de dépenses les plus importants de la Caritas paroissiale de Bethléem, car de nombreuses personnes ne sont même pas en mesure de payer les médicaments et dans de nombreux cas, après des mois d'absence de travail, il est également difficile d'acheter de la nourriture. Nous, par exemple, en Palestine, nous avons fait le choix de garantir 50 % du salaire à nos employés, et ce parce que cela représente un effort économique énorme pour nous aussi, parce que, je le répète, en Israël, c'est l'État lui-même qui garantit 70 % du salaire aux employés qui restent chez eux, il est clair que c'est quelque chose d'important pour la vie des gens. Nous espérons qu'une fois la pandémie passée, les pèlerins pourront eux aussi revenir et que les gens pourront eux aussi reprendre leur travail, dans la dignité.

27 novembre 2020, 16:01