Recherche

Vatican News
La basilique de la Nativité à Bethléem La basilique de la Nativité à Bethléem 

L'économie de Bethléem à genoux en raison de l'épidémie de Covid 19

Vincenzo Bellomo, de l'Association pro Terra Sancta à Bethléem, décrit la situation économique dramatique des familles palestiniennes en raison de l'arrêt du tourisme religieux et revient sur les projets de la Custodie de Terre Sainte pour aider la population locale.

Entretien réalisé par Fabio Colagrande - Cité du Vatican

En Terre Sainte, la deuxième vague de la pandémie, qui a débuté fin juin, a été plus intense que la première et continue de produire de graves répercussions sociales, en particulier en Palestine. La communauté chrétienne de Bethléem, qui fonde son économie sur le tourisme religieux, est particulièrement touchée par le blocus des pèlerinages, en place depuis le début du mois de mars. À une situation d'inquiétude face au virus, exacerbée par un système de santé structurellement déficient, est venu se greffer le malaise créé par la crise économique et le manque de travail. Les difficultés des familles sont exacerbées par le manque de soutien social public. C'est ce que confirme Vincenzo Bellomo, responsable des projets de l'Association pro Terra Sancta, une structure au service de la mission de la Custodie de Terre Sainte:

Nous avons eu une première alerte au coronavirus dans les premiers jours de mars dans toute la Terre Sainte. À l'époque, à Bethléem, nous avions le plus grand nombre de cas. Ce fut la même phase initiale de peur que l'on a pu voir en Italie et dans d'autres pays d'Europe. Puis, vers la fin du mois de mai et les premiers jours de juin, il semblait que l'urgence s'était éloignée. Mais depuis fin juin, les cas de coronavirus ont à nouveau fortement augmenté dans tout Israël et même ici en Palestine aujourd'hui, nous sommes à nouveau considérés comme "zone rouge". Quand on pense que les premiers vols avaient repris, il y avait de bons signes entre mai et juin... Mais maintenant, nous sommes au milieu de la deuxième vague, nous sommes en état d'urgence. La situation est très particulière en Israël, avec environ deux mille cas par jour, alors qu'ici en Palestine, la moyenne est d'environ six cents cas par jour. La situation reste donc malheureusement assez grave.

Quelle est la situation sanitaire actuelle en Palestine ?

L'Autorité palestinienne s'est d'abord sentie un peu mal à l'aise face à la pandémie, surtout parce qu'en Palestine, nous connaissons déjà une situation sanitaire critique en temps normal en raison de la situation politique. La gestion sanitaire du pays est donc pratiquement toujours en situation d'urgence. Au cours de ces trois ou quatre mois, l'Autorité nationale palestinienne a essayé de faire tout son possible pour s'organiser avec des centres dans les villes les plus importantes touchées par le virus. Un petit centre pour Covid avec cinquante lits a également été mis en place à Bethléem. Mais c'est un centre qui doit couvrir une population de près de deux cent mille habitants, vous comprenez donc que l'inquiétude est très forte. Aussi parce que près de la moitié de ces cinquante lits sont déjà occupés en soins intensifs. Je dirais donc que l'inquiétude reste grande, même si le malaise créé par la crise économique est actuellement plus fort que celui causé par le virus.

Les répercussions économiques et sociales pour la population palestinienne sont en effet très fortes...

Malheureusement, oui. Surtout, je dois dire, dans la région de Bethléem qui entraîne l'économie liée au tourisme religieux de pèlerinage dans toute la Palestine. Dans la région de Bethléem, la situation économique de la communauté chrétienne, de la minorité chrétienne, qui est ici principalement liée à l'accueil des pèlerins et à la gestion du tourisme religieux, est particulièrement affectée. Pensez seulement que depuis le 5 mars, tout est encore là et qu'il n'y a pas de sécurité sociale, pas de système d'aide. Dans ce cas, les familles sont la seule forme de soutien, d'aide. Qui peut le faire vient aider les différents membres de la famille. Mais la situation financière est très grave et nous n'avons malheureusement pas de projection sur la durée de cette crise. Ce qui est certain, c'est que tant que les pèlerinages ne reprendront pas, la situation financière des familles et des personnes que nous avons servies ici pendant de nombreuses années est vraiment en jeu.

La Basilique de la Nativité et les autres lieux saints sont-ils actuellement fermés ?

Ils sont fermés mais aussi ouverts. Je m'explique: la Basilique de la Nativité est aussi une paroisse, c'est donc le lieu central de la communauté chrétienne de Bethléem. Elle a été fermée ces trois dernières semaines, mais depuis le dimanche 26 juillet, elle est rouverte. Comme tous les lieux de prière, elle est fermée le week-end, mais en semaine, en respectant bien sûr les mesures de sécurité sanitaire, les chrétiens peuvent aller à l'église. Les frères et les religieux de la basilique utilisent les chapelles pour un petit nombre de religieux ou de paroissiens qui veulent encore assister à la messe, mais officiellement les sanctuaires, tout comme la "Grotte du lait" et le "Champ des bergers" sont fermés à Bethléem. En outre, comme il n'y a pas de pèlerins, tout est complètement fermé. Nous sommes soudainement passés d'une période où il y avait beaucoup de visiteurs et de pèlerins à la situation actuelle. Maintenant, on voit les hautes herbes pousser dans différentes parties de la ville, je dois admettre que c'est assez triste.

De nombreux Palestiniens ont investi, voire se sont endettés, en misant sur le tourisme car ils savaient que c'était une source sûre de revenus...

Oui, c'est ce qui est arrivé à nos communautés. Ces deux dernières années, il y a eu un "boom" de pèlerins, encouragé également par une situation politique toujours en équilibre mais stable par rapport aux années précédentes. De nombreuses personnes avaient donc exprimé le désir de venir en Terre Sainte, à tel point qu'il était presque difficile pour ceux qui arrivaient ici de trouver un endroit pour dormir. Cette situation économique a encouragé les familles à faire de petits investissements, à inscrire leurs enfants à l'université, à faire des projets d'avenir et donc aussi à s'endetter. Le problème est que tout est maintenant au point mort et qu'ici, l'Autorité palestinienne n'a pas d'État-providence, de sorte que pour les familles, la situation est assez dramatique.

Quelle est la situation des Bethléemites qui traversent le check-point israélien pour aller travailler à Jérusalem et dans les environs ?

C'est une petite partie de l'économie qui tient encore, parce que les permis de ces mois-ci ont été obtenus par Israël. L'Autorité palestinienne a essayé de stopper les mouvements entre les points de contrôle car en Israël le nombre de personnes infectées à cause de la pandémie était beaucoup plus élevé qu'en Palestine. On craignait donc que ces travailleurs ne deviennent des vecteurs de transmission du virus et ne l'introduisent ensuite dans les familles, dans un contexte où il n'y a pas de santé publique. C'était la principale préoccupation, mais le besoin de travailler pour soutenir la famille est plus élevé. Beaucoup de gens continuent donc à traverser le point de contrôle et depuis environ un mois maintenant, les autorités israéliennes et palestiniennes ont convenu que ceux qui passent le check-point pour aller travailler en Israël doivent avoir un endroit où dormir pendant au moins quatorze jours. Ensuite, lorsqu'ils retournent en Palestine, ils devraient en théorie faire un test, ou quelques jours de quarantaine. Je dois dire que la pandémie a également mis en crise le système de contrôles, de frontières, car c'est une crise qui touche tout le monde, et pas seulement une partie. Il y a donc des règles, mais il y a aussi beaucoup de confusion.

Quels sont les projets que vous essayez de soutenir à la population en ce moment ?

Je vis et travaille à Bethléem depuis treize ans, au service de la mission des Franciscains en Terre Sainte, avec l'Association Pro Terra Sancta, et pendant ces années nous avons toujours pris soin des gens. D'une part les besoins primaires des gens et d'autre part de communiquer la beauté de ces lieux. Nous nous occupons des personnes âgées, surtout en ce moment, elles sont parmi les plus touchées parce qu'il n'y a pas de système de retraite ici. Nous travaillons aussi avec les handicapés, avec les personnes en difficulté, nous avons un centre d'écoute que je gère directement avec un autre travailleur social où nous recevons les personnes qui ont besoin de soins de santé. Ici, en fait, il n'y a pas de système de santé publique qui fonctionne. Mais notre mission a toujours été axée sur le travail, en particulier pour les jeunes.

Au cours de ces semaines, nous activons également un projet important que nous voulons poursuivre avec courage, car il était dans nos rêves avant même la pandémie. Il s'agit du projet appelé "La Maison des Rois mages", qui veut être le premier centre d'emploi en Palestine. L'objectif est de donner au travail l'importance qu'il mérite pour tous, avec un regard particulier sur les personnes en difficulté. La Palestine, parmi les pays arabes, est celle qui compte le plus grand nombre de jeunes ayant des problèmes de handicap mental mais aussi de dépression. Cela est dû à des problèmes liés au conflit. Nous voulons offrir à ces jeunes, à ces personnes, une opportunité d'emploi. Travailler ici est aussi un moyen d'éviter l'émigration, de garder les familles ici. Si vous avez un emploi et un salaire décent, vous n'essayez pas d'émigrer, vous ne quittez pas votre maison, votre terre. En particulier en ces semaines où de nombreuses personnes ont perdu leur emploi, nous essayons également d'inventer des projets et des activités. Par exemple, la production de masques avec un groupe de femmes qui apprennent à les coudre. Ou des projets de rénovation de bâtiments. Nous essayons autant que possible de rester proches de la communauté locale en offrant des possibilités d'assistance et de proximité.

31 juillet 2020, 10:12