Recherche

Vatican News
Sant'Egidio Cuba engagé auprès des plus démunis Sant'Egidio Cuba engagé auprès des plus démunis 

L'engagement de Sant'Egidio à Cuba

Coronavirus, difficultés pour trouver de la nourriture et des produits de première nécessité : ce sont les besoins urgents des Cubains selon Rolando Garrido, le chef de la communauté Sant'Egidio sur l'île ; interrogé par Vatican News. Motif d'espérance en cette période marquée par la pandémie de Covid-19 : le volontariat se développe chez les jeunes.

Vatican News

L'urgence actuellement à Cuba, c'est la pandémie de Covid-19. Plus de cinq mille personnes sont actuellement infectées. Selon Rolando Garrido, le problème numéro un demeure «l'accès à la nourriture et aux produits de première nécessité, y compris les produits d'hygiène». Tout au long de l'épidémie, explique-t-il, la Communauté de Sant'Egidio a distribué chaque semaine plus de mille repas aux personnes âgées seules et aux sans-abri de La Havane, Holguin et Santiago de Cuba. «Des masques, du matériel d'hygiène ont été distribués, le besoin de protection a été expliqué aux plus pauvres. Nous étions le seul espace ouvert pour eux».

 

«Une grande nouveauté est que, bien que cela puisse paraître contradictoire, il y a actuellement beaucoup de personnes qui sont venues aider et servir les pauvres. Le nombre de bénévoles a augmenté. Nous avons rencontré de nombreuses personnes avec le désir d'aider, avec la soif de solidarité et avec l'espoir d'un temps meilleur, plus humain et pacifique».

Changements pour l'Église

Les mesures prises pour endiguer la pandémie ont, selon Rolando Garrido, le responsable de Sant'Egidio, posé une question importante pour l'Église et sur le fait d'être une communauté dans un moment d'urgence.

«Pour la première fois à Cuba, la messe dominicale, explique-t-il, a été diffusée à la télévision nationale et des stations de radio ont été ouvertes. Internet a également joué un rôle décisif, en ouvrant des voies peu utilisées et peu appréciées pour l'évangélisation». Rolando Garrido a souligné que «pendant la Semaine Sainte, avec nos jeunes, nous avons accompagné des centaines de personnes âgées pour les aider à vivre le Mystère le plus important pour la vie d'un chrétien. Nous avons fait les prières avec les anciens, nous avons entendu l'Évangile avec eux. Un mouvement spirituel pour ne laisser personne seul. L'Église a également joué un rôle très important dans l'accompagnement des plus fragiles: les cantines pour personnes âgées ont été maintenues ouvertes, en faisant de grands efforts pour trouver de la nourriture.»

Les plus pauvres sont les plus sages

«On peut aussi faire beaucoup pour accompagner les rêves et l'espoir des gens, voire pour leur communiquer un nouvel espoir. Souvent - explique le responsable de la Communauté de Sant'Egidio - nous vivons avec de grandes difficultés, les plus pauvres ont été nos professeurs. Ils nous ont appris que personne n'est si pauvre qu'il ne puisse faire quelque chose pour un autre qui vit dans la difficulté. C'est la véritable liberté et dignité de la vie : la capacité de donner quelque chose aux autres gratuitement».

Les fruits du voyage de François

Cinq ans après le voyage apostolique du Pape François à Cuba et aux États-Unis, l'île récolte les fruits du séjour du Saint-Père, surtout parmi les jeunes. «De nombreuses voies – affirme Rolando Garrido - ont été ouvertes. François est attrayant, non seulement pour le monde catholique mais surtout pour le monde laïque. Je pense, par exemple, à l'appel qu'il a lancé aux jeunes : vivre l'amitié sociale, c'est-à-dire collaborer tous à la construction de la société, malgré les différences de pensée et de croyance». D'où l'engagement de la Communauté à ouvrir des espaces de dialogue et de rencontre avec les jeunes, grâce aussi aux ouvertures nées après la visite de Jean-Paul II.

29 septembre 2020, 10:35