Recherche

Vatican News
Une réfugiée à Pibor, au Soudan du Sud (photo d'illustration). Une réfugiée à Pibor, au Soudan du Sud (photo d'illustration).  

Soudan du Sud: les Églises appellent à la fin des violences sexuelles dans les conflits

Le Conseil des Églises du Sud-Soudan a pris une position forte pour demander l'éradication des violences sexuelles qui touchent femmes et enfants dans les guerres.

Vatican News

Pour la Journée internationale contre la violence sexuelle dans les conflits armés, que les Nations-Unies ont instituée 2015 et fixée le 19 juin, le Conseil des Églises du Soudan du Sud (SSCC) a tenu à rappeler l'urgence de combattre ce type de violence. Dans une déclaration commune, les responsables des Églises du pays exhortent «les chefs de communauté, les jeunes armés et les milices locales à rendre sans délai les femmes et les enfants enlevés à leurs communautés et à s'abstenir d'utiliser la violence sexuelle pour résoudre les différends». 

Si la fin du conflit au Soudan du Sud semble se profiler avec la formation en février dernier d'un gouvernement d'union nationale, ces violences sexuelles, visant en particulier les femmes et les enfants, n'ont pas pour autant disparu. Dans leur déclaration, les membres du SSCC rappellent que «ce type d'abus est un moyen honteux de nuire, d'humilier et de stigmatiser la population civile et de miner la cohésion sociale».

Respecter les engagements signés

Soulignant le caractère sacré de la vie humaine, et rappelant «la dignité intrinsèque de tout être humain et son intégrité physique et mentale» , les responsables des Églises se félicitent dans le même temps «des engagements pris par les parties au conflit dans le pays pour protéger les civils, en interdisant aux forces armées respectives le viol, l'esclavage sexuel et le mariage forcé», conformément au droit international.

Le SSCC invite également toutes les parties du conflit à respecter l'accord de paix signé en 2018, et qui est le prélude au gouvernement d'union nationale, afin de construire un Sud-Soudan «inclusif et prospère». Cette déclaration est signée par l'archevêque catholique de Juba, Mgr Stephen Ameyu Martin Mulla, et les dirigeants des Églises évangélique, presbytérienne et pentecôtiste du Soudan du Sud. 

20 juin 2020, 15:12