Recherche

Vatican News
Une manifestation à Bamako la capitale malienne, contre le président IBK, le 19 juin 2020. Une manifestation à Bamako la capitale malienne, contre le président IBK, le 19 juin 2020.  (AFP or licensors)

L'archevêque de Bamako alerte sur le conflit au Mali

Dans le chaos malien, bouleversé par des tensions politiques post-électorales, des foyers de conflit dans différentes régions et l’ancien problème du djihadisme, l'archevêque de Bamako, le cardinal Jean Zerbo, s'inquiète de la présence d'armes dans le pays et invite les religieux à «être des sentinelles et agir comme des médiateurs afin de favoriser le dialogue et le retour au calme».

Avec Fides

Les élections du 29 mars dernier ont laissé un pays en proie à une forte instabilité politique dont il est difficile de sortir. Le responsable de l’opposition, Soumaïla Cissè, a été enlevé deux jours avant le scrutin et se trouve encore entre les mains de ses ravisseurs. Une partie de la population manifeste pour demander la démission du président Ibrahim Boubacar Keita, au pouvoir depuis 2013. 

Interrogé par l'agence Fides, le cardinal Zerbo s’inquiète de la situation politique du Mali, «Le problème pour le moment est de comprendre s'il convient d'organiser de nouvelles élections ou de laisser tout en l'état et de tenter de trouver un accord. Je crois qu'il est fondamental de faire tout le possible pour faire parler les deux groupes, lesquels doivent dialoguer entre eux et conjurer d'ultérieurs désordres».

Afin de créer des conditions de dialogue, des groupes de responsables religieux -musulmans, catholiques et protestants- sont mis en place pour faire pression sur le gouvernement. «Nous nous rencontrons régulièrement et cherchons à parler directement avec les protagonistes. Nous effectuons un travail constant afin d'éviter toute rupture», explique l’archevêque de Bamako. 

Selon le prélat, les religieux ont deux missions principales : «d'un coté, comme le dit Ezéchiel, se comporter en sentinelles, pas en espions mais en sentinelles, lorsqu'une menace se présente, nous devons avertir et chercher de résoudre le problème avant qu'il n'explose», de l’autre côté, «nous devons être des intercesseurs et lorsque une hostilité existe entre deux groupes, familles ou personnes, faire œuvre de médiation dans la vérité».

Le cardinal Zerbo ne cesse de le marteler: «Les religions chez nous ne sont pas divisées mais elles cherchent une ligne commune afin de favoriser la paix».

Le Sahel en flammes 

Dans la zone de Mopti, au centre du pays, ont récemment eu lieu de nouveaux affrontements. La mort annoncée par la France d'Abdelmalek Droukdal, chef historique des terroristes en action sur zone, devrait ralentir l'avancée des groupes djihadistes mais la tension sur différents fronts reste très forte.

Le cardinal malien s'interroge: «Dans notre pays est en cours un véritable conflit. Il serait important de bien comprendre quels intérêts se trouvent derrière cette guerre, parce que la population, par-delà les contentieux plus ou moins graves, a toujours cherché à cohabiter pacifiquement et à résoudre les problèmes de manière traditionnelle, sans avoir recours aux armes». Par ailleurs, il s’inquiète de la présence importante d’armes dans le pays.

Le nombre des réfugiés maliens a doublé depuis 2018. Actuellement, le nombre des évacués sur le territoire national est de 210 000 et déjà 73 000 maliens ont été contraints à fuir au cours de la période allant de janvier à fin mai de cette année. «La population fuit à cause du conflit parce que, outre le danger des armes, elle doit coexister avec des marchés toujours plus vides, des difficultés de déplacement», conclut l’archevêque de Bamako. 

24 juin 2020, 17:18