Recherche

Vatican News
Le cardinal Philippe Barbarin, le 7 mars 2019 Le cardinal Philippe Barbarin, le 7 mars 2019  (AFP or licensors)

Le cardinal Barbarin à la disposition du diocèse de Rennes

L'archevêque émérite de Lyon, le cardinal Philippe Barbarin, a annoncé à nos confrères de RCF qu'il allait devenir aumônier de la maison-mère des Petites Soeurs des pauvres, dans le diocèse de Rennes, dans l'Ouest de la France. Il pourrait également mener des missions à l'étranger à l'invitation du Pape François.

Vatican News

Le cardinal Barbarin, dont la démission a été acceptée par le Pape François le 6 mars dernier, s'est confié sur les ondes de la radio RCF, dont le siège est à Lyon. Dans un entretien diffusé ce vendredi, et dont des extraits ont été dévoilés dès jeudi soir, l'archevêque émérite de Lyon a dévoilé ce qu'allait être sa vie après avoir quitté le diocèse de Lyon qu'il a dirigé pendant presque dix-huit ans. À partir du 1er juillet il va devenir aumônier de la maison-mère des Petites Soeurs des pauvres à Saint-Pern, à une quarantaine de kilomètres au nord de Rennes.

 

Le cardinal affirme être «très content, très heureux. C'est toujours heureux de faire quelque chose de nouveau. Là c'est quelque chose que je n'ai jamais fait, être aumônier dans une grande maison de religieuses». Cette maison généralice abrite la mère supérieure des Petites Soeurs des pauvres, son conseil, des novices, des sœurs âgées et dans une maison annexe, accueille des personnes âgées.

Possibles missions à l'étranger

Outre ces fonctions d'aumônier, le cardinal Barbarin devrait donner quelques cours à la maison de propédeutique des séminaristes de Bretagne comme le lui a demandé l'archevêque de Rennes, Mgr Pierre D'Ornellas. Il pourrait également présider des confirmations ou prêcher des retraites spirituelles. Il retrouvera sur place Mgr Émile Marcus, 89 ans, archevêque émérite de Toulouse qui fut supérieur du séminaire des Carmes quand Philippe Barbarin y étudiait.

Fort de ses liens avec le Pape François et de sa connaissance du Proche-Orient, notamment du Liban, de l'Irak et de la Terre Sainte où il a récemment passé trois mois, le cardinal Barbarin pourrait également se voir confier des missions ponctuelles par le Saint-Père, sans donner plus de détails. Il a juste averti l'archevêque de Rennes que ces missions auraient la priorité sur ses autres activités.

Joie après la tempête

L'ancien Primat des Gaules aborde cette nouvelle étape de sa vie «plutôt avec joie». «Quand il y a le retour au calme après la tempête et le tsunami, on est plutôt content», reconnaît-il, faisant allusion à l'affaire Preynat qui l'a mis sur le devant de la scène médiatique. Depuis son retrait des affaires du diocèse de Lyon, géré par Mgr Dubost, administrateur apostolique depuis le 25 juin 2019, il a retrouvé «sa vraie vocation», celle d'être prêtre et des «contacts d'ordre spirituel» qu'il n'avait plus le temps d'avoir à cause de ses obligations.

Dimanche 28 juin, le cardinal Barbarin célébrera sa dernière messe à Lyon en la primatiale Saint-Jean-Baptiste.  

26 juin 2020, 10:24