Recherche

Vatican News
Le président du Liberia George Weah prononce un discours lors de l'ouverture du Dialogue National Économique, à Monrovia, le 4 septembre 2019 Le président du Liberia George Weah prononce un discours lors de l'ouverture du Dialogue National Économique, à Monrovia, le 4 septembre 2019  (ANSA)

Les Églises du Liberia inquiètes pour la stabilité du pays

Au Liberia, les Églises chrétiennes continuent d'œuvrer pour la paix et de panser les blessures laissées ouvertes par les deux guerres civiles ayant ensanglanté le pays entre 1990 et 2003. Mais elles suivent aussi avec préoccupation la récente recrudescence de la violence politique, qui s'accompagne de la menace d'une nouvelle guerre.

Lisa Zengarini - Cité du Vatican

Le Liberia se remet difficilement des deux conflits internes qui l'ont secoué pendant plus d'une décennie, faisant plus de 250 000 morts et des centaines de milliers de personnes déplacées. Près de deux ans après la victoire de l'ancienne star du football George Weah à l'élection présidentielle, et un an après la fin de la mission de paix des Nations-Unies, la situation est à nouveau sous tension. La crise économique est un facteur aggravant.

Violents affrontements au mois d'août

Le mécontentement populaire à l'égard du nouveau président Weah a donné lieu à plusieurs manifestations ces derniers mois. Les récentes élections partielles dans le comté de Monteserrado ont été accompagnées d'affrontements à Monrovia, la capitale du pays. Les partisans de la Coalition pour le changement démocratique (DC) se sont violemment opposés à ceux d'un groupe de partis d'opposition.

Mise en place d'une Commission d'enquête et d'un groupe d'observateurs

Face à cette situation, le Conseil des Églises du Liberia (LCC), dont est membre l'Église catholique, a décidé de créer une commission d'enquête. Le LCC travaille également à la création d'un groupe œcuménique d'observateurs, l'EOC, qui aura pour tâche de maintenir la paix, la démocratie et la stabilité dans le pays. Son objectif est également de responsabiliser les citoyens et de promouvoir la légalité et la justice. Le Groupe rendra compte de tous les cas et de tous les auteurs d'actes de violence. L'une de ses tâches consiste à promouvoir des campagnes contre ceux qui incitent à la violence politique.

La préoccupation du COE 

Le Conseil Œcuménique des Églises (COE), basé à Genève, a annoncé son intention de faire participer le LCC à la prochaine réunion du Conseil pour les droits de l'homme des Nations-Unies à Genève en mai 2020. Il a également exprimé des inquiétudes au sujet de l'instabilité au Liberia.

(Avec cath.ch)

04 septembre 2019, 17:27