Recherche

Vatican News
Cathédrale Saint Jean-Baptiste, San Juan, Porto Rico Cathédrale Saint Jean-Baptiste, San Juan, Porto Rico  

Porto Rico : une messe de réparation célébrée à la cathédrale de San Juan

Mgr Roberto Octavio González Nieves, archevêque de San Juan, a présidé hier une messe de réparation dans la cathédrale portoricaine, suite à des incidents qui avaient eu lieu le 24 juillet dernier devant l’édifice, en marge des manifestations populaires contre le gouverneur de l’île.

Adélaïde Patrignani – Cité du Vatican

La population catholique «s’est sentie offensée» en découvrant les images prises le 24 juillet dernier, a expliqué Mgr Roberto Octavio González Nieves dans son homélie. Les escaliers et l’entrée de la cathédrale de San Juan ont en effet été, pour quelques personnes, le théâtre de «gestes obscènes» et d’«expressions qui nous ont profondément offensé et nous ont manqué de respect», d’après les mots de l’archevêque portoricain.  

Cette «messe de réconciliation», comme l’a appelée le prélat, n’avait pas pour but «de condamner une danse ni de juger ces personnes, et encore moins de mettre en cause une manifestation historique qui a montré le courage, la noblesse et l’unité du peuple portoricain». Il s’agissait bien «d’accorder réparation au lieu» qui a subi des humiliations. «Le respect que l’on exige envers tout foyer familial ou propriété privée ou publique, nous le sollicitons aussi pour nos lieux de culte», a rappelé l’archevêque. «Quand on exerce la véritable liberté d’expression, on exerce envers les autres le même respect que l’on exige pour soi», a-t-il ajouté.

Plusieurs demandes de pardon

Mgr Roberto Octavio González Nieves a ensuite tenu à élargir la portée de cet acte de réparation, en demandant pardon «pour toutes les fois» où, «comme responsables religieux, comme peuple catholique», «nous avons offensé d’autres êtres humains» par diverses attitudes.

Puis il a souligné la «nécessité», pour le peuple portoricain et ses gouvernants, d’«expérimenter un acte de réparation qui éradique la corruption» sous toutes ses formes. L’archevêque, s’appuyant sur des propos du Pape François, a fermement dénoncé ce fléau, avant d’expliquer que «depuis deux semaines, ce peuple montre qu’il résiste à la corruption, qu’il n’a pas perdu la valeur de l’honnêteté, de la propreté». «Seigneur, pardonne-nous pour le mal de la corruption, non seulement gouvernementale ou privée, mais aussi la corruption ecclésiastique, celle des organisations à but non lucratif, celle des individus», a-t-il continué, priant Dieu d’aider chacun à «ne pas tomber dans le mal de la corruption».

Le prélat a aussi demandé pardon pour toutes les victimes d’abus sexuels de la part de membres de l’Église, pour toutes les personnes dont la dignité a été bafouée, et pour le manque de respect envers la création.

Prier pour le futur du pays, dans un contexte troublé

Il a enfin demandé de prier «pour Porto Rico, pour le présent et le futur de notre patrie, pour nos espérances». Le pays est «en train de vivre une révolution pacifique», et selon Mgr Roberto Octavio González Nieves des «leaders créatifs, intègres et humbles» sont nécessaires «pour écrire ce nouveau chapitre de [leur] histoire». Mais surtout, a-t-il conclu, l’île a besoin «de l’amour et de l’engagement de chaque portoricain pour hisser Porto Rico de sa condition coloniale et de l’inégalité sociale, pour jouir de la dignité et de la liberté que lui a donnée son créateur et qui, à partir de l’Évangile, a forgé son identité et sa culture».  

Porto Rico, île caribéenne affaiblie par des déboires économiques et climatiques, est plongée dans une crise politique qui s’est manifestée à partir de mi-juillet par un vaste mouvement de contestation populaire. Ricardo Rossello, gouverneur du pays, doit quitter ses fonctions ce vendredi 2 août à 17h, heure locale. Il a demandé à l'avocat Pedro Pierluisi d'être secrétaire d'État, et d'être le premier à succéder à lui comme gouverneur. Mais Pedro Pierluisi devra être confirmé à son poste par les élus du Parlement, où il ne fait pas l’unanimité.

 

02 août 2019, 16:16