Cerca

Vatican News
Émeutes à Djakarta, mercredi 22 mai, à la suite de la proclamation des résultats de la présidentielle.  Émeutes à Djakarta, mercredi 22 mai, à la suite de la proclamation des résultats de la présidentielle.  

Présidentielle indonésienne: les évêques appellent à accepter la victoire de Widodo

Le président Joko Widodo a été élu pour un second mandat à la tête de l'Indonésie, a annoncé la commission électorale mardi, déclenchant une vague de heurts dans la rue par les soutiens de l’opposition. Les évêques exhortent, eux, à reconnaître les résultats officiels, mercredi 22 mai.

«Les dernières élections présidentielles et législatives se sont révélées les plus difficiles pour la nation, des centaines de membres du Comité électoral sont décédés suite à une charge de travail excessive. Maintenant, nous devons accepter la décision de la commission électorale. Quiconque ait été choisi par le peuple et conduira la nation, fera certainement l’intérêt commun», écrit ainsi Mgr Agustinus Agus, archevêque de Pontianak (sur l’île de Borneo), au lendemain de l’annonce des résultats des élections indonésiennes.

«Nous désirons inviter les parlementaires et les représentants régionaux élus à toujours protéger le bien commun et la justice sociale», a-t-il ajouté.

Le 21 mai, la Commission électorale indonésienne annonçait la victoire du président sortant, Joko Widodo. Quelques 85,6 millions d’Indonésiens ont voté en sa faveur sur un total de 154 millions d’électeurs. A 57 ans, Joko Widodo débute donc officiellement son second mandat. 

Cette proclamation de victoire a déclenché, elle, mercredi, des scènes de chaos à Jakarta. Au moins six personnes ont été tuées et 200 autres blessées lors de heurts dans la capitale.

Le candidat de l'opposition, Prabowo Subianto, a dit mardi qu'il rejetait le résultat du scrutin du 17 avril. 

Environ un millier de partisans de Subianto s'étaient rassemblés dans la capitale pour afficher leur mécontentement. Les manifestations, d'abord pacifiques, ont pris un tour violent dans la soirée et les forces de l'ordre ont procédé à des tirs de gaz lacrymogène pour disperser les manifestants.

22 mai 2019, 16:42