Cerca

Vatican News
Forêt amazonienne, Brésil Forêt amazonienne, Brésil 

Au Brésil, création d’une commission épiscopale pour l’environnement

Le 25 mai dernier, le président de la Conférence nationale des évêques du Brésil (CNBB), Mgr Walmor Oliveira de Azevedo, a annoncé la création d’une commission épiscopale chargée des sujets liés à l’environnement et au développement.

L’annonce de cette création prochaine a été faite lors du séminaire “Exploitation minière et protection de la Maison Commune“, qui s’est déroulé à l’Université pontificale catholique du Minas Gerais (PUC-Minas).

D’après le président de la CNBB, la nouvelle commission épiscopale sera chargée d’établir «un dialogue entre l’Église et différents secteurs de la société, parmi lesquels figurent le pouvoir législatif et d’autres instances de l’État fédéral». Une nouvelle «accueillie avec satisfaction par l’ensemble des participants au séminaire», d’après cath.ch.

Durant cette session de travail au PUC-Minas, les évêques de la région ont également présenté les impacts de la tragédie de Brumadinho, survenue le 25 janvier dernier, et les menaces que l’activité minière fait peser dans de nombreuses régions du Brésil.

Le séminaire a été organisé par l’archevêché de Belo Horizonte, par la CNBB et le réseau “Églises et activité minière“, une plateforme œcuménique qui intègre différentes Églises d’Amérique latine, unies pour apporter leur soutien aux communautés victimes de l’exploitation minière. Mgr Bruno-Marie Duffé, secrétaire du Dicastère pour le Service du développement humain intégral, était également présent, envoyé par le Pape François. Quelques jours auparavant, il s’était rendu à Brumadinho pour y rencontrer la population locale, les entreprises et les autorités. Ce fut aussi l’occasion d’apporter le soutien du Pape à toute une communauté meurtrie, la catastrophe ayant fait 242 morts. L’État du Minas Gerais reste au centre des préoccupations plus de cinq mois après la rupture du barrage de Brumadinho. Selon l’Institut brésilien de l’environnement (IBAMA), sur les 500 barrages de ce type que compte cet État, plus de cinquante d’entre eux sont considérés comme «dangereux», et menacent de rompre à leur tour.

La future commission épiscopale abordera donc des dossiers cruciaux pour la protection de la population et de l’environnement brésiliens. À l’exploitation minière s’ajouteront sûrement les enjeux écologiques liés à la forêt amazonienne, objet du prochain Synode des évêques. Celui-ci se déroulera du 6 au 27 octobre prochain au Vatican, sur le thème “Amazonie: de nouveaux chemins pour l’Église et pour une écologie intégrale”.

Avec cath.ch

28 mai 2019, 15:55