Version Béta

Cerca

Vatican News
Le cardinal Gualtiero Bassetti, président de l'épiscopat italien, avec le Pape François. Le cardinal Gualtiero Bassetti, président de l'épiscopat italien, avec le Pape François.   (AFP or licensors)

Cardinal Bassetti: «Il y a eu de terribles lacunes sur les abus sexuels»

Entretien avec le cardinal Gualtiero Bassetti, président de la Conférence épiscopale italienne, sur l'après- Rencontre mondiale des familles de Dublin et sur la lutte contre les abus dans l'Église.

Alessandro Gisotti - Cité du Vatican

Le renouvellement de l'Église et de la société passe par les familles. Le cardinal Gualtiero Bassetti, archevêque de Pérouse, en est convaincu. Il a récemment vécu avec les familles italiennes la rencontre de Dublin et le voyage apostolique du Pape François en Irlande. Interviewé par Vatican News, le président de la Conférence épiscopale italienne ne manque pas de réitérer la dénonciation du crime terrible d'abus sexuel, en remerciant le Pape pour la force et la clarté avec lesquelles il fait face à ce fléau. 

 

Cardinal Bassetti: La rencontre mondiale des familles a certainement été un moment très important. De profondes questions se sont posées: des questions de sens, comment se réconcilier dans la famille, l’éducation des enfants… Tous les thèmes des familles, de la famille, sont apparus et le Pape a réagi avec une immédiateté qui nous a vraiment frappés. Il était très brillant, très vivant!

Vatican News: En tant qu’évêque et que pasteur, que pouvez-vous ajouter à ces paroles du Pape et aux témoignages de ces familles ?

Le Pape a expliqué les trois mots qu'il utilise souvent. «S’il vous plait»: cette délicatesse toujours nécessaire dans les relations entre parents, enfants, grands-parents ... Chaque personne doit toujours être véritablement respectée. Ensuite, «merci», car si la famille ne vous remercie pas de ce que vous donnez et de ce que vous recevez, cela ne devient qu'un échange bureaucratique. Puis ce mot de «pardon»: ne finissez jamais un jour sans réconciliation. Il a beaucoup parlé de réconciliation, de pardon avec des conseils pratiques.

Quelle aide les familles chrétiennes peuvent-elles apporter à l'Église à un moment où en Irlande, d'une manière particulièrement douloureuse, et dans d'autres pays, il y a des scandales qui corrodent le témoignage, la force et la crédibilité de l'Église?

Dès le début de la messe, le Saint-Père - et cela a été écrit de sa propre main - a procédé à un examen de conscience en cinq ou six points, ce qui était beaucoup plus qu'un examen de conscience. Il a délivré un message très précis sur les terribles lacunes qu’il y a eu. Il n’a pas hésité à appeler les problèmes par leur noms dans son discours sur la pédophilie. C’est vraiment un père de famille. J’ai été ému car il a eu le courage de dire: «Ça suffit ! Ceci n’est pas le visage de l’Église ! Ces choses ne doivent plus se répéter».  

La famille est, selon moi, le plus grand élément de dissuasion en ce sens, car si la famille est ce qu’elle doit être – l’image de la Trinité pour l’humanité-, elle devient le fondement de toute la société et vice-versa, il n’y a pas de sociétés sans famille, ni de famille sans société.  

Il a été annoncé à la fin de la Rencontre de Dublin que Rome accueillerait le prochain événement en 2021. C'est un grand et beau défi pour l'Église italienne ...

C’est un défi pour l'Église italienne. Je crois que le synode des évêques sur les jeunes, la foi et le discernement vocationnel sera la meilleure des préparations car Rome attire le monde entier.

29 août 2018, 12:14