Recherche

Vatican News
Image d'illustration Image d'illustration  

En Afrique du Sud, l’archevêque de Johannesburg centre son message de carême sur l’accueil des migrants

Faire de Johannesburg une ville accueillante et laisser le Carême inspirer de nouvelles voies de solidarité humaine, c’est la préoccupation de l’archevêque de Johannesburg Mgr Buti Tlhagale, dans son message de carême 2019.

Cédric Mouzou, SJ – Cité du Vatican

Dans son message intitulé Accueil de l’Etranger, Mgr Buti Tlhagale s’interroge sur le sens maternel de la ville : « Oh ville de Johannesburg, quel genre de mère êtes-vous ? » Dans la capitale économique sud-africaine en effet, l’intégration des migrants provenant des pays africains voisins constitue un thème brûlant. Ce n’est pas la première fois que l’archevêque de Johannesburg exprime sa position ferme contre les discriminations à l’égard des migrants. Le 10 février 2019, lors de la célébration du cinquantenaire de la Constitution du Symposium des Conférences épiscopales d’Afrique et de Madagascar, SCEAM, à Durban, Mgr Buti Tlhagale, avait lancé un vibrant appel.

Migrants, réfugiés : les indésirables

La situation de la plus grande partie des migrants et des réfugiés qui se trouvent en Afrique du Sud est ponctuée de grandes difficultés. Ces migrants et réfugiés sont devenus, selon les expressions de l’archevêque de Johannesburg, « des personnes excédentaires, des sans-abri, des indésirables, des ordures de la terre ». Pourtant se désole, Mgr Tlhagale, « Johannesburg était belle et séduisante ». Le prélat utilise des images bibliques pour mettre en exergue la cruauté que la plupart des habitants réserve aux personnes déplacées. « Tu es si cruelle. Tu es si froide. Tu n’es pas accueillante. Tu manques de chaleur humaine. Tu es indifférente à la souffrance des étrangers à la douleur de tes propres enfants sans abri, affamés et malades. » D’où son cri de désespoir : « Oh ville de Johannesburg, quel genre de mère êtes-vous ? »
En général, la plupart des migrants qui arrivent en Afrique du Sud ne sont pas munis de papiers d’identité. Partis chercher une vie paisible, les réalités qu’ils rencontrent sur terrain sont tout autres. Plusieurs sont réduits au chômage, ou à la mendicité. La liste des difficultés auxquelles font face les personnes déplacées est longue : « logements inconvenables, conditions de surpeuplement, situation sanitaire précaire, accès aux services de santé publique et aux institutions d’éducation très réduit ». Ce sont des situations qui privent les personnes déplacées « de leur sens de la décence et de la dignité que Dieu leur a donnée ».

Se débarrasser de ces attitudes humiliantes

Alors que les Johannesbourgeois sont devenus insensibles à la situation des migrants qu’ils considèrent comme une nuisance, Mgr Tlhagale encourage le peuple à se débarrasser de ces attitudes humiliantes. « Nous venons tout juste de commencer le Carême. Nous devrions faire pénitence pour la négligence grossière, l'indifférence et parfois même notre aversion ouverte pour les personnes que nous considérons comme des étrangers », exhorte l’archevêque de Johannesburg. Il lance un appel pour que le carême 2019 soit « un Carême de l'éveil, un Carême qui libère de la peur de l'inconnu, de la peur de l'étranger ». Mgr Tlhagale invite les Johannesbourgeois à profiter de ce temps de carême pour se libérer des superstitions au sujet des migrants et des réfugiés. Ainsi ce temps de carême « devrait être une saison de construction consciente d'une communauté accueillante, de nouvelles amitiés et de nouvelles solidarités ; un temps pour redevenir vraiment humain en embrassant l'étranger parmi nous ». L’évêque de Johannesburg dit compter sur les organisations caritives pour parvenir à cet objectif. Car les migrants sont une opportunité pour « redevenir des êtres humains gentils, doux, compatissants et aimants ». Mgr Tlhagale conclut son message en invitant à organiser une campagne de carême dans le but de demander à la ville de Johannesburg de construire un abri pour les migrants et les réfugiés démunis. « Faisons de Johannesburg une ville accueillante. Que ce Carême nous conduise vers de nouveaux sommets de solidarité humaine ».
 

14 mars 2019, 17:48