Recherche

Le Jugement dernier, fresque réalisée par Michel-Ange, commandée par le Pape Clément VII, pour la chapelle Sixtine. Le Jugement dernier, fresque réalisée par Michel-Ange, commandée par le Pape Clément VII, pour la chapelle Sixtine.   (Vatican Media)

Le Vatican veut inciter les jeunes à la beauté de l’art sacré

«Décoder le patrimoine. Les jeunes et le patrimoine culturel de l’Église». Les 11 et 12 juin prochain, le Vatican organise une conférence internationale à l’Université pontificale grégorienne, avec la Faculté d'Histoire et des biens culturels de l'Église de l’université jésuite et l’Office national pour les biens culturels ecclésiastiques de la Conférence épiscopale italienne (CEI).

Delphine Allaire – Cité du Vatican

«L'amitié de l'Église avec l'art est quelque chose de naturel.» «Le monde a besoin d’artistes.» Dans les canaux de la Sérénissime Venise en avril ou sous le plafond michélangelesque de la chapelle Sixtine en juin dernier, le Souverain pontife argentin rappelle souvent, dans la lignée de ses prédécesseurs, le lien intime entre la foi et la beauté, considérant souvent les créateurs d’œuvres d’art comme «des prophètes».

L'attrait patrimonial des jeunes

Pour inaugurer le congrès, introduit par le père Mark A. Lewis, recteur de la Grégorienne, le cardinal José Tolentino de Mendonça, préfet du dicastère pour la Culture et l'Éducation, et Mgr Giuseppe Baturi, secrétaire général de la CEI, le Pape adressera un message à ses participants. Sous la présidence de Mgr Paul Tighe, secrétaire du dicastère pour la Culture et l’Éducation, la première session matinale du 11 juin explorera la relation des jeunes au sacré et évoquera les aspirations patrimoniales tournées vers la culture de cette génération avec des acteurs du monde culturel, comme le réalisateur Marco Bellocchio, le psychologue Vittorio Lingiardi ou l’écrivaine italienne Elisabetta Rasy, dans un dialogue mené par le sous-secrétaire du dicastère pour la Culture et l’Éducation, père Antonio Spadaro.

L’influence du patrimoine religieux fut par exemple l’un des facteurs-clé de l’évangélisation en France, témoigne l’enquête sur les catéchumènes 2024 effectuée par la CEF, et son importance dans les conversions d’adultes. Si l’Église italienne répertorie depuis à travers le portail interactif BeWeb «Les biens ecclésiastiques sur la toile», l’Église de France poursuit les États généraux du patrimoine, lancés en septembre 2023, jusqu’à l’orée de l’Année sainte en décembre 2024.

 

Les défis de la transmission du patrimoine culturel seront auscultés lors d’une deuxième session, en présence de la vice-directrice de la revue française Études, Nathalie Sarthou-Lajus, mais aussi des responsables du FAI -le Fonds italien pour l’environnement- ou des représentants locaux et nationaux de bureau de biens ecclésiastiques, d’Italie, de Colombie ou de Serbie.  

Une quête de sens au prisme de l'époque

Mercredi 12 juin, la troisième session, initiée après une messe à l’église romaine Sainte-Croix et Saint-Bonaventure des Lucchesi, présidée par le cardinal portugais de Mendonça, sera consacrée «aux chemins de sens»: du patrimoine chrétien «à l’horizon des sociétés libérées» au décodage de l’héritage culturel pour de nouveaux protagonistes, sans oublier la culture actuelle des jeunes sur les réseaux sociaux et les nouveaux modes de communication culturelle.

Quatre directeurs de musées de référence viendront compléter la réflexion, apportant leur expertise sur la formation au patrimoine dans leurs institutions: Barbara Jatta des Musées du Vatican, Paloma Malaga Shaw du Prado à Madrid, Simone Verde des Offices florentins et Timothy Verdon du Museo dell’Opera del Duomo de la capitale toscane, modérés par une historienne de l’art haute-fonctionnaire du ministère italien de la Culture, DG Créativité contemporaine.

Enfin, des perspectives seront dessinées en matière d’éducation aux biens culturels à l’heure de la «cancel culture» régulièrement vilipendée par François, illustrées par des exemples britanniques -réflexions sur l'éducation et le patrimoine ecclésial en Angleterre et au Pays de Galles aujourd'hui, avec le comité patrimoine de la conférence des évêques catholiques d’Angleterre et du Pays de Galles- ou italien sur les jeunes gardiens de la beauté avec l'Association des amis de l'abbaye San Pietro al Monte sur les rives du pittoresque lac de Côme.

Merci d'avoir lu cet article. Si vous souhaitez rester informé, inscrivez-vous à la lettre d’information en cliquant ici

15 mai 2024, 12:00