Recherche

Des catéchistes en paroisse. Des catéchistes en paroisse.  

Parution du nouveau rite liturgique pour instituer le ministère des catéchistes

Le texte du rite en vigueur à partir du 1er janvier 2022 est paru. Le préfet de la Congrégation pour le Culte divin et la Discipline des Sacrements, Mgr Arthur Roche considère qu’il s’agira d’une nouvelle occasion de parvenir à une vision organique des réalités ministérielles distinctes. Dans une lettre d'accompagnement adressée aux épiscopats, la nature du ministère «qui appartient aux laïcs» et les exigences pour l'exercer sont précisées.

Salvatore Cernuzio - Cité du Vatican

«Accipe hoc fídei nostræ signum, cáthedram veritátis et caritátis Christi, eúmque vita, móribus et verbo annúntia»

(Acceptez ce signe de notre foi, chaire de la vérité et de l'amour du Christ, et proclamez-le par votre vie, votre comportement et votre parole).

À partir du 1er janvier 2022, ce sera l'une des formules latines par lesquelles un homme ou une femme -laïcs de foi profonde et de maturité humaine- seront institués catéchistes par leur évêque au cours d'une célébration liturgique. Après avoir formellement institué le ministère du catéchiste avec le motu proprio Antiquum ministerium du 10 mai dernier, le Pape a approuvé et publié une Editio typica qui introduit un Rite spécifique d'Institution des catéchistes. Il s'agit d'un texte de base qui sera ensuite traduit et adapté par les différentes Conférences épiscopales du monde, qui ont la tâche de clarifier le profil et le rôle des catéchistes, de leur proposer des cours de formation adaptés et de former les différentes communautés pour qu'elles saisissent le sens de ce ministère, sans le confondre avec d'autres rôles.

 

La structure du rite

Le rite peut avoir lieu au cours d'une messe ou d'une célébration de la Parole de Dieu (l'Editio indique également les lectures de l'Ancien et du Nouveau Testament) et suivra un schéma précis: exhortation, invitation à la prière, texte de bénédiction et remise du crucifix.

L'introduction d'un rite d'institution des catéchistes marque une étape supplémentaire dans la réflexion générale sur les ministères ecclésiaux, dans le sillage du motu proprio Spiritus Domini du 10 janvier, qui a modifié le droit canonique sur l'accès des femmes au lectorat et à l'acolytat, et de l'Antiquum ministerium du 10 mai précité, par lequel le Pape a institué le ministère de catéchiste.

Une vision organique des différentes réalités ministérielles

Le rite en question «offre une nouvelle occasion de réflexion sur la théologie des ministères, afin de parvenir à une vision organique des différentes réalités ministérielles», souligne Mgr Arthur Roche, préfet de la Congrégation pour le Culte divin et la Discipline des Sacrements, dans une lettre accompagnant la publication de l'Editio typica, adressée aux présidents des Conférences épiscopales, dans laquelle il propose quelques notes sur le ministère de catéchiste.

La nature d'un ministère

Tout d'abord, la nature de ce ministère est clarifiée, comme un «service stable rendu à l'Église locale» et surtout comme un «ministère laïc qui a pour fondement la condition commune d'être baptisé», donc «essentiellement distinct» du ministère ordonné. «En vertu du baptême», les catéchistes sont appelés à être «coresponsables dans l'Église locale de l'annonce et de la transmission de la foi, exerçant ce rôle en collaboration avec les ministres ordonnés et sous leur direction», lit-on dans la lettre.

Pour éviter tout malentendu, le préfet explique que le terme «catéchiste» indique des réalités différentes par rapport au contexte ecclésial; les catéchistes des territoires de mission sont donc différents de ceux des Églises de tradition ancienne. Dans la grande variété des formes, on peut toutefois distinguer deux types principaux: les catéchistes qui ont la tâche spécifique de la catéchèse, les autres qui participent aux différentes formes d'apostolat, comme l'animation de la prière communautaire, l'assistance aux malades, la célébration des funérailles, la formation d'autres catéchistes, la coordination des initiatives pastorales, l'aide aux pauvres.

Ne pas instituer "tous les catéchistes"

La lettre de Mgr Roche précise qu'étant donné que ce ministère «a une forte valeur vocationnelle qui nécessite un discernement de l'évêque», il ne faut pas instituer tous ceux qui sont appelés «catéchistes» ou qui effectuent un service de collaboration pastorale. En particulier, ne doivent pas être institués: les candidats au diaconat et au sacerdoce; les religieux et les religieuses, qu'ils appartiennent ou non à des Instituts dont le charisme est la catéchèse; les professeurs de religion dans les écoles et ceux qui exercent un service destiné exclusivement aux membres d'un mouvement ecclésial, à qui cette fonction «précieuse» est confiée par les responsables des mouvements et non par l'évêque.

Quant à ceux qui accompagnent l'initiation des enfants et des adultes, eux aussi ne doivent pas nécessairement être institués dans le ministère spécifique, mais doivent recevoir au début de chaque année catéchétique «un mandat ecclésial public leur confiant cette fonction indispensable». Cela n'empêche pas que certains d'entre eux puissent être institués comme ministres du Lectorat ou de la Catéchèse, sur la base de leurs capacités et besoins pastoraux.

Profil, rôle et exercice du ministère

La lettre précise ensuite qu'il revient aux différentes conférences épiscopales de clarifier le profil, le rôle et les formes les plus cohérentes pour l'exercice du ministère des catéchistes: non seulement des parcours de formation adéquats pour les candidats, mais aussi la préparation des communautés à en comprendre le sens. Le droit canonique prévoit la possibilité de confier à un laïc «une participation à l'exercice de la pastorale dans une paroisse», mais il est nécessaire de «former la communauté pour qu'elle ne voie pas dans le catéchiste un substitut» du prêtre ou du diacre, mais plutôt un fidèle laïc qui collabore avec les ministres ordonnés «afin que leur pastorale puisse atteindre tout le monde».

Exigences

En ce qui concerne les exigences, il est précisé que peuvent être candidats au ministère de catéchiste des hommes et des femmes «de foi profonde et de maturité humaine», «capables d'hospitalité, de générosité et d'une vie de communion fraternelle», ayant «la formation biblique, théologique, pastorale et pédagogique nécessaire», qui ont reçu les sacrements de l'initiation chrétienne. Chaque candidat doit d'abord présenter à son évêque une pétition «librement écrite et signée».

13 décembre 2021, 12:17