Recherche

Vatican News
Manifestation contre les violences faites aux femmes, à San Salvador, le 28 mai 2021. Manifestation contre les violences faites aux femmes, à San Salvador, le 28 mai 2021. 

Le Saint-Siège à l'OEA: que chaque femme soit protégée et valorisée

Lundi 22 novembre, l'Observateur permanent du Saint-Siège auprès de l'OEA est intervenu lors de la session extraordinaire du Conseil permanent, convoquée pour commémorer la Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, et a rappelé que le Saint-Siège «appelle à combattre leur objectivation et à éliminer l'impunité pour les actes de violence commis contre les femmes».

Renato Martinez - Cité du Vatican

«Cette délégation réaffirme son engagement à unir ses efforts pour que chaque femme soit respectée, protégée et valorisée; que sa souffrance soit entendue et prise en compte par tous», a déclaré Mgr Juan Antonio Cruz Serrano, Observateur permanent du Saint-Siège auprès de l'Organisation des États américains (OEA), dans son intervention du 22 novembre, lors de la session extraordinaire du Conseil permanent, convoquée pour commémorer la Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes.

Dans son intervention, Mgr Cruz Serrano a rappelé que le Saint-Siège «condamne toutes les formes de violence, y compris les pratiques qui justifient ou encouragent la violence contre les femmes». Et rappelant l'appel du Pape François, l'observateur a déclaré: «Nous ne pouvons pas détourner le regard. Nous ne pouvons pas rester les bras croisés face à tant de cas de violence contre les femmes.»

La violence envers les femmes blesse toute la société

À cet égard, le représentant du Saint-Siège a clairement indiqué que la violence à l'égard des femmes et des filles n'endommage et ne blesse pas seulement leur vie, mais aussi toute notre société. «Malheureusement, l'une des formes les plus courantes de violence subie par les femmes et les filles est la violence sexuelle, conséquence, entre autres, d'une culture dans laquelle elles sont objectivées, converties et présentées comme un objet de plaisir qui peut être utilisé et jeté», s’est-il indigné.

Un autre problème qui touche les femmes et les filles, a souligné Mgr Cruz Serrano, est la traite des êtres humains, qui est une forme de violence qui, dans cette région, touche surtout les femmes et les filles.

Impact négatif de la violence sur l'avenir des femmes

En soulignant l'impact négatif de la violence sur la vie et l'avenir des femmes et des filles, Mgr Cruz Serrano a demandé à la communauté internationale à continuer à travailler pour elles. «Nous ne pouvons pas tolérer que la vie de milliers de filles et de femmes soit marquée et dans de nombreux cas détruite par le fait d'être victimes de la violence», a-t-il remarqué, avant de souligner que «la violence subie par les femmes est, malheureusement, une indication du niveau d'humanité et de civilisation d'une société, d'un peuple, d'une personne».

Le Saint-Siège promeut le respect de la dignité des femmes

L’observateur permanent a enfin rappelé que le Saint-Siège «souligne, valorise et promeut la contribution unique et irremplaçable des femmes, ainsi que leur dignité la plus profonde. Non seulement pour avoir été la source de la vie, une vocation sans laquelle l'humanité ne pourrait s'accomplir, mais aussi pour la contribution unique qui, à partir de la féminité, enrichit et valorise notre société et toutes les institutions auxquelles les femmes participent».

Pour cette raison, le Saint-Siège appelle tous les États, en particulier dans les Amériques, à «continuer à travailler ensemble afin qu'ils puissent mener des campagnes de sensibilisation à la dignité des femmes, à la lutte contre leur objectivation et à l'élimination de l'impunité pour les actes de violence commis à leur encontre».

23 novembre 2021, 14:19