Recherche

Vatican News
Le cardinal Sandri à Alep le 2 novembre 2021 Le cardinal Sandri à Alep le 2 novembre 2021 

Fin du voyage du cardinal Sandri en Syrie

Les signes de destruction mais aussi le témoignage de ceux qui continuent à aider un peuple souffrant et en difficulté. Ce sont quelques-unes des images fortes qui ont émergé de la visite du préfet de la congrégation pour les Églises orientales, qui a passé huit jours en Syrie.

Benedetta Capelli - Cité du Vatican

La proximité du Pape avec la Syrie «bien-aimée et tourmentée» a été le fil conducteur du voyage du cardinal Leonardo Sandri, préfet de la congrégation pour les Églises orientales. De retour au Vatican ce mercredi, le cardinal a apporté avec lui le désespoir d'un pays éprouvé par un conflit qui dure depuis dix ans, mais aussi de nombreuses graines d'espoir comme le grand travail des associations caritatives liées à l'Église, l'engagement auprès des jeunes pour leur donner une perspective, le dialogue entre les différentes confessions et la redécouverte de la vraie foi chrétienne car, comme en témoigne un consacré rencontré à Alep, «la guerre nous a en quelque sorte convertis».

Au cours de la visite du cardinal Sandri, qui a débuté le 25 octobre, différentes villes de Syrie ont été visitées : Damas, Tarours, Homs, Alep. Sans compter des moments importants comme la visite de la tombe du jésuite néerlandais Frans Van Der Lugt, assassiné en 2014, ou l'arrêt au monastère de Mar Mousa, la «maison» du père Paolo Dall'Oglio, disparu de Raqqa en juillet 2013.

Le cardinal Sandri avec le nonce apostolique en Syrie, le cardinal Zenari et les carmélites d'Alep
Le cardinal Sandri avec le nonce apostolique en Syrie, le cardinal Zenari et les carmélites d'Alep

Le dernier jour, le 2 novembre, lors de la commémoration des morts à Alep, le cardinal a rappelé «toutes les victimes de la guerre en Syrie et les bienfaiteurs qui ont permis de verser une goutte de baume de consolation et de guérison, intérieure et extérieure, sur les personnes blessées». Le cardinal Sandri a été chaleureusement accueilli par les hôtes de la maison des sœurs de Mère Teresa pour les personnes âgées et handicapées. Lors de sa visite à la communauté catholique arménienne, il a reçu en cadeau, «un crucifix réalisé avec le bois de la voûte de l'église qui s'était effondrée pendant les bombardements, avec l'espoir que le bois devienne comme le tronc de Jessé, d'où jaillira la graine de l'espoir et de la nouvelle vie pour la Syrie». Puis, dans la cathédrale chaldéenne, la prière commune avec Mgr Antoine Audo, évêque d'Alep et président de Caritas Syrie, pour confier la Syrie au Seigneur.

Sous le signe du père Paolo Dall'Oglio

Après avoir quitté Alep, la délégation du Vatican s'est rendue à Deir Mar Mousa, le monastère fondé par le père Paolo Dall'Oglio, une communauté toujours vivante après son enlèvement. Ici, pendant la prière, en italien et en arabe, les pensées sont allées vers le jésuite disparu en 2014, le confiant au Seigneur, «où qu'il soit, au ciel ou sur la terre». Cette étape était aussi l'occasion de faire briller «la lampe nourrie par l'expérience spirituelle des moines et moniales de Mar Mousa».

Le cardinal Sandri à Mar Mousa
Le cardinal Sandri à Mar Mousa

L'étape suivante fut Tabroud et Maloula, où se trouve le monastère grec orthodoxe de Santa Tecla, un petit village entièrement chrétien où l'on parle encore l'araméen, la langue de Jésus. Un voyage à travers la dévastation et l'importante reconstruction des icônes et du mobilier. Même dans la paroisse melkite de Saint-Georges, les signes de destruction sont visibles, il y a une sorte de galerie "musée" de toutes les icônes cicatrisées, profanées par des actes sacrilèges, brisées et diverses ruines : mises là avec le désir de les réparer, mais aussi comme "catéchèse" pour ne pas inciter à la haine ou à la vengeance.

Enfin, le transfert vers l'ancien monastère des Saints-Sergius-et-Bacchus, qui a été partiellement détruit. Le retour à Damas marqua la fin du voyage, qui a commencé par l'invitation à aller «sur le droit chemin», lorsque le Seigneur dit à Ananie de chercher le nouveau disciple et apôtre Saul, qui est devenu Paul. «Un chemin que les événements du passé récent de la Syrie ont défiguré, non plus droit mais marqué par les croix des disciples de Jésus et de leurs frères en humanité». Pour le cardinal Sandri, «il y a encore besoin de nouveaux samaritains qui s'approchent, versant sur les blessures des cœurs et des corps l'huile de la consolation et le vin d'une joie nouvelle», il y a aussi la certitude d'une aube après «une nuit obscure mais constellée des nombreux flambeaux de la charité qui annonce déjà la certitude que le Seigneur est là et ne dort pas dans la barque face au cri des disciples».

Un peuple qui a le droit de vivre

La veille, le 1er novembre, le cardinal avait rencontré toutes les organisations travaillant à Alep. Ce qui l'a particulièrement frappé, c'est la situation des jeunes, avec «une forte augmentation de la consommation de drogues et d'alcool, l'extension de la prostitution, autant d'indices qui montrent que l'on grandit sans espoir, que l'on s'en remet aux feux de la fatalité ou que l'on cherche des ressources économiques, que l'on gâche sa vie». Le cardinal Sandri a pu constater par lui-même le grand travail réalisé par les salésiens de l'Oratoire, qui proposent des activités favorisant le développement de nombreux jeunes. La rencontre avec les religieux, que le préfet de la congrégation pour les Églises orientales a remerciés au nom du Pape, était également importante. «Nous sommes au centre du désastre humain et humanitaire de la Syrie, mais vous êtes restés fidèles avec votre témoignage dans les différentes sphères, un exemple pour toute l'Église catholique qui s'agenouille devant vous». En embrassant les organisations caritatives locales, le cardinal Sandri a indiqué deux points : évangéliser dans la charité, sans faire de prosélytisme, et savoir que nous sommes «administrateurs d'un bien qui n'est pas le nôtre», ce qui invite à la clarté dans la formulation des projets et à la transparence dans la comptabilité.

Les cardinaux Zenari et Sandri à Mar Mousa
Les cardinaux Zenari et Sandri à Mar Mousa

Le témoignage d'une religieuse de l'hôpital Saint-Louis était touchant, racontant la chute des bombes, les balles tirées, les menaces envers les médecins. "La longue guerre a marqué nos vies. La grâce de Dieu, a-t-elle expliqué, a transformé notre souffrance en une occasion de croissance humaine et spirituelle. Elle a renforcé notre foi et nos liens avec la communauté. Nous avons ressenti la souffrance des gens et appris à vivre sur l'essentiel. Nous avons fait l'expérience que la Providence n'abandonne jamais, et nous l'avons ressentie dans les moments les plus critiques. Notre hôpital est resté ouvert nuit et jour pour recevoir les blessés sans distinction de front ou de religion". D'où l'appel à l'action parce que nous vivons "dans une condition limite : ni guerre ni paix !" et pour secouer la conscience des autorités du pays et au-delà. Un peuple ne peut être puni", a-t-il conclu, "nous avons le droit de vivre.

04 novembre 2021, 16:23