Recherche

Coucher de soleil au Königstuhl, en Allemagne, le 23 novembre 2021 Coucher de soleil au Königstuhl, en Allemagne, le 23 novembre 2021  (AFP or licensors)

Le cardinal Parolin promeut une éducation écologique intégrale

Le cardinal secrétaire d'État Pietro Parolin s’est exprimé vendredi 26 novembre dans un message-vidéo à l’occasion de la première rencontre nationale pour la sauvegarde de la création, organisée à Assise par la Fondation italienne “Sorella Natura“.

Amedeo Lomonaco - Cité du Vatican

«Le mot clé est "ensemble": ensemble, nous devons faire face aux menaces qui pèsent sur notre maison commune», insiste le cardinal Parolin aux participants à ce rassemblement qui se tient jusqu’à dimanche 28 novembre dans la cité du Poverello. «Le changement climatique, la désertification, la pollution et la perte de biodiversité ne sont que quelques-uns des défis sans précédent qui nous menacent, nous et la vie de la planète», met en garde le secrétaire d’État du Saint-Siège.

Un engagement interreligieux 

«Afin de sensibiliser à la nécessité d'agir ensemble et de promouvoir une éducation écologique intégrale, des leaders de différentes traditions religieuses se sont réunis avec d'éminents scientifiques pour signer un appel fort qui a été remis à la coprésidence de la COP 26, qui s'est récemment conclue à Glasgow», rappelle-t-il dans son intervention.

Cet appel a pour ambition de contrer «l'avidité, l'indifférence, l'ignorance, la peur, l'injustice, l'insécurité et la violence» à l’œuvre dans le monde. Rappelant -comme l'avait expliqué avant lui le Saint-Père-, que le Saint-Siège a adopté une stratégie visant à réduire les émissions nettes à zéro, le cardinal Parolin souligne que l'engagement «à promouvoir l'éducation pour une écologie intégrale» sera encore renforcé.


Vivre un changement de cap

Le prélat italien rappelle l'événement qui s'est tenu le 4 octobre dernier au Vatican, sur le thème: "Foi et science : vers la Cop 26". «De nombreuses cultures, de nombreuses spiritualités et de nombreux domaines scientifiques différents se sont rencontrés», explique-t-il, et il en est ressorti «une forte convergence dans l'engagement sur la nécessité urgente d'amorcer un changement de cap», de passer de la culture du gaspillage à la culture du soin.

«Nous ne pouvons pas attendre plus longtemps, poursuit le cardinal Parolin. Il y a trop de visages humains qui souffrent de cette crise environnementale et climatique, en particulier parmi les plus pauvres, les marginalisés, les groupes vulnérables et les peuples autochtones qui, depuis trop longtemps, supportent un fardeau disproportionné et sont les plus touchés par la pauvreté, la pollution et les pandémies». «Les jeunes exigent de nous un changement, note encore le secrétaire d’État du Saint-Siège. Il est temps de relever cet important défi éducatif, culturel et éthique qui se présente à nous», conclut-il dans son message aux participants à la première rencontre nationale pour la sauvegarde de la création.

27 novembre 2021, 12:32