Recherche

Vatican News
Diwali ou Deepavali est une fête majeure dans le monde indien. Diwali ou Deepavali est une fête majeure dans le monde indien.  (©WONG SZE FEI - stock.adobe.com)

Chrétiens et hindous invités à diffuser ensemble «la lumière de la vie»

Le Conseil Pontifical pour le Dialogue Interreligieux a rendu public son message à l’occasion de la fête hindoue de Deepavali, célébrée cette année le 4 novembre. Il invite à une solidarité interreligieuse renforcée en cette période de pandémie, afin «de porter secours et espérance aux affligés».

Vatican News

“Chrétiens et hindous : apporter ensemble la lumière aux personnes désespérées“, tel est le thème de ce texte portant la signature du président du Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux, le Cardinal Miguel Ángel Ayuso Guixot, et de Mgr Indunil Kodithuwakku Janakaratne Kankanamalage, son secrétaire.

«Bien que marquée par l'anxiété et l'incertitude de l’actuelle pandémie et des crises mondiales qui en résultent, que cette célébration illumine vos vies, vos foyers et vos communautés dans l'espérance d'un avenir meilleur !», souhaitent-ils aux hindous se préparant à la fête annuelle des lumières.

S’unir pour traverser les crises

Le cardinal Ayuso et son secrétaire évoquent les «nuages sombres» qui ont pesé sur l’humanité ces derniers temps, mais reconnaissent aussi des «lueurs d'espoir, de solidarité et de fraternité». Celles-ci traduisent la «réponse que les adhérents de toutes les traditions religieuses sont appelés à apporter dans le découragement et les ténèbres».

Le Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux explique ensuite que «la solidarité interreligieuse contribue également à l'utilité et à la validité des traditions religieuses dans la société». Cela permet de «trouver, toujours davantage, des moyens d'apporter la lumière de l'espérance là où il y a la discorde et la division, la destruction et la dévastation, la privation et la déshumanisation».

«Bien plus, dans l’interdépendance et dans la solidarité commune, nous sortons renforcés de chaque crise», est-il souligné. Les auteurs estiment que beaucoup de problèmes mondiaux – «tels que le changement climatique, le fondamentalisme religieux, le terrorisme, l'hyper-nationalisme et la xénophobie» - peuvent être traités «efficacement» si les religions s’associent pour cela.

La responsabilité des chefs religieux et communautaires

«Les traditions religieuses - en tant que dépositaires d’une sagesse séculaire - ont le pouvoir de réveiller les esprits» et «la capacité d'aider les individus et les communautés à redéfinir la boussole de leur vie avec espérance, à voir par-delà le désespoir présent», poursuit le Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux. «Il incombe donc aux chefs religieux et communautaires de nourrir l'esprit de fraternité parmi leurs fidèles».

En conclusion de ce message est formulé un vœu: «En tant que croyants ancrés dans nos traditions religieuses respectives et en tant que personnes partageant une vision et une responsabilité communes envers l'humanité (…), puissions-nous, chrétiens et hindous, aussi bien individuellement que collectivement, nous unir aux personnes d'autres traditions religieuses et de bonne volonté, tendre la main aux personnes désespérées pour apporter à tous la lumière de la vie !»

29 octobre 2021, 12:00