Recherche

Vatican News
Romilda Ferrauto, faite Officier de l'Ordre National du Mérite. (Copyright LB2S) Romilda Ferrauto, faite Officier de l'Ordre National du Mérite. (Copyright LB2S) 

Romilda Ferrauto, décorée de l'Ordre National du Mérite

Ancienne rédactrice en chef de la section francophone de Radio Vatican, désormais consultante auprès de la Salle de presse du Saint-Siège, Romilda Ferrauto a reçu le titre d'Officier dans l'Ordre National du Mérite des mains de l'ambassadrice de France près le Saint-Siège.

Olivier Bonnel - Cité du Vatican

Elle est l'une des voix de la francophonie qui comptent au Vatican, une voix famillière pour de nombreux auditeurs de Radio Vatican. Pendant vingt-cinq ans, Romilda Ferrauto a dirigé la section francophone de notre radio, avant de prendre sa retraite. Depuis deux années, elle a repris du service, à la demande du Préfet du Dicastère pour la communication Paolo Ruffini, comme consultante auprès de la salle de presse du Saint-Siège. Une voix toujours essentielle et précieuse pour les vaticanistes francophones, qu'ils soient permanents à Rome ou de passage. 

Son parcours professionnel a été honoré dans la soirée du 16 septembre à la Villa Bonaparte, siège de l'ambassade de France près le Saint-Siège. Romilda y a reçu les insignes d'Officier de l'Ordre National du Mérite, des mains de l'ambassadrice Mme Elisabeth Beton Delègue. Celle-ci a rappelé, dans son discours de remise de la décoration, les racines méditerranéennes de Romilda. Franco-italienne née en Tunisie, «vous êtes une fille de la Méditerranée, la Méditerranée pont, la Méditerranée de la convivialité heureuse», a t-elle relevé. 

Alors que la langue française, pourtant langue diplomatique du Saint-Siège, «reflue en son sein», a regretté l'ambassadrice, la francophonie reste «la patrie de la journaliste», a encore souligné Mme Beton Delègue. 

Romilda Ferrauto a également été saluée pour son engagement envers la promotion des femmes dans l'Eglise. Elle qui fut, en 1991, la première femme, laïque, à diriger une rédaction dans une radio où les postes de responsabilités étaient historiquement confiés aux jésuites. Depuis 2016, elle continue de porter la voix des femmes via l'association "Donne in Vaticano" ("Femmes au Vatican") qu'elle a créée.

Romilda Ferrauto et son époux Roberto Venturini, avec Paolo Ruffini et Alessandro Gisotti
Romilda Ferrauto et son époux Roberto Venturini, avec Paolo Ruffini et Alessandro Gisotti

Une voix pour les femmes dans l'Église

Dans son discours de remerciements, la récipiendaire a fait part de son émotion et de sa gratitude, en premier lieu pour le père Federico Lombardi, ancien directeur de Radio Vatican et de la Salle de presse du Saint-Siège qui a su lui faire confiance. «Il m’a acceptée, puis soutenue, encouragée... sans brider mon tempérament rebelle et audacieux», a t-elle souligné avec malice. «Il m’a appris qu’il fallait essayer de changer ce qui peut l’être et savoir accepter ce qu’on ne peut pas changer». Elle a également remercié Paolo Ruffini, le préfet du Dicastère pour la communication, soulignant qu'il lui avait donné «une nouvelle chance de mettre à profit son expérience». «Il a fait preuve d’un grand courage, car il ne me connaissait pas, si ce n’est par ouï-dire» a t-elle souligné. Dans ses remerciements, Romilda n'a pas non plus oublié de s'adresser à Alessandro Gisotti, directeur adjoint de la direction éditoriale du Dicastère pour la communication, «qui a fait preuve d’un courage encore plus admirable. Car tout en me connaissant, depuis 20 ans, il a, malgré tout, souhaité m’avoir à ses côtés, quand il a été propulsé, en l’espace de quelques heures et sans préavis, directeur par intérim de la salle de presse du Saint-Siège».

Tenante d'une ligne toujours rigoureuse, dans une structure parfois lourde et complexe comme le Vatican, Romilda a souhaité rappeler que son parcours pouvait être la preuve «que l'on peut garder sa liberté tout en servant loyalement une institution. Liberté d’action autant que possible, liberté intérieure, toujours. Sans jamais se laisser embrigader». Cette exigence qui la caractérise et lui vaut la reconnaissance de ses proches est aussi perceptible dans sa détermination à donner une voix aux femmes dans l'Église. Une Église où elles sont encore parfois trop souvent invisibilisées, malgré les avancées. 

«Je voudrais être, par ailleurs, la démonstration que les femmes peuvent et doivent devenir visibles, y compris au Vatican, sans pour autant devenir "comme" les hommes ou se positionner "contre" les hommes, a t-elle expliqué. Certes, il faut beaucoup de détermination; il faut être prêtes à encaisser quelques humiliations. Mais les choses ont beaucoup changé depuis le début de ma vie professionnelle. Je suis donc optimiste malgré les retards, malgré les lenteurs, les machines-arrière». 

17 septembre 2021, 11:33