Recherche

Vatican News
Le cardinal Parolin (image d'archive) Le cardinal Parolin (image d'archive) 

Cardinal Parolin: Risque d’instrumentalisation politique du christianisme

Le secrétaire d'État du Saint- Siège, présent ce mercredi à la réunion du Parti populaire européen à Rome, s'est entretenu avec des journalistes en marge de l'événement: «La défense de la vie fait partie du christianisme, mais l'attention portée aux migrants aussi», a-t-il déclaré, répétant qu'après le traité Aukus, «le Saint-Siège s'inquiète du réarmement» et que les conditions d'un voyage du pape en Russie «n'existent pas actuellement».

Salvatore Cernuzio - Cité du Vatican

«Dans le christianisme, on ne choisit pas ce que l'on aime ou ce qui est le plus commode, dans le christianisme on doit tout accepter…» ; ce n'est pas comme «aller au supermarché et prendre ceci et cela». Le risque est d'instrumentaliser et de manipuler la religion «à des fins politiques». Le cardinal secrétaire d'État, Pietro Parolin, s'est exprimé mercredi matin lors de la réunion à Rome du Parti populaire européen (PPE), qui s'est ouverte mardi après-midi.

À l'écoute de l'Église

Le cardinal a expliqué la raison de sa présence, ainsi que celle du cardinal Jean-Claude Hollerich, président de la Comece, et du cardinal Peter Turkson, président du dicastère pour le Développement humain intégral, à l'événement PPE : «La journée d'aujourd'hui est consacrée à l'écoute de l'Église. La présence de représentants du Saint-Siège et de la Comece s'inscrit dans cette perspective : le fait qu'ils veulent écouter ce que l'Église propose et ce qu'elle leur demande. C'est une raison contingente de l'agenda», a souligné le secrétaire d'État. «Ensuite, a-t-il ajouté, je crois que c'est parce que, sans s'identifier au christianisme dans son ensemble, il y a une attention particulière au christianisme de la part du PPE. De nombreux membres font explicitement référence aux principes chrétiens».

Le christianisme n'est pas un supermarché

Mais même parmi les membres des partis populistes de droite, il y en a qui font référence aux principes chrétiens, ont objecté certains journalistes. Le cardinal Parolin a répondu en disant qu'«il est important de faire un choix global : dans le christianisme, on ne choisit pas ce que l'on aime ou ce qui est le plus commode, dans le christianisme, on doit tout accepter. Par conséquent, le christianisme comprend non seulement la défense de la vie - dans toutes ses phases, depuis le début de la conception naturelle jusqu'à la mort naturelle - mais aussi l'amour du prochain, qui se manifeste par une attention au phénomène de la migration, selon ces quatre verbes que le Pape nous a toujours indiqués : accueillir, protéger, promouvoir et intégrer».

Une Europe fondée sur la personne, la communauté, la subsidiarité et la solidarité

Le secrétaire d'État a ensuite élargi son regard à l'Europe, illustrant la vision que le Saint-Siège et la chrétienté en général ont pour le Vieux Continent. «Une Europe fondée sur les quatre valeurs fondamentales, sur les quatre piliers qui ont toujours été prônés aussi par les pères fondateurs», c'est-à-dire «la centralité de la personne, une personne dans toutes ses dimensions, y compris la dimension transcendante, donc l'ouverture à Dieu». La communauté, la personne insérée dans une série de liens. Ensuite, la subsidiarité et la solidarité. «Ce sont les points cardinaux de la vision du Saint-Siège à l'égard de l'Europe», a fait remarquer le cardinal Parolin.

Aukus : inquiétude concernant le réarmement

Interrogé sur les questions internationales actuelles, le secrétaire d'État s'est dit préoccupé par les développements possibles dans la zone indo-pacifique après le traité Aukus. Il s'agit de l'alliance qui prévoit la fourniture par les États-Unis et la Grande-Bretagne de technologies à l'Australie, afin que celle-ci puisse s'équiper d'une flotte de sous-marins à propulsion nucléaire. «Le Saint-Siège est contre le réarmement», a déclaré le cardinal, «tous les efforts qui ont été faits et qui sont faits vont dans le sens de l'élimination des armes nucléaires, parce qu'elles ne sont pas le moyen de maintenir la paix et la sécurité dans le monde, mais elles créent encore plus de dangers pour la paix et encore plus de conflits». «Dans le cadre de cette vision, on ne peut qu'être inquiet»

Voyage du Pape en Russie, pas de conditions maintenant

Sur la possibilité d'un voyage du Pape François en Russie, le secrétaire d'État a répondu : «C'est une question à laquelle je ne sais pas répondre. Je pense que le Pape est intéressé à aller en Russie comme dans tous les autres pays, mais il me semble que pour le moment il n'y a pas de conditions pour un voyage. Le désir doit également être concrétisé par quelques situations précises. Je vois que l'on n'en parle plus maintenant». Parolin a également expliqué qu'il n'avait aucune information sur une éventuelle rencontre entre le Pape et le patriarche de Moscou, Kirill, qui ferait suite à celle de 2016 à l'aéroport de La Havane avant le voyage du souverain pontife à Cuba. «Je n'ai pas d'éléments pour dire ni oui ni non, chaque rencontre est positive, c'est le grand principe. Si cette rencontre se concrétise dans un avenir proche, je ne suis pas en mesure de le dire.»

Commentaire sur les propos du Pape avec les jésuites slovaques

Enfin, il a été demandé au secrétaire d'État de commenter les propos du Pape, publiés par La Civiltà Cattolica, concernant sa rencontre privée avec les jésuites de Slovaquie. À la question «comment allez-vous ?» d'un confrère, François avait répondu : «Je suis toujours vivant. Même si certaines personnes voulaient me tuer». Et, faisant référence à l'opération du côlon qu'il a subie en juillet dernier à l'hôpital Gemelli, il a dit être conscient qu'il y avait eu «même des réunions entre prélats, qui pensaient que le Pape était plus sérieux que ce que l'on disait. Ils préparaient le conclave». À cet égard, Parolin a commenté : «Probablement que le Pape a des informations que je n'ai pas, car honnêtement, je n'ai pas senti qu'il y avait ce climat. Je pense cependant, sans avoir beaucoup d'éléments en main, a-t-il ajouté, qu'il s'agit de quelques personnes, de quelqu'un qui s'est peut-être mis ces choses dans la tête. Honnêtement, je n'ai pas d'éléments à dire. Le Pape fait probablement ces déclarations parce qu'il dispose de connaissances et de données que je n'ai pas reçues. Ce que je voudrais dire, c'est que je ne pense pas qu'il existe un tel climat.»

23 septembre 2021, 11:00