Recherche

Vatican News
Le cardinal Eduardo Martínez Somalo. Le cardinal Eduardo Martínez Somalo. 

Mort du cardinal espagnol Eduardo Martínez Somalo

Ancien Substitut de la Secrétairie d'État sous Jean-Paul II, le cardinal, qui occupa de nombreuses fonctions au sein de la Curie s'est éteint ce mardi au Vatican à l'âge de 94 ans. Ses obsèques auront lieu ces prochains jours en Espagne.

Alessandro De Carolis - Cité du Vatican

«Grande dignité» et «sobriété solennelle». C'est l'image des qualités d'un cardinal prise par un Pape. Lorsque, peu avant le 31 mars 2007, jour de son 80e anniversaire, Eduardo Martínez Somalo, alors cardinal camerlingue de la Sainte Église romaine, a écrit à Benoît XVI pour l'informer qu'il démissionnait de son poste pour cause de limite d'âge, le pape lui a envoyé une lettre qui révélait, derrière la forme, le fond d'une grande estime. Le Pontife, désormais émérite, inclut dans ces quelques lignes, datées du 4 avril 2007, une série de substantifs et d'adjectifs - «diligence», «compétence», «amour», passés au service du Saint-Siège - et note également les attitudes de sobriété solennelle et de dignité dont a fait preuve le camerlingue à l'époque, avec la mort de Jean-Paul II, devient la plus haute autorité pro tempore de l'Eglise, que tout dans cette lettre confirme la «sincère appréciation» envers un prêtre et un évêque qui sont restés «intimement liés» à la mission au sein du Siège Apostolique.

L'histoire du cardinal Martinez Somalo - qui est décédé à 94 ans ce mardi 10 août en fin de matinée au Vatican, où il résidait - est un "élastique" continu de et vers Rome, depuis l'aube de son ministère, lorsqu'avant son ordination sacerdotale il a été envoyé d'Espagne - il était originaire de Baños de Río Tobía, dans la province de La Rioja - pour parfaire ses études au Collège pontifical espagnol et à l'Université pontificale Grégorienne, où il a obtenu une licence en théologie et en droit canonique. À Rome, le futur cardinal est ordonné prêtre en 1950, retourne dans son diocèse natal de Calahorra y La Calzada-Logroño, puis repart à Rome, cette fois pour suivre les cours de l'Académie pontificale ecclésiastique, l'école des futurs diplomates du Saint-Siège. En août 1956, il fait sa première entrée à la Secrétairerie d'État, où il devient chef de la section espagnole, ce qui explique qu'en août 1968, il soit aux côtés de Paul VI lors du pèlerinage apostolique en Colombie pour le 39e Congrès eucharistique international.

Des responsabilités croissantes

Il passe 14 ans au Vatican, puis en avril 1970, il est nommé conseiller de la délégation apostolique en Grande-Bretagne. Mais à peine six mois plus tard, en octobre, la Secrétairerie d'État veut le réintégrer dans ses rangs comme assesseur, puis comme collaborateur direct du substitut de l'époque, l'archevêque Giovanni Benelli. Cinq autres années de service à l'ombre de Saint-Pierre s'écoulent - au cours desquelles Mgr Martinez Somalo trouve se partage entre les bureaux du Vatican, où beaucoup apprécient son sens de l'humour et sa proximité avec les gens, en particulier avec le monde de la souffrance - jusqu'à ce que, le 12 novembre 1975, le moment vienne de quitter Rome. Paul VI le nomme archevêque et l'envoie comme nonce apostolique en Colombie.

L'heure de la pourpre

Cette fois, c'est Jean-Paul II, en mai 1979, qui le nomme Substitut de la Secrétairerie d'État, poste qu'il occupe jusqu'en 1988, date à laquelle le pape Wojtyla le crée cardinal. La même année, il est également nommé préfet de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements, poste que le cardinal Martínez Somalo quitte en 1992 pour se consacrer à la direction de la Congrégation pour les instituts de vie consacrée et les sociétés de vie apostolique, dont il est devenu préfet émérite en 2004. 

 

 

10 août 2021, 15:23