Recherche

Vatican News

Martínez Somalo «a aimé l'Église avec intelligence et bienveillance»

Les obsèques du cardinal Martinez Somalo se sont tenus ce vendredi en la Basilique saint-Pierre. Elles ont été célébrées par le doyen du Sacré collège, le cardinal Giovanni Battista Re, qui a évoqué la figure du cardinal espagnol décédé le 10 août dernier dans son homélie.

Une vie entière passée «au service du Pape, du Saint-Siège et de l'Église universelle». Le cardinal Eduardo Martínez Somalo - décédé le 10 août à l'âge de 94 ans - a vécu une «vie laborieuse et longue», marquée par «diverses tâches importantes» qui lui ont été confiées «par la confiance des Souverains Pontifes» et qu'il a toujours accomplies dans un esprit de service, dans «une fidélité totale au Pape et un dévouement généreux pour le bien de l'Église et le salut des âmes». C'est ce qu'a souligné le cardinal Giovanni Battista Re, doyen du Collège des cardinaux, lors des funérailles du cardinal espagnol célébrées vendredi matin 13 août à l'autel de la Chaire de la basilique vaticane.

Soulignant quelques traits de son caractère et de sa personnalité, le cardinal Re a rappelé que Martínez Somalo était un «homme pacifique par tempérament, bon et accueillant, doté d'une intelligence aiguë pour saisir le cœur des problèmes et d'une grande capacité à évaluer les personnes et les événements». Il «a beaucoup donné à l'Église et a collaboré avec sept Pontifes romains, qu'il aimait et avec lesquels il a toujours agi en étroite union».

Obsèques du cardinal Somalo à l'autel de la Chaire
Obsèques du cardinal Somalo à l'autel de la Chaire

Dans son homélie, le doyen du Collège des cardinaux a retracé les principales étapes de la vie du cardinal, qui est né en 1927 dans la ville espagnole de Banos de Rio Tobìa, a été ordonné prêtre en 1954 et s'est installé à Rome quelques mois plus tard pour étudier à l'Académie pontificale ecclésiastique. En 1956, Martínez Somalo entre au service diplomatique du Saint-Siège, en commençant à la Secrétairerie d'État au sein de la section hispanophone - dont il deviendra le chef quelques années plus tard - et en travaillant en même temps comme professeur d'espagnol à la même Académie ecclésiastique.

Au début des années 1970, il est nommé conseiller de la délégation apostolique en Grande-Bretagne; mais, rappelle Re, «son éloignement de Rome n'a duré que quelques mois, car en octobre de la même année, il a été rappelé au Vatican comme assesseur de la Secrétairerie d'État», devenant ainsi un collaborateur direct du substitut de l'époque, Mgr Giovanni Benelli. En 1975, Paul VI le nomme nonce apostolique en Colombie et l'élève à la dignité d'archevêque. Il avait choisi comme devise épiscopale “Caritas et veritas”: deux mots, a noté le cardinal doyen, qui «l'ont guidé tout au long de sa vie et ont orienté son œuvre».

En mai 1979, Jean-Paul II «a voulu faire de lui son proche collaborateur et l'a nommé substitut de la Secrétairerie d'État, poste qu'il a occupé pendant neuf ans en grande harmonie de pensée et d'action avec le Pape, cherchant à mettre en œuvre ses indications et ses projets apostoliques». Le cardinal Re a notamment rappelé qu'après l'attentat contre le Pape Wojtyła le 13 mai 1981, le substitut Martínez Somalo «s'est immédiatement rendu à l'hôpital Gemelli et y est resté jusqu'au réveil du Pape après sa longue opération». Les jours suivants, il a «passé une heure par jour avec le Pape».

Pendant la période où il était suppléant, il «n'a pas accepté d'autres engagements afin d'être entièrement à la disposition du Saint-Père, avec un esprit de service et le désir d'être proche de lui et de l'aider». Mais au cours des années précédentes, a souligné le doyen, il a également exercé «toujours et avec enthousiasme un intense ministère pastoral, se consacrant de manière particulière au monde de la souffrance et trouvant du temps malgré ses lourdes obligations professionnelles».

Obsèques du cardinal Somalo à l'autel de la Chaire
Obsèques du cardinal Somalo à l'autel de la Chaire

En 1988, il a été nommé préfet de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements et a reçu le cardinalat pourpre.  Quatre ans plus tard, il devient responsable du département des instituts de vie consacrée et des sociétés de vie apostolique.

Le cardinal Re a évoqué la «grande confiance» que Jean-Paul II lui avait accordée, au point de l'envoyer le représenter à de nombreux événements ecclésiaux internationaux, puis de lui confier le poste de camerlingue de la Sainte Église romaine. Ainsi, «dès le moment de la disparition de feu Jean-Paul II et pendant toute la durée de la vacance du Siège apostolique, il a rempli son rôle délicat avec beaucoup de compétence et de sagesse», adhérant fidèlement aux dispositions de la constitution apostolique Universi Dominici Gregis.

Après l'âge de 85 ans, cependant, «l'énergie qui l'avait caractérisé a commencé à s'estomper et ne lui permettait même plus de sortir de chez lui». Mais «à la maison, il suivait les événements de l'Église avec lucidité et participation», menant «une vie régulière et joyeuse, grâce à l'assistance attentive et valide des Sœurs Missionnaires de Jésus Prêtre Éternel, qui lui ont rendu un très grand service et qui assistaient à sa messe le matin et priaient aussi longuement avec lui pendant la journée».

Il y a environ trois mois, se souvient Re, la situation clinique de Somalo avait commencé à s'aggraver, à tel point qu'il avait dû être hospitalisé pendant une dizaine de jours. Il est ensuite retourné à son domicile au Vatican, où il a reçu toute l'assistance et les soins nécessaires. Le Pape François «lui a rendu visite et lui a apporté son réconfort et sa bénédiction il y a une semaine». Pour sa part, le cardinal a accepté «son lent mais inexorable déclin avec un abandon total à la volonté de Dieu, soutenu et ravivé par une grande espérance chrétienne», exprimant «des mots de gratitude aux religieuses et à ceux qui ont généreusement fait de leur mieux pour l'assister».

«Le témoignage d'amour pour le Christ» et le «sensus Ecclesiae profondément enraciné» que laisse le cardinal Martínez Somalo sont «un héritage à préserver». D'où l'espérance qu’ «au ciel, Dieu lui accordera cette joie et cette paix qu'il a gagnées par son dévouement joyeux et inlassable au service du Pape et de l'Église».

13 août 2021, 13:29