Recherche

Vatican News
L'ambassadrice de Grande-Bretagne, Sally Axworthy, reçue par le Saint-Père le 21 juin 2021. L'ambassadrice de Grande-Bretagne, Sally Axworthy, reçue par le Saint-Père le 21 juin 2021.  

Vatican : de plus en plus de femmes ambassadrices auprès du Saint-Siège

De nos jours, un grand nombre d'ambassadeurs auprès du Saint-Siège sont des femmes. Dans le cadre de "Corona Lockdown 2020", les femmes diplomates en poste à Rome ont établi un réseau informel, elles ont régulièrement invité des personnes compétentes pour des discussions en ligne et, d'une manière générale, pour s'apporter du soutien. Trois des ambassadrices quittent Rome cet été, mais le réseau continue.

Gudrun Sailer - Cité du Vatican

Tout a commencé par un groupe Whatsapp. Durant le difficile huis clos italien corona du printemps 2020, l'ambassadrice britannique auprès du Saint-Siège Sally Axworthy et sa collègue canadienne Isabelle Savard ont ressenti le besoin d'échanger de temps en temps de manière informelle avec d'autres femmes diplomates au Saint-Siège - une vingtaine. L'idée est rapidement venue d'inviter des hôtes compétents à des discussions de fond via Zoom, et les sujets ont alterné entre l'église, la politique et la politique ecclésiale. Les ambassadrices se sont intéressées, entre autres, à la réponse du Saint-Siège à la covid, au rôle des laïcs dans l'Église, ainsi qu'aux tâches et perspectives des femmes au Vatican. 

Le réseau des femmes ambassadrices est explicitement informel ; il n'a pas de statuts, pas de listes d'inscription et pas d'orientation politique, et la conclusion d'accords politiques ne fait pas partie de ses objectifs. Mais les femmes diplomates trouvent l'échange avec leurs paires enrichissant. «Une grande partie de la situation est due au fait que vous voyez que c'est bon, et que cela évolue» dit une ambassadrice. Un groupe ouvert, ajoute-t-elle, pour une forme ouverte d'échange d'idées. Ceux qui avaient le temps se sont joints aux réunions Zoom avec l'invité et ont participé à la discussion. Les femmes diplomates ont elles-mêmes suggéré des orateurs possibles à leurs collègues - et assez souvent, elles ont choisi des orateurs féminins. C'est ainsi que lors d'une récente réception d'adieu à Rome pour quelques ambassadrices, il n'y avait que trois hommes dans le groupe d'environ 30 personnes présentes, un renversement des relations entre les sexes qui se produisent habituellement lors des réceptions dans les ambassades auprès du Saint-Siège.

Première femme ambassadrice en 1975

Pourtant, les femmes sont depuis longtemps représentées dans le corps diplomatique qui va et vient au Vatican. La première femme ambassadrice auprès du Saint-Siège était une Africaine, comme l'a confirmé le département du protocole de la Secrétairerie d'État à Vatican News : le 23 janvier 1975, le Saint-Siège a accrédité comme ambassadrice Bernadette Olowo, originaire d'Ouganda. Par la suite, des pays d'abord isolés, puis de plus en plus nombreux, ont envoyé des femmes diplomates sur le site du Vatican, les Africaines formant une constante. 

En 1980, selon l'annuaire papal, seule la Zambie avait une femme ambassadrice accréditée auprès du Saint-Siège ; en 1990, elles étaient cinq avec le Costa Rica, le Ghana, la Jamaïque, la Nouvelle-Zélande et l'Ouganda ; en l'an 2000, le nombre de femmes ambassadrices au Vatican était passé à huit (Philippines, Lesotho, Nicaragua, Panama, Paraguay, États-Unis, Afrique du Sud, Ukraine). En 2010, il y en avait 16 (Bosnie-Herzégovine, Burundi, Philippines, Gambie, Géorgie, Jordanie, Inde, Islande, Pays-Bas, Pakistan, Panama, Pologne, Suriname, Suède, Tunisie, Ukraine). Enfin, en 2021, 26 ambassadrices sont accréditées auprès du Saint-Siège, dont 16 résidentes, et deux autres femmes diplomates sont déléguées d'organismes internationaux. Au total, il y a actuellement 135 ambassadeurs accrédités auprès du Saint-Siège, selon la Secrétairerie d'État.

Les pays européens ont rattrapé leur retard en matière d'envoi d'ambassadrices auprès du Saint-Siège : la France, la Grande-Bretagne, les Pays-Bas, l'Espagne, la Suède, l'Autriche, l'Estonie, la Lettonie et aussi l'Union européenne ont actuellement des femmes diplomates en poste au Saint-Siège. 

L'Australie, avec Chiara Porro, a déjà envoyé sa deuxième femme ambassadrice et n'est pas un cas isolé ; il en va de même pour les Philippines avec Grace R. Princesa et d'autres nations (Géorgie, Guinée-Bissau, Lettonie, Panama, Zimbabwe). L'ambassadrice américaine Callista Gingrich a également appartenu au réseau jusqu'à son rappel au début de 2021. Parmi les pays qui n'ont jamais nommé de femme à ce poste figurent l'Italie et la Suisse.

04 juillet 2021, 13:42