Recherche

Vatican News
Le cardinal Pietro Parolin interrogé par Radio Vatican le 18 juillet 2021 à l’archevêché de Monaco. Le cardinal Pietro Parolin interrogé par Radio Vatican le 18 juillet 2021 à l’archevêché de Monaco. 

Cardinal Parolin à Monaco: l’Église doit parler à tous les milieux sociaux

C’était la première visite d’un Secrétaire d’État du Saint-Siège dans la Principauté de Monaco. Le cardinal Pietro Parolin s’est rendu sur le Rocher en déplacement officiel du 17 au 19 juillet 2021, afin de marquer le quarantième anniversaire d’une Convention signée entre les deux États.

Delphine Allaire – Principauté de Monaco

Le texte élaboré par Jean-Paul II en 1981 confère au diocèse de Monaco le rang d’archidiocèse, réservant la nomination de l’archevêque exclusivement au Souverain pontife, et non plus au souverain princier.

La visite du Secrétaire d’État du Saint-Siège est aussi intervenue pour encourager cette petite Église monégasque, cosmopolite et composée de tous les milieux sociaux, véritable ciment de la société et des institutions monégasques, le catholicisme étant religion d’État sur le territoire.

Entretien avec le cardinal Pietro Parolin, Secrétaire d'État du Saint-Siège

Éminence, pourquoi est-ce important de manifester par votre visite la proximité du Saint-Siège à la Principauté, à l’occasion des 40 ans de cette Convention?

J’étais très honoré d’accepter l’invitation des autorités monégasques, du Prince, car il me semble important de souligner cet anniversaire qui a permis d’élever le diocèse de Monaco au rang d’archidiocèse. Il manifeste les bonnes relations qui existent entre la Principauté et le Saint-Siège et l’estime et l’appréciation manifestées par le saint Pape Jean-Paul II, qui avait à l’époque rédigé ce document. 


Je souhaite aussi souligner le processus de croissance de l’Église monégasque, malgré le fait qu’elle soit petite d’un point de vue territorial, elle est importante.

Du point de vue du Saint-Siège, comment regardez-vous cette exception que représente Monaco aujourd’hui dans le paysage européen, ce statut rare, d’État officiellement catholique?

Nous la regardons d’abord comme un héritage du passé, mais aussi comme une opportunité. Ma présence ici veut dire que l’on apprécie encore cette formule, qui permet d’un côté la collaboration très constructive avec l’État dans la distinction et l’autonomie de chaque réalité. La collaboration, et en même temps, la reconnaissance du rôle public de la religion. C’est important dans un monde où l’on a tendance à reléguer la religion dans la vie privée, et à dire qu’elle n’a pas de rapport avec la vie sociale. Or, elle a une contribution à apporter, surtout au niveau des principes et valeurs, et dans l’attention aux plus vulnérables et aux plus pauvres, sans toucher à la liberté religieuse.

Sur quels sujets le Saint-Siège collabore-t-il étroitement avec la Principauté?

Sur le plan des valeurs tout d’abord, faire comprendre qu’elles sont la base de la vie sociale et politique. Ensuite, vient la coopération au niveau de la communauté internationale. Monaco a plusieurs projets pour les pauvres et vulnérables, l’Afrique, le Moyen-Orient. Nous pouvons établir des partenariats et collaborations en ce sens, et j’espère que cette visite puisse lancer ce processus.

Le Pape aime beaucoup parler des périphéries, Monaco est bien un centre économique. Mais c’est la vocation de l’Église que d’être présente dans tous les milieux sociaux. L’Église monégasque est petite territorialement mais doit sensibiliser la société sur les valeurs de l’Évangile.  

 

 

 

 

 

18 juillet 2021, 16:47