Recherche

Vatican News
Prière du premier vendredi du Ramadan à Kuala Lumpur Prière du premier vendredi du Ramadan à Kuala Lumpur 

La fraternité humaine source d’espérance

En ce temps de pandémie, chrétiens et musulmans ont besoin d’espérance. Dans ses vœux à l’occasion du Ramadan, le cardinal Ayuso Guixot, président du conseil pontifical pour le Dialogue interreligieux, partage quelques réflexions sur cette vertu.

Vatican News

Chrétiens et musulmans ont ressenti «le besoin d’assistance divine» et de «gestes de solidarité fraternelle» durant les mois de confinement, affirme le cardinal Ayuso, le président du conseil pontifical pour le Dialogue interreligieux. Outre la miséricorde, le pardon, la providence de Dieu, c’est l’espérance que recherchent les croyants, précise-t-il.

Bien plus que de l’optimisme, elle se fonde sur cette certitude : «Dieu nous aime et prend soin de nous par sa Providence», même s’il le fait de manière mystérieuse. «Nous nous retrouvons un peu comme des enfants, assurés du soin affectueux de leurs parents mais pas encore capables d’en saisir toute l’importance» compare le cardinal. «Cette espérance naît aussi de notre conviction que tous nos problèmes et nos épreuves ont un sens, une valeur et une finalité». Elle porte aussi «la certitude de la bonté présente dans le cœur de chaque personne».

La fraternité humaine

La fraternité humaine peut aussi devenir source d’espérance, selon le président du conseil pontifical pour le Dialogue interreligieux. «La réponse rapide et généreuse de solidarité» des croyants ou non aux catastrophes naturelles ou d’origine humaine, rappelle que «l’esprit de fraternité est universel et qu’il transcende toutes les frontières : ethniques, religieuses, sociales et économiques». «Dans cet esprit-là, nous imitons Dieu», affirme le cardinal. Se préoccuper de la «maison commune» est ainsi un autre signe d’espérance estime-t-il.

Mais l’espérance a «ses ennemis» met en garde le cardinal Ayuso : manque de confiance en l’amour et en la sollicitude de Dieu, en nos frères ; le pessimisme ; le désespoir ; les généralisations injustes. Autant de pensées et d’attitudes à combattre pour renforcer l’espérance en Dieu.

Chrétiens et musulmans bâtisseurs d’espérance

Rappelant les paroles du Pape François dans son encyclique Fratelli tutti, le cardinal Ayuso souligne que chrétiens et musulmans sont appelés «à être porteurs d’espérance, pour la vie présente et pour la vie à venir, à être témoins, restaurateurs et bâtisseurs de cette espérance, en particulier pour ceux qui traversent difficultés et désespoir.»

16 avril 2021, 12:00