Recherche

Vatican News
Les obsèques du prince Philip ont lieu à Windsor, ce samedi 17 avril 2021. Les obsèques du prince Philip ont lieu à Windsor, ce samedi 17 avril 2021.  (EXPA/JFK)

Hommage de Mgr Gallagher au prince Philip

Le souvenir du prince Philip, époux de la reine d’Angleterre et dont les obsèques se déroulent ce samedi à Windsor, a été honoré par Mgr Gallagher, secrétaire du Saint-Siège pour les Relations avec les États. Il a célébré ce samedi matin à Rome une messe de suffrage en mémoire du duc d’Édimbourg, décédé le 9 avril dernier.

Vatican News

C’est dans l’église de Ognissanti, en périphérie de Rome, que Mgr Paul R. Gallagher, chef de la diplomatie du Saint-Siège et de nationalité britannique, a présidé une messe en la mémoire de celui qui fut le prince consort britannique pendant près de soixante-dix ans, et époux d’Elizabeth II pendant 73 ans. Citant un poème de Henry Wadsworth Longfellow, évoquant une forêt, Mgr Gallagher a comparé le prince Philip à ces grands arbres qui ont toujours été là et qu’on pense éternels.


«Ils font tellement partie du paysage que quand ils tombent (…) ils produisent un son puissant, un tremblement de terre au cœur de la forêt. Quand vous revenez, vous trouvez un vide apparemment irréparable dans le tissu de la forêt, qui prendra une éternité à combler», a-t-il déclaré.

Toujours aux côtés de la reine

Le duc d’Édimbourg, dans la société et dans l’histoire contemporaine, fut «une constante, toujours là, quelques pas derrière, mais toujours présent» a relevé Mgr Gallagher. Philip fut le prince consort, «un rôle, pas une charge, aux côtés de la reine qui règne mais ne gouverne pas. Un exercice d’équilibre que Sa Majesté et le prince ont exécuté impeccablement pendant près de soixante-dix ans». Et de considérer que saint Paul et le prince Philip «se seraient très bien entendus, tous deux ayant un franc-parler et un penchant pour la controverse».


Mgr Gallagher est ensuite revenu sur la vie du défunt, sa carrière dans la Royal Navy, sa proximité avec les forces armées britanniques. Mais aussi sur son enfance dans un contexte difficile pour sa famille, et sur son éducation dans un établissement rigoureux qui en firent «un jeune homme dur, prêt à retrousser ses manches et à faire ce qui était nécessaire au service de son pays d'adoption».

D’où peut-être, selon le secrétaire pour les Relations avec les États, «son intérêt sincère pour le bien-être des jeunes gens et leur besoin, en grandissant, d'expériences et de réalisations positives», intérêt qui s’est concrétisé par un prix remis à des milliers de jeunes pour réaliser leurs projets.

Un pilier de la famille royale

Revenant sur le mariage avec Elizabeth, Mgr Gallagher a souligné que le prince Philip fut toujours là. «Il a aidé à guider la monarchie et la famille royale à travers des décennies de changements et de défis. Une famille spéciale mais une famille normale, essentiellement, avec ses joies et ses peines, ses succès et ses échecs, ses conflits et ses tensions, et ses moments de grand bonheur et de satisfaction». Philip aida ainsi la reine pendant la transition de l’Empire au Commonwealth, comme pendant l’Annus Horribilis (1992).

Mgr Gallagher n’a pas occulté les «multiples contrastes» de la vie de Philip. Le «grand arbre est peut-être tombé, mais il laisse sa marque et encourage une nouvelle croissance vers les cieux.»

 

 

17 avril 2021, 13:25