Recherche

Vatican News
La salle de travail "Pie XI" au sein des Archives apostoliques. La salle de travail "Pie XI" au sein des Archives apostoliques.  Le Vatican de l'intérieur

Les archives du Pape ouvertes au monde

Les dicastères du Saint-Siège racontés de l'intérieur : histoire, objectifs et budget de mission, comment fonctionnent les structures qui soutiennent le ministère du Pape. Le préfet des Archives apostoliques du Vatican, Mgr Sergio Pagano, parle du service rendu à l'Église et aux chercheurs de toutes les nations.

Benedetta Capelli - Cité du Vatican

À la demande du Pape François, les archives du Vatican ne sont plus "secrètes" mais "apostoliques", c'est-à-dire que rien de leur nature n'a été perdu ou modifié. En effet, cette institution très ancienne a une mission claire: conserver les documents du Pape, des différents organes de la Curie en les mettant à la disposition de ceux qui en font la demande.

Les "Archives centrales du Saint-Siège", selon la définition donnée par Jean-Paul II, ont une extension de documentation égale à environ 83 kilomètres linéaires, ce qui en fait l'une des plus grandes au monde. Cette gardienne d'une histoire millénaire n'a pas peur de s'ouvrir au monde extérieur, comme en témoigne la possibilité de consulter les documents du pontificat de Pie XII, le Pape qui a vécu la période difficile du nazisme et du fascisme.

Ceux qui s'adressent à cette institution, souligne le préfet des Archives apostoliques du Vatican, Mgr Sergio Pagano, ne sont pas seulement des spécialistes de l'histoire religieuse ou civile mais mènent des enquêtes qui «s'étendent à tous les aspects de la société humaine».

Dans un contexte culturel sécularisé comme celui d'aujourd'hui, qui semble avoir perdu le sens de la mémoire et la référence à des valeurs "fortes", quelle place a une institution créée pour préserver les témoignages historiques de la papauté et de l'Église?

L'espace et la tâche que les Papes ont confiés aux Archives secrètes du Vatican de l'époque, aujourd'hui "Archives apostoliques du Vatican", sont les mêmes à toutes les époques, indépendamment - en général - de l'évolution du contexte culturel: il s'agit de conserver, d'organiser et de mettre en valeur la documentation produite par les secrétariats des Pontifes romains et les différents organes de la Curie romaine, et de faire en sorte que cette documentation soit mise d'abord au service interne du Pape et du Saint-Siège, puis (depuis 1881) à l'usage direct des chercheurs du monde entier qui utilisent de plus en plus les Archives du Vatican pour leurs études.

Malgré le "contexte culturel sécularisé" que vous relevez dans votre question, je crois savoir que le nombre de chercheurs qui demandent chaque année à être admis dans les salles d'étude des Archives du Vatican est plus ou moins stable depuis plusieurs décennies et se situe autour du chiffre d'environ 1000 demandes d'admission par an (nous sommes passés de 1228 cartes d'admission en 2015 à 1011 cartes en 2018), à l'exception de cette dernière année écoulée qui a fortement réduit l'accès à Rome des différents chercheurs (seulement 739 admissions).

L'intérêt constant pour la documentation des Archives Apostoliques Vaticanes (dont la loi sur les archives de Saint Jean Paul II rappelle qu'elles sont les archives centrales du Saint Siège), ne montre aucun signe de déclin au fil des ans, et ce, comme vous l'avez dit, même en période de forte sécularisation. Cela découle du fait que la documentation des Archives Pontificales, outre un aspect religieux évident, présente également un caractère d'intérêt historique, géographique, culturel, en pratique ce que les savants ont appelé une «géographie humaine».

C'est pourquoi, parmi les chercheurs qui se penchent sur les documents conservés dans les Archives Apostoliques, on trouve aussi bien des passionnés d'histoire religieuse que d'histoire civile; leurs recherches s'étendent à tous les aspects de la société humaine. Il y a donc ceux qui recherchent des documents capables de construire une biographie spécifique (des Papes, des empereurs, des rois et des souverains ou de leurs cours), ceux qui étudient un diocèse ou une ville, un État ou un empire, ceux qui se déplacent dans le vaste domaine de l'hagiographie, ceux qui enquêtent sur les relations diplomatiques, ceux qui étudient les phénomènes religieux ou les mouvements théologiques, ceux qui privilégient l'histoire des institutions, ceux qui étudient un sanctuaire, un monastère, une église, ceux qui s'intéressent à leur paroisse ou à leur pays.

Après le Motu proprio qui a changé son nom le 22 octobre 2019, éliminant le titre "secrètes", les Archives du Vatican partagent désormais le titre "apostolique" avec la Bibliothèque. Quelle est la signification de cette décision du Pape François et qu'est-ce que cela a signifié pour les Archives?

Le sens de la décision du Saint-Père François est bien exprimé dans le motu proprio du 22 octobre 2019 par lequel il a changé le titre séculaire d'Archivum Secretum Vaticanum, Archives secrètes du Vatican, en Archives apostoliques du Vatican. En lisant attentivement ce document, on apprend que déjà au XVIIe siècle, les archives du Pape étaient appelées à la fois secretum et apostolicum, et qu'au XIXe siècle encore, elles étaient appelées Archivum Secretum Apostolicum Vaticanum.

Le Pape François, afin d'éviter les malentendus faciles que ce titre a causé ou pourrait causer dans les langues modernes, y compris l'italien, dans le terme “secret”, a pensé qu'il était juste (je pense avec raison) d'abandonner ce terme maintenant "incommode" et trompeur et de le remplacer par le terme “Apostolique”, qui dans la pratique est équivalent à “Secret”, parce qu'en latin tant secretum (qui signifie séparé, privé), et apostolicum (c'est-à-dire du domnus apostolicus, qui est seulement le Pape) désignent la même réalité, également juridique. L'Archive apostolique du Vatican n'a rien perdu de sa nature originelle en abandonnant ce secret, car même sous le nouveau titre voulu par le Pape François, elle continue d'être l'Archive privée du Pape (donc apostolique), soumise uniquement à lui et sous sa gouvernance exclusive.

Ce changement de titre des Archives du Vatican a été accueilli dans un premier temps - et c'est compréhensible - avec une certaine nostalgie (le vieux terme latin secretum avait aussi son charme !), mais ensuite tout le monde s'est rendu compte que le changement de nom décidé par le Pape répondait et répond en fait à un besoin de répondre au "sentiment" moderne, qui dans le secretum pouvait penser à des mystères cachés enfermés dans des dépôts sombres et vastes, romancés seulement par ceux qui n'ont jamais connu la réalité des Archives du Vatican.

Comment le personnel des Archives est-il structuré et comment le travail est-il organisé? Quels coûts cela entraîne-t-il? Et quels sont les éléments les plus pertinents de votre "déclaration de mission" spécifique?

À la tête des Archives apostoliques du Vatican, ainsi que de la Bibliothèque apostolique, se trouve le cardinal archiviste et bibliothécaire, qui coordonne les activités des deux institutions et les représente, tant au sein de la Curie romaine que dans le contexte international. La gestion ordinaire des Archives du Vatican est confiée à son préfet, nommé par le Pape, qui rend constamment compte du "gouvernement" de l'institution au cardinal archiviste, et qui est toujours assisté du vice-préfet, également nommé par le Pape.

Le préfet est chargé de répartir les travaux scientifiques entre les fonctionnaires et les travaux de gestion ordinaire entre les autres personnels. Ce personnel est composé d'archivistes, de rédacteurs, de secrétaires, d'assistants, d'agents d'archives, de techniciens spécialisés dans les laboratoires (informatique, photographie, reliure et restauration), d'assistants dans les trois salles d'étude et d'auxiliaires pour d'autres tâches (soit un total de 63 personnes aujourd'hui, qui sera ramené en cinq ans, pour des raisons de maîtrise des coûts, à 58).

Le coût de la gestion annuelle des Archives Apostoliques représente environ 2% de l'ensemble du budget du Saint-Siège. Le coût le plus important dans le budget des Archives est naturellement le personnel, bien que les Archives Apostoliques, qui ont aujourd'hui une extension de documentation égale à environ 83 kilomètres linéaires et sont donc l'une des plus grandes (et certainement l'une des plus anciennes et des plus précieuses) du monde, aient un personnel inférieur aux besoins réels. D'autres Archives d'État (comparables aux Archives du Pape) ont au moins deux fois plus de personnel. Mais il est évident de penser que le Saint-Siège ne peut pas faire plus que cet effort économique, compte tenu des ressources économiques relatives et du fait que les dépenses considérables pour l'entretien annuel des Archives du Vatican sont destinées à tous et uniquement à l'avantage culturel.

Depuis l'année dernière, à la demande du Pape François, les documents du pontificat de Pie XII peuvent être consultés par les chercheurs. L'Église ne devrait donc pas avoir "peur de l'histoire", comme l'a dit François lui-même en annonçant l'ouverture des archives de cette période?

Après une longue et nécessaire attente d'au moins vingt ans, le pape François a annoncé le 4 mars 2019 sa décision d'ouvrir les sources du pontificat fondamental de Pie XII (1939-1958) à la consultation des historiens. Ce faisant, le Souverain Pontife a réitéré une grande vérité déjà manifestée par ses prédécesseurs (au moins à partir de Léon XIII), à savoir que «l'Église catholique n'a pas peur de l'histoire». L'Église sait bien que son passage à travers les longs siècles de son existence parmi les différentes civilisations, les hommes et les cultures, n'a été orienté vers rien d'autre, par la volonté de son fondateur Jésus-Christ, que vers le salut des hommes et la construction d'une Cité de Dieu.

De même, l'Église est bien consciente que le mandat de son Seigneur a été et est confié à d'autres hommes (dans le sacerdoce et dans la vie laïque), qui, comme l'enseigne l'ensemble de l'Ancien et du Nouveau Testament, sont "mélangés" de grâce et de péché, avec une foi forte (sainteté) et des faiblesses personnelles et contingentes. Cela est vrai à partir de saint Pierre, le prince des apôtres, pour se poursuivre dans ses successeurs et avec les pasteurs élus pour diriger le saint peuple de Dieu. La grâce et le péché, la force spirituelle et la fragilité humaine, la lumière et l'ombre, en somme, s'entremêlent et se reflètent indéniablement dans l'histoire de l'Église et donc aussi dans les documents conservés dans les Archives pontificales.

Cette réalité se produit également avec les nombreux, voire très nombreux, documents du pontificat de Pie XII, mais sans que cela ne suscite chez le Pape François et chez nous une quelconque préoccupation. Ceux qui auront ensuite la patience et l'honnêteté intellectuelle d'étudier l'ensemble des milliers de documents traités par Pie XII et les organes du Saint-Siège sous son pontificat, devront admettre en fin de compte (j'en suis pleinement convaincu) que dans le climat très trouble et obscur de la Seconde guerre mondiale, la Chaire de Pierre n'a pas du tout été éclipsée ou obscurcie par les temps cruels et terribles, malgré toutes les circonstances défavorables et les incertitudes dans lesquelles Eugenio Pacelli se trouvait. Le contraire s'avère être vrai. Même pour ceux qui ont fait des attaques et des reproches de toutes sortes, le Saint-Siège est toujours resté un haut point de référence, d'humanité et de civilisation, pour les catholiques, pour les non-catholiques et pour les non-chrétiens.

 

22 mars 2021, 15:00