Recherche

Vatican News
Le Pape Pie XI (1857-1939) et Guglielmo Marconi, inventeur italien de la radio et de la télégraphie sans fil (1874-1937). Le Pape Pie XI (1857-1939) et Guglielmo Marconi, inventeur italien de la radio et de la télégraphie sans fil (1874-1937).  

90 ans de Radio Vatican: les micros du Pape dans un Musée historique

Cette semaine marque le 90e anniversaire de la naissance de Radio Vatican, le 12 février 1931. À cette occasion, redécouvrons les instruments techniques qui ont accompagné l'histoire de la radio, celle des papes et du monde auquel ils ont parlé. Des microphones symboliques sont conservés à l'intérieur de la Palazzina conçue par Guglielmo Marconi pour la radio des papes qui venait alors tout juste de naître.

Eliana Astorri - Cité du Vatican

Du premier microphone utilisé pour l'inauguration de Radio Vatican en 1931 aux microphones grâce auxquels huit papes en 90 ans ont fait entendre leur voix au monde entier, en passant par les enregistreurs et les bobines. Ces instruments techniques sont conservés à l'intérieur du bâtiment Marconi de l’État de la Cité du Vatican, voulu par le créateur de la radio comme première station de la radio du Pape, et qui abrite également le Musée historique de la Radio du Vatican. N'étant plus ouvert au public, il reste néanmoins un précieux témoignage de l'histoire et des objectifs de Radio Vatican, comme l'explique le créateur et fondateur du musée, Alido Brinzaglia.

Qu'est-ce qui vous a incité à réunir ainsi les instruments et les objets de Radio Vatican?

R. - Pour être honnête, c'était une coïncidence. Comme j'étais responsable de la partie logistique de la Palazzina Léon XIII, je me déplaçais aussi vers l'émetteur du Vatican et là j'ai remarqué que de nombreux objets historiques y étaient posés en vrac, comme dans des archives. J'ai alors eu l'idée de rassembler ces découvertes et ces appareils télégraphiques et j'en ai parlé à la direction qui m'a donné son accord. Au début, il ne s'appelait pas du tout musée, nous n'avions pas cette présomption, et nous l'appelions «collection d'appareils historiques de Radio Vatican». Le 12 février 1995, nous avons donc procédé à l'inauguration, inattendue, du musée.

Quels sont les objets que vous avez collectés?

R. - De toutes sortes. En commençant par tout ce qui avait été nécessaire pour créer la station Radio Vatican. Disons que le musée, en soi, est aussi le même bâtiment que Marconi avait choisi sur la colline du Vatican pour y installer la première station de radio du Vatican. Ici, nous avons le musée à l'intérieur. Le même bâtiment, pratiquement, fait donc partie du musée. En effet, c'est une partie essentielle du musée, car en plus des pièces historiques que nous avons collectées, il y a les émetteurs et toutes les autres structures que Marconi avait utilisées, et qui sont stables à l'intérieur du bâtiment. En particulier, j'ai pris soin de faire un choix extrêmement détaillé concernant les microphones. 

 

En parlant de la Palazzina Léon XIII où se trouvait, entre autres, le centre de contrôle avec la console en fer à cheval, il y avait le microphone historique d'où parlait Guglielmo Marconi. Il était situé dans ce qui était alors le siège de la direction générale. Qu'est-il arrivé à ce microphone?

R. - Il se trouve maintenant au musée, mais il a été exposé pendant de nombreuses années là où se trouvait la direction technique. La première chose dont je me suis occupé avec beaucoup de soin et de manière particulière, ce sont les microphones. Puis sont venues toutes les autres structures, donc aussi bien les appareils de mesure que les enregistreurs, tout. Lorsque nous avons «pris goût» à rendre ce musée actif, nous nous sommes rendus compte que le musée de Radio Vatican était quelque chose de très vivant et que les micros représentaient cette activité de manière fondamentale. Le premier micro de Radio Vatican était lié à l'histoire de la naissance de Radio Vatican, puis de Pie XI, de Marconi et du père Gianfranceschi qui fut le premier directeur de Radio Vatican; à l'intérieur, se trouvaient encore tous les discours qui avaient été faits par ces trois personnages lors de l'inauguration. Autre micro très important, un Telefunken Ela qui nous rappelait toute la période de Pie XII, puis la guerre et la période où Radio Vatican était engagée pour mettre en contact via plus d'un million de messages les disparus, les proches etc. D'autres microphones tout aussi fondamentaux nous rappellent d'autres papes.

Par exemple, le micro du saint Pape Paul VI nous ramène au premier voyage en Terre Sainte. Les appareils ne sont pas des fins en soi. Ils racontent Radio Vatican et son histoire de manière active.

Et de l'histoire des papes...

R.- L'histoire des papes et ce qu'ils ont dit! Chaque pape a eu sa vision précise de la communication. Par exemple, Pie XI était un pape communicateur. Paul VI a mis en avant la communication, Jean-Paul II l'a portée à son acmé. Ces micros représentent l'activité du Saint-Père, des différents papes et de tout ce qu’était le monde dans ces contextes, du point de vue social, religieux et politique. Si nous pensons aux microphones utilisés par Jean-Paul II, nous devons également nous référer au mouvement sociopolitique de l'Europe orientale à cette époque.

Quelle vie a eu ce musée, qui pouvait le visiter?

-R. Nous avons commencé avec le personnel de Radio Vatican, qui a ensuite appelé d'autres personnes faisant partie des différentes directions. Nous sommes très international. Puis sont arrivés aussi de simples amateurs de radio. Radio Vatican était très célèbre alors et quand ces aficionados ont appris qu’un musée existait, ils se sont tous précipités. Mais j'ai surtout visé les écoles. Au début, avec notre personnel de gestion, nous avons fait de la publicité, en envoyant des brochures principalement aux écoles techniques, donc aux techniciens industriels, en leur faisant savoir qu'il y avait ce musée; nous avons commencé avec eux.

La nouvelle s'est répandue et nous sommes arrivés dans les collèges et c'est là ma plus grande satisfaction. Celle de faire connaître le musée même à ceux qui ne savaient même pas ce qu'était Radio Vatican. Un peu parce qu'ils étaient petits, un peu parce que Radio Vatican était connue mais c'était une radio d'élite, il fallait l'écouter presque sur rendez-vous, ce n'était pas une radio commerciale. Et donc de faire connaître l'activité de Radio Vatican aujourd'hui encore, et pas seulement dans le passé.

Que devient le musée aujourd'hui?

R. - Le musée a subi quelques changements car le bâtiment dans lequel il se trouve a subi quelques modifications; il est donc devenu un peu plus petit en termes d'espace.

Ne serait-il pas possible de le ramener à la vie et de l'ouvrir aux visiteurs une fois que les conditions sanitaires le permettront?

R. - Bien sûr, il suffit de le vouloir. (Par exemple) nous avons participé à 6 ou 7 éditions de la rencontre de Rimini et nous avons «emmené» le musée. Environ un million de personnes sont passées par cette rencontre, et ce qui a intrigué les gens, c'est l'appareillage. Car nous avions des appareils merveilleux ainsi que des microphones. Mais ce que nous voulions, c'était faire connaître Radio Vatican, le message de Radio Vatican, qui est parti de Pie XI...

Pas de meilleurs moyens que les instruments pour cela…

R.- Oui, les instruments ont éveillé la curiosité et ensuite il a été de notre intelligence de parler de la raison la plus importante de l'existence de Radio Vatican, qui est d'apporter l'évangélisation dans le monde entier, même là où il y a très peu d'auditeurs. Une mission qui avait été commencée précisément par Pie XI, par le pape qui a inauguré Radio Vatican, qui est la voix du pape, devant atteindre toutes les parties du monde. Une voix de paix et d'amour.

08 février 2021, 14:27