Recherche

Vatican News
Le cardinal Cantalamessa, prédicateur de la Maison pontificale. Le cardinal Cantalamessa, prédicateur de la Maison pontificale. 

Cardinal Cantalamessa: le Carême est le temps de la conversion

Pour sa première prédication du Carême 2021, ce vendredi 26 février, le cardinal Cantalamessa est revenu sur le sens de la formule prononcée lors de l’imposition des Cendres: «Convertissez-vous et croyez en l’Évangile».

Avant de commencer un nouveau cycle thématique qui sera déployé en trois temps les 5, 12 et 26 mars (mais pas le 19 mars, jour férié au Vatican), le cardinal Cantalamessa a effectué sa première méditation de Carême cette année en abordant le thème de la conversion, avec cette parole tirée de l’Évangile de dimanche dernier:  «Les temps sont accomplis: le règne de Dieu est tout proche. Convertissez-vous et croyez à l’Évangile!»

Cette idée de conversion revient à trois reprises dans le Nouveau Testament, avec des sens légèrement différents. «Avant Jésus, la conversion signifiait toujours un "retour en arrière". Le mot hébreu, "shub", signifie faire demi-tour, revenir sur ses pas, a expliqué le prédicateur. Elle indiquait la démarche d'une personne qui, à un certain moment de sa vie, se rend compte qu'elle fait "fausse route". Alors elle s'arrête, change d’avis, décide de revenir à l'observance de la Loi et de renouer son alliance avec Dieu.»

Mais «sur les lèvres de Jésus, ce sens change. Non parce qu'il aime changer le sens des mots, mais parce qu'avec sa venue, les choses ont changé. "Les temps sont accomplis: le règne de Dieu est tout proche!" Se convertir ne signifie plus revenir en arrière, à l'ancienne alliance et à l'observance de la Loi, mais plutôt faire un saut en avant et entrer dans le Royaume, saisir le salut qui est offert aux hommes gratuitement, par l'initiative libre et souveraine de Dieu.»

Redevenir comme des enfants

Une deuxième occurrence du thème de la conversion intervient dans ce passage de l’Évangile de Matthieu. «À ce moment-là, les disciples s'approchèrent de Jésus et lui dirent: "Qui donc est le plus grand dans le royaume des Cieux?" Alors Jésus appela un petit enfant ; il le plaça au milieu d'eux, et il déclara: "Amen, je vous le dis: si vous ne changez pas pour devenir comme les enfants, vous n'entrerez pas dans le royaume des Cieux. Mais celui qui se fera petit comme cet enfant, celui-là est le plus grand dans le royaume des Cieux.» (Mt 18,1-3).

«Cette fois-ci, oui, se convertir signifie rebrousser chemin, précisément revenir à l'époque où l'on était enfant ! Le verbe employé, "strefo", indique un demi-tour. C'est là la conversion de celui qui est déjà entré dans le Royaume, qui a cru à l'Évangile, qui sert le Christ depuis un certain temps. C'est notre conversion!», a expliqué le prédicateur de la Maison pontificale. Plutôt que de s’accrocher à des honneurs ou à des responsabilités, le devoir de chaque vrai disciple est donc de «se décentrer de soi-même et se recentrer sur le Christ».

«Pour nous aussi, redevenir des enfants signifie revenir au moment où nous avons découvert que nous étions appelés, au moment de notre ordination sacerdotale, de notre profession religieuse ou de notre première vraie rencontre personnelle avec Jésus», a précisé le cardinal capucin.

Rejeter toute tiédeur

Le troisième contexte dans lequel l'invitation à la conversion revient est donné par les sept Lettres aux Églises de l'Apocalypse. La Lettre à l'Église de Laodicée est particulièrement péremptoire et radicale: « Je connais tes actions, je sais que tu n'es ni froid ni brûlant... Puisque tu es tiède - ni brûlant ni froid - je vais te vomir de ma bouche.... Sois fervent et convertis-toi ». (Ap 3, 15s) Il s'agit ici donc de «se convertir de la médiocrité et de la tiédeur». Saint Paul aura des accents semblables. tout comme, beaucoup plus tard dans l'histoire du christianisme, la tradition mystique autour de sainte Thérèse d’Avila.

«Nous sommes héritiers d'une spiritualité qui concevait le chemin de la perfection selon les trois étapes classiques: la voie purgative, la voie illuminative et la voie unitive. En d'autres termes, on doit pratiquer le renoncement et la mortification pendant longtemps avant de pouvoir éprouver de la ferveur. Il y a une grande sagesse et des siècles d'expérience derrière tout cela, et malheur à ceux qui pensent que c'est désormais dépassé. Non, tout cela n'est pas dépassé, mais ce n'est pas la seule voie que suit la grâce de Dieu», a précisé le cardinal capucin.

La joie d'une ferveur inspirée par l'Esprit Saint

Le thème de «l’ivresse divine», développé par les Pères de l’Église, vient apporter une vision plus joyeuse, laissant passer une idée de partage. «Une vie chrétienne pleine d'efforts ascétiques et de mortification, mais sans la touche vivifiante de l'Esprit, ressemblerait - disait un Père ancien - à une messe au cours de laquelle on ferait de nombreuses lectures, on accomplirait tous les rites et on apporterait de nombreuses offrandes, mais où la consécration des espèces par le prêtre n'aurait pas lieu. Tout resterait comme avant, rien d’autre que du pain et du vin.»

Saint Ambroise développait l’image du vin pour faire comprendre aussi, avec un langage poétique, l’idée d’une harmonie entre les disciples de Jésus. «Il y a encore une autre ivresse qui s’opère par la pluie pénétrante du Saint-Esprit. C'est ainsi que, dans les Actes des Apôtres, ceux qui parlaient en diverses langues apparurent aux auditeurs comme s'ils étaient remplis de vin doux», écrivait-il.

«Demandons à la Mère de Dieu de nous obtenir la grâce qu'elle a obtenue pour son Fils à Cana en Galilée. Par sa prière, ce jour-là, l'eau a été transformée en vin. Demandons que, par son intercession, l'eau de notre tiédeur devienne le vin d'une ferveur renouvelée. Le vin qui, à la Pentecôte, a provoqué chez les apôtres la sobre ivresse et les a rendus fervents dans l'Esprit», a conclu le prédicateur capucin.

 

26 février 2021, 10:00