Recherche

Vatican News
Le juge Mohamed Mahmoud Abdel Salam, ancien conseiller du Grand Imam d'Al-Azhar, Cheikh Ahmad Al-Tayyeb, et juge au Conseil d'État égyptien Le juge Mohamed Mahmoud Abdel Salam, ancien conseiller du Grand Imam d'Al-Azhar, Cheikh Ahmad Al-Tayyeb, et juge au Conseil d'État égyptien 

Juge Abdel Salam: beaucoup attendaient d'être conduits vers la fraternité

La première Journée internationale de la fraternité humaine se tiendra le 4 février. Le juge Abdel Salam, l'une des personnes à l'origine de cette initiative, déclare à Vatican News que la célébration annuelle de la Fraternité humaine «renouvellera les idées et les visions pour sa réalisation».

Entretien réalisé par sœur Bernadette Reis – Cité du Vatican

Le juge Mohamed Mahmoud Abdel Salam, ancien conseiller du Grand Imam d'Al-Azhar, Cheikh Ahmad Al-Tayyeb, est juge au Conseil d'État égyptien. Tout au long de sa carrière, il a encouragé le dialogue entre les différentes facettes de la société et a participé à l'élaboration de lois visant à réduire la violence commise au nom de la religion. En août 2019, il est devenu le secrétaire du Haut Comité pour la réalisation des objectifs contenus dans le document sur la fraternité pour la paix mondiale et la vie en commun.

En vue de la célébration de la première Journée internationale de la fraternité humaine, le juge Abdel Salam nous a accordé une interview. Il y parle de l'importance de cette nouvelle célébration internationale, de la manière dont il a constaté que les gens adhèrent aux idéaux du Document sur la fraternité humaine et de son implication personnelle dans la mise en œuvre du document.

Quelle signification a cette première Journée internationale de la fraternité humaine pour vous en tant que membre du Haut Comité chargé de la mise en œuvre du Document sur la fraternité humaine pour la paix mondiale et le vivre ensemble ?

La résolution de l'Assemblée générale des Nations Unies proclamant l'anniversaire de la signature du Document sur la fraternité humaine comme Journée internationale de la fraternité humaine signifie que l'humanité a pris conscience de l'importance de la fraternité humaine dans le façonnement de ses relations et de l'avenir de ses générations futures. D'autant plus que cette résolution intervient à un moment très sensible où l'humanité est confrontée à la crise sans précédent provoquée par l'épidémie de coronavirus, en plus de l'escalade de la violence et de la haine, qui sont des dangers qui ne peuvent être affrontés que par la solidarité et la fraternité entre tous les membres de la famille humaine.

L'importance de cette résolution est qu'elle fait de la réalisation de la fraternité humaine une responsabilité de solidarité mondiale, puisque le monde entier participe à la réalisation de ces principes sublimes, et qu'elle renouvelle chaque année les idées et les visions pour sa réalisation, afin qu'elle devienne une source d'inspiration pour la tolérance et la coexistence.

L'année dernière, lors du premier anniversaire de la signature du Document historique sur la fraternité humaine par le Pape François et le grand imam Cheikh Ahmed Mohamed el-Tayyeb, vous avez déclaré que ce document est une «source d'inspiration pour l'humanité dans le monde entier» et que la réalisation de la fraternité humaine a besoin du soutien des décideurs et des chefs religieux, ainsi que des médias. Comment avez-vous vu les personnes de ces secteurs contribuer à la réalisation de la fraternité humaine depuis que vous êtes membre du Haut Comité ?

En fait, nous avons été témoins de nombreuses attitudes humanitaires adoptées par des chefs religieux, des pays et des institutions. Après que Sa Sainteté le Pape François et le Grand Imam d'Al-Azhar, Ahmed Al-Tayeb, aient présenté un modèle historique en signant le Document sur la Fraternité humaine, nous avons vu des chefs religieux de différentes religions interagir avec le document. Dans nos activités au cours de la période écoulée, nous avons constaté un grand désir de coopération de la part des chefs religieux et des institutions internationales. En effet, nous avons établi des partenariats pour des initiatives prometteuses avec ces institutions.

Au niveau des États et des décideurs, nous trouvons des applications stimulantes pour le document sur la fraternité humaine, puisque l'État des Émirats arabes unis a créé la Cité humanitaire des Émirats pour recevoir sans discrimination les citoyens de divers pays bloqués dans les premiers foyers de coronavirus, puis a envoyé de l'aide à tous ceux qui en avaient besoin, indépendamment de toute attitude politique. Lorsque le Haut Comité de la Fraternité humaine a invité le monde à prier et à implorer l'humanité, des millions de personnes dans le monde ont répondu à son appel, comme si elles attendaient seulement que quelqu'un leur donne la main pour la fraternité et la solidarité.

Vous avez également participé à la conférence de presse présentant la dernière encyclique Fratelli tutti du Pape François. Dans votre présentation, vous avez déclaré que «le christianisme et l'islam ont récemment fait apparaitre (...)  un nouveau pilier de vérité, de bien, de liberté et de fraternité». Qu'est-ce que cela vous fait d'être personnellement impliqué dans cette nouvelle relation, de travailler côte à côte avec des croyants d'autres anciennes traditions religieuses ?

Bien sûr, j'ai été honoré lorsque Sa Sainteté le Pape m'a invité à participer au lancement de cet important message humanitaire, j'ai veillé à lire la lettre en profondeur. En fait, une fois que vous l'aurez lue, vous vous rendrez compte de la profondeur de la recherche, de l'analyse et du traitement des questions et des sujets qui concernent la paix et la fraternité humaine. Par exemple, dans le discours du Pape sur les immigrants et les réfugiés, vous sentez le grand cœur du Pape François, qui est dépouillé de tout préjugé religieux ou ethnique, donc il ne parle de ceux-ci que du fait d'être une personne qui ressent la souffrance de son prochain.

Ces qualités humaines caractérisées par le Souverain Pontife et Grand Imam, Cheikh d'Al-Azhar, sont l'incarnation des valeurs de paix et d'amour que l'on trouve dans l'Islam et le Christianisme, et ce sont elles qui devraient définir la relation entre les adeptes des deux religions et tous les croyants de toutes les religions. Bien que certains doutent encore de la possibilité de mettre en œuvre la fraternité, et considèrent ces efforts comme éloignés de la réalité, le modèle vivant présenté par l'imam al-Tayyib et le Pape François de fraternité humaine et de fraternité mondiale entre les deux plus grands chefs religieux qui diffèrent par la langue, la race, la culture et définitivement la religion et qui s'accordent dans l'amour, la coexistence et le travail en commun. Pour le bien de l'humanité, c'est la réponse pratique à tous ceux qui voient l'impossibilité de mettre en œuvre ce document.

01 février 2021, 14:27