Recherche

Vatican News
Le saint Pape Paul VI, qui a régné de 1963 à 1978. Le saint Pape Paul VI, qui a régné de 1963 à 1978. 

Il y a 50 ans, l’attentat contre Paul VI à Manille

Le poignard s'est arrêté à quelques centimètres du cœur de Paul VI. Il y a cinquante ans, le 27 novembre 1970, saint Paul VI faisait l’objet d’une tentative d’assassinat alors qu’il venait de débarquer à Manille au cours du dernier voyage de son pontificat, le plus long, qui le conduisit en Asie et en Océanie.

Vatican News

Cet attentat, que beaucoup ont oublié aujourd’hui, fut déjoué grâce à la réaction rapide des collaborateurs du Pape, qui neutralisèrent rapidement le faux prêtre qui avait tenté de le poignarder. Ce pèlerinage, très fatigant pour Paul VI alors âgé de 73 ans, était motivé par la première conférence des évêques d'Asie de l'Est et visait à rencontrer les personnes vivant de l'autre côté du globe, avec, cinq ans près la fin du Concile Vatican II, un message qu’il voulait adresser au monde sur le sens de l'inculturation de la foi et l'enrichissement de la communion de toute la catholicité.

Une vaste et ambitieuse tournée à l’autre bout du monde

C'est Paul VI lui-même qui avait présenté aux fidèles, lors d'une audience générale, l'itinéraire de ce voyage dans le lointain Orient: le programme intégrait une étape de trois jours à Manille aux Philippines, un passage au Samoa, ensuite trois jours à Sydney, en Australie, et une étape à Djakarta, la capitale de l'Indonésie musulmane.

Un vol allait ensuite l’emmener pour Hong Kong, alors colonie britannique, mais qui constituait naturellement un point de contact vers la Chine continentale, dont les relations avec le monde extérieur était alors très limitées. «Pour quelques heures, nous espérons témoigner à tout le monde, sans discrimination, au grand peuple chinois l'estime et l'amour de l'Église catholique et de la nôtre», avait expliqué Paul VI, qui utilisait encore dans ses discours publics le “nous” de majesté. Cette étape demeure le seul passage d’un Pape dans le monde chinois. Enfin, le dernier arrêt prévu était Colombo, la capitale du Sri Lanka. Un voyage long et exigeant mais, expliquait Paul VI, «le pouvoir et le devoir ont enflammé la volonté».

Paul VI est parti le 26 novembre et l'avion a tout d’abord fait une escale technique à Téhéran, où le Pontife a été reçu cordialement par le Chah d’Iran. Il a également été décidé de faire une escale imprévue à Dacca, dans ce qui était alors le Pakistan oriental (indépendant l’année suivant sous le nom de Bangladesh), pour une rencontre avec les victimes de l’énorme typhon qui venait de dévaster le territoire, faisant entre 250 et 500 000 morts. Le Pape voulait remettre une importante somme d'argent pour l'effort de secours qui comprenait le produit d'une collecte effectuée à bord de l'avion auprès des journalistes qui l'accompagnaient dans son voyage.

L’agression de Manille

Le matin du 27 novembre, dès son atterrissage à l'aéroport de Manille, Paul VI a subi une attaque qui aurait pu lui coûter la vie. «Pour chaque voyage, le Pape a été averti qu'une attaque possible était prévue, du voyage en Terre Sainte à l'Extrême-Orient. Les services secrets ont également alerté la Secrétairerie d'État. Et chaque fois, le Pape a affronté les voyages sans se soucier de rien, en faisant confiance à Dieu» rappelle le secrétaire spécial Don Pasquale Macchi dans ses mémoires,. Mais cette fois-ci, le Pape a été frappé.

«Alors qu'il saluait les autorités, les cardinaux et les évêques, écrit son secrétaire, le pape a été attaqué par un peintre bolivien, Benjamin Mendoza y Amor, 35 ans, vêtu en prêtre, qui tenait à la main un crucifix en or et dans l'autre, caché par un tissu, un kriss (poignard malaisien à lame serpentine). D'un coup, il a blessé le pape au cou, heureusement protégé par le collier raide, et d'un autre coup à la poitrine, près du cœur».

Dans une note écrite par le Pontife lui-même ce jour-là, Paul VI donne sa perception de l’agression: «Si je me souviens bien, après les salutations aux personnalités alignées... je vois confusément un homme... qui s'est avancé impétueusement vers moi. Je pensais qu'il était l'un des nombreux qui voulaient me saluer ou me baiser la main, ou dire quelque chose... Dès qu'il était devant moi, il m'a donné à deux mains, deux coups de poing redoutables à la poitrine, puis immédiatement deux autres, de sorte que j'ai senti la forte secousse».

Voici comment Don Macchi revit ces moments: «Pour ma part, pensant que c'était un fanatique, je me suis précipité sur lui avec une certaine violence pour l'immobiliser, et je l'ai jeté dans les bras de la police, l'empêchant ainsi de porter d'autres coups. Le Pape, après un premier moment de désarroi, sourit doucement... Et je vois aussi son regard sur moi, voilé par un léger reproche d'impétuosité. Puis il a continué vers la scène pour le premier discours, sans mentionner l'attaque : son habit blanc était cependant marqué par une tache de sang». L'évêque Paul Marcinkus, l'organisateur des voyages papaux, connu pour sa robustesse, a également pu s’interposer physiquement et neutraliser l’agresseur.

La réaction calme de Paul VI

Paul VI lui-même, dans la note écrite le jour de l'attentat, écrit : «Je suis monté dans la voiture. J'ai alors vu sur ma manche (à gauche ?) de très petites gouttes de sang, et je me suis rendu compte qu'une de mes mains avait dû toucher quelque chose de taché de sang, peut-être la main de l'agresseur inconnu. Je n'arrêtais pas de sentir les coups sur ma poitrine, mais rien de plus. Nous avons atteint la cathédrale. Lorsque j'ai mis les vêtements liturgiques, j'ai essayé de laver les empreintes de la main tachées de sang, sans me donner d'autre raison pour ce qui s'était réellement passé.»

Après la cérémonie, une fois arrivé à la nonciature, le Pape peut enfin être pris en charge. Il raconte encore : «J’ai pu me déshabiller, et puis je me suis rendu compte que la chemise trempée de sueur avait une grosse tache de sang sur la poitrine, due à une petite blessure, juste à côté de la région du cœur, superficielle et indolore: la chemise avait contenu le saignement, finalement peu abondant Une autre blessure, encore plus petite, presque une égratignure, est apparue, à droite, à la base du cou.»

Une blessure rapidement soignée

«Immédiatement soignées par le bon et toujours prêt professeur Mario Fontana, continue Paul VI, les deux plaies ont été refermées et soignées dans les jours suivants, et bientôt guéries... Une petite aventure de voyage, un peu de bruit dans le monde (je savais qu'en Italie, à l'arrivée des nouvelles, le Parlement a suspendu la séance) et une grande reconnaissance envers ceux qui se sont intéressés à moi ; mais surtout merci au Seigneur qui m'a voulu en sécurité et m'a accordé de continuer le voyage.»

Le médecin du Pape, ayant remarqué les blessures, a fait une piqûre contre le tétanos, ce qui a provoqué une poussée de fièvre. Et il a conseillé à Paul VI de suspendre ses engagements de l'après-midi. Le Pape, cependant, «a décidé que le programme devrait se dérouler comme prévu afin de ne pas décevoir les attentes de la population et de maintenir le secret sur ce qui s'est passé».

La nouvelle de l'attentat fait le tour du monde, mais aucune communication ne fut alors faite sur la blessure du Pape, qui ne fut révélée qu'après sa mort. L'agresseur a été libéré de prison en 1974, et fut extradé dans sa Bolivie natale sans poursuites ultérieures. Le Vatican ne s’était pas porté partie civile. Après avoir repris sa carrière de peintre surréaliste, avec des œuvres exposées dans de nombreux pays, Benjamin Mendoza y Amor s’est éteint en 2014 à Lima, au Pérou.

27 novembre 2020, 15:44