Recherche

Vatican News
Indulgences pour les défunts tout le mois de novembre Indulgences pour les défunts tout le mois de novembre 

Indulgences pour les défunts prolongées pendant tout novembre

Un décret de la Pénitencerie apostolique a été publié ce vendredi afin d'éviter les rassemblements dans le contexte actuel de pandémie. Pour le cardinal Piacenza, Pénitencier majeur, il s'agit de répondre aux demandes des évêques en rapport avec les besoins des fidèles.

Entretien réalisé par Gabriella Ceraso - Cité du Vatican

«Cette année, en raison des contingences actuelles dues à la pandémie de covid-19, les indulgences plénières pour les fidèles décédés seront prolongées pour tout le mois de novembre, afin de garantir la sécurité des fidèles». C'est ce qui est établi en vue du 2 novembre, jour de prière des défunts par le décret émis par la Pénitencerie apostolique en réponse aux demandes de nombreux évêques face à la situation actuelle, qui prévoit dans de nombreux cas des restrictions anti-contagion.

Le cardinal Mauro Piacenza, Pénitencier majeur, s'attarde en détail sur les nouveautés introduites par le nouveau décret «pour éviter les rassemblements là où ils sont interdits» et sur les références particulières qu'il contient envers les malades et les personnes âgées mais aussi les prêtres, tous protagonistes, de manière différente, de cette période extrêmement difficile.

 

«Ceux qui ne peuvent pas sortir, peut-être parce qu'ils sont en isolement ou parce qu'ils sont malades, pourront obtenir l'indulgence en priant devant une image de Notre Seigneur ou de la Sainte Vierge, en récitant par exemple les Laudes, les Vêpres de l'Office des Morts, le Rosaire, le chapelet de la Miséricorde ou des prières plus habituelles à chaque tradition, ou bien ils pourront aussi procéder à une lecture méditée de l’Évangile de l'une des trois messes prévues pour les fidèles défunts et, enfin, offrir des œuvres de miséricorde. Pour le reste, les indications sont celles déjà émises par la Pénitencerie le 19 mars dernier - par exemple dans le cas des grands malades - dans la note qui allait vers la possibilité d'une assistance plus rapprochée pour les malades même sans présence physique.

Le décret s'adresse aussi aux prêtres pour lesquels des recommandations spécifiques sont prévues ...

R. - Oui, il y a une pensée particulière aussi pour les prêtres que nous avons invités à la plus grande disponibilité possible, puisque la plus grande richesse que nous avons pour le suffrage des défunts est la Sainte Messe. Et donc, puisque les prêtres ont la faculté, depuis 1915 grâce à une constitution de Benoît XV, de célébrer trois messes le 2 novembre, nous les invitons à les célébrer toutes les trois, dans la mesure du possible, et ce aussi parce que plus de messes impliqueront moins de rassemblements et que cela pourrait être une façon d'aider les fidèles. Les prêtres sont également exhortés à être généreux dans le ministère des confessions et à donner la Sainte Communion aux malades, afin d'avoir plus de volonté de pouvoir soutenir leurs défunts, de les sentir proches d'eux, de rencontrer tous ces nobles sentiments qui vont composer la Communion des Saints.

Comment aider les fidèles à vivre intensément la commémoration des morts mais aussi la fête de la Toussaint ?

R. - Certaines personnes sont un peu habituées aux célébrations à la télévision et cela, même si c'est une bonne chose - surtout pour les personnes âgées qui ne peuvent pas sortir - peut marquer une certaine désaffection à l'égard de la présence dans les célébrations. Il y a donc une recherche chez les évêques pour mettre en œuvre toutes les solutions possibles pour ramener les gens à l'Église, toujours dans le respect de tout ce qui doit être fait pour la situation particulière dans laquelle nous nous trouvons malheureusement. Aujourd'hui, la fête de la Toussaint est également une fête très éducative pour les familles qui se retrouvent souvent à commémorer les morts ensemble.

Il y a un lien fort entre ces deux célébrations...

R. - Elles sont très unies. Au Paradis, il y a tous les saints canonisés que nous connaissons, mais il y a aussi beaucoup de visages que nous ne connaissons pas, qui ont vécu une vie chrétienne en silence, sans aucune clameur, sur lesquels les projecteurs de ce monde n'ont pas été placés. Ainsi, avec tous ceux, parents, amis, voisins, qui font partie de la famille au ciel, on se retrouve dans la famille de Dieu. Il y a un beau passage d'Isaïe qui dit que Dieu a écrit notre nom sur la paume de sa main, pour dire comment il nous garde proches, et la fête de la Toussaint exprime tout cela. De plus, tous nos morts peuvent être dans le peuple du ciel. La solennité des saints est donc une ouverture de vision qui, accompagnée de la commémoration des morts et de la visite des tombes, nous donne un sens du lien. Avec la mort, la vie n'est pas enlevée mais transformée et nous entretenons une relation avec ceux qui meurent, une relation qui n'est plus physique mais qui est une relation réelle, peut-être même plus réelle car il n'y a même pas de limite de temps et d'espace. Dans la Communion des Saints, la personne qui est passée dans l'éternité peut avoir un lien très spécial avec nous qui sommes ici, donc je crois que c'est un autre aspect à essayer de ne pas perdre ou même de réinventer là où c'est un peu opaque.

Au contraire, dans la pensée de nos défunts, nous traduisons toute notre foi dans le Christ ressuscité : nous espérons que les frères et sœurs qui ne sont pas visibles parmi nous actuellement sont en communion avec le Seigneur. Nous sommes appelés en ces jours à raviver notre certitude dans la gloire et la béatitude éternelle, et nous demandons humblement et avec confiance le pardon pour ceux qui nous ont quittés, pour leurs petites ou grandes fautes, ceux qui sont déjà sauvés dans l'amour de Dieu, et nous renouvelons notre engagement de foi. Après tout, le Paradis est la maison des fidèles serviteurs. Nous pourrions tous un jour vivre heureux à la lumière de Dieu, à condition d'avoir cru non seulement en paroles, mais aussi en actes. C'est la pensée que je voudrais laisser.»

23 octobre 2020, 15:31