Recherche

Vatican News
Mgr Paul Richard Gallagher, Secrétaire du Saint-Siège pour les Relations avec les États. Mgr Paul Richard Gallagher, Secrétaire du Saint-Siège pour les Relations avec les États. 

Mgr Gallagher : «Poursuivre la réduction et l'élimination des armes nucléaires»

Dans un discours envoyé aux Nations Unies à l'occasion de la Journée internationale pour l'élimination totale des armes nucléaires, le chef de la diplomatie du Saint-Siège a rappelé l'importance d'œuvrer à la non-prolifération en encourageant les États à signer le Traité d'Interdiction des armes nucléaires (TNP).

VNS - «Le Saint-Siège considère le traité des Nations unies sur l'interdiction des armes nucléaires (TNP) comme un instrument important pour la construction de la paix et le renforcement des engagements de désarmement du traité de non-prolifération (TNP). Nous encourageons les États qui n'ont pas encore signé le traité à le faire, et nous invitons instamment ceux qui l'ont signé mais ne l'ont pas ratifié à le faire, afin qu'il puisse entrer en vigueur». C'est ce qu'a déclaré le 2 octobre Mgr Paul Richard Gallagher, secrétaire du Saint-Siège pour les Relations avec les États, lors d'un discours envoyé aux Nations Unies à New York à l'occasion de la Journée internationale pour l'élimination totale des armes nucléaires.

Mgr Gallagher, dans sa déclaration, a souligné qu'aucun État ne peut revendiquer un droit aux armes de destruction massive et qu'«une première étape dans une nouvelle poussée vers le désarmement nucléaire pourrait être l'adoption de politiques de non-recours en premier par tous les États dotés d'armes nucléaires».

Selon le Secrétaire pour les relations avec les États, «le report de la conférence d'examen du TNP offre l'occasion d'insuffler une nouvelle vie à ce traité, qui a marqué son 50e anniversaire, et de respecter les engagements non tenus des précédentes conférences d'examen»

«Reconstituer les mesures de non-prolifération»

Il a donc souligné que le moment est venu «de reconstituer les mesures de non-prolifération, là où elles ont été affaiblies», comme le plan d'action global conjoint (PAGC), et de mettre en œuvre des mesures attendues depuis longtemps, comme l'entrée en vigueur du traité d'interdiction complète des essais nucléaires (TICE), l'adoption d'un traité sur l'arrêt de la production de matières fissiles (FMCT) et la création d'une zone exempte d'armes nucléaires au Moyen-Orient.

C'est le moment, a-t-il ajouté, «de revitaliser la gestion des crises, la réduction des menaces et les programmes d'échanges inter-militaires établis après la guerre froide» et «de redonner vigueur aux instruments du désarmement nucléaire, en commençant par un moratoire sur la modernisation des arsenaux nucléaires, qui mène à une nouvelle course aux armements nucléaires».

Mgr Gallagher a rappelé à la fois les victimes des bombardements d'Hiroshima et de Nagasaki et les survivants, les Hibakusha, ainsi que les hommes d'État, les scientifiques, les diplomates et les juristes qui, par le biais de divers accords, ont trouvé des moyens de limiter les armes nucléaires et ont, depuis un certain temps, progressé vers le désarmement et la non-prolifération nucléaires. Il a notamment cité l'Initiative sur les conséquences humanitaires et les femmes et les hommes qui ont contribué à la négociation du Traité d'interdiction des armes nucléaires (TNP) il y a trois ans.

Mobiliser les ressources pour d'autres priorités

Notre mission commune, a-t-il déclaré, «doit être la réduction et l'élimination des armes nucléaires au niveau mondial, ainsi que l'utilisation des ressources économisées pour faire face aux terribles situations de pauvreté, de faim, de manque de soins de santé et d'éducation et de dévastation de notre maison commune», compte tenu, avant tout, des défis redoutables de la pandémie de Covid-19 et des températures mondiales record auxquelles nous avons dû faire face en cette année 2020. Ces facteurs devraient nous inspirer à combattre la menace d'une guerre nucléaire avec humilité et détermination.

Parce qu'au XXe siècle, la technologie motivée par l'idéologie a été la cause d'une mort et d'une destruction indicibles, «le temps est venu pour les nations du monde, a-t-il conclu, de sauver les générations futures d'un sort similaire, de s'engager à abolir les armes nucléaires et de rendre possible une nouvelle promesse de vie responsable pour tous ceux qui partagent notre maison commune»

Vatican News Service - AP

03 octobre 2020, 14:40