Recherche

Vatican News
Visite du cardinal Sandri en Terre sainte, le 2 octobre 2019  Visite du cardinal Sandri en Terre sainte, le 2 octobre 2019  

Collecte de Terre Sainte: le cardinal Sandri y voit un signe d’espérance

La collecte de Terre Sainte aura lieu ce dimanche 13 septembre 2020. Traditionnellement organisée le Vendredi Saint, elle avait été reportée en raison de la pandémie de coronavirus. Le cardinal Sandri exhorte à la solidarité avec les communautés chrétiennes de la région et leurs œuvres de charité.

Entretien réalisé par Hélène Destombes - Cité du Vatican

La collecte pour la Terre Sainte se tient cette année à la veille de la Fête de la Sainte Croix Glorieuse, dans un contexte très particulier de souffrance et d’incertitudes. Le cardinal Leonardo Sandri, préfet de la Congrégation pour les Églises orientales, invite à vivre cette contribution de l’Église universelle, en faveur des Lieux saints, confiés aux franciscains il y a 800 ans, et des communautés locales, comme «un pèlerinage spirituel».

La “Collecta pro Locis Sanctis” permettra cette année, de soutenir les écoles catholiques, durement éprouvées par la crise liée à la Covid-19, ainsi que les activités sanitaires et les initiatives sociales destinées en particulier à de jeunes familles, précise le cardinal Sandri. Elle est synonyme d’espérance et encourage à «la construction d’un monde nouveau, de paix, de justice et de convivialité» à travers la solidarité et la générosité. 

Entretien avec le cardinal Sandri

La collecte de Terre Sainte cette année est marquée par la pandémie de coronavirus. Comment penser organiser une collecte alors que nous subissons cette terrible situation? Aussi, ai-je pensé que cette collecte devait être un pèlerinage spirituel: penser aux Lieux saints de Jésus, de notre Rédempteur. Que tous les catholiques et toutes les personnes de bonne volonté puissent à cette occasion, effectuer ce pèlerinage à travers la prière afin que le Christ nous soigne de cette pandémie qui trouble le monde et affecte les âmes et les corps. Il est important d’offrir notre prière mais aussi notre généreuse contribution pour tous ces frères qui subissent les persécutions, la guerre et le terrorisme.

La Terre sainte vit actuellement une période de grande souffrance, tant au niveau humain qu’au niveau économique. La collecte, cette année, prend un relief particulier?

La collecte de Terre Sainte permet la survie des œuvres et de l’Église catholique dans cette région. Sans ce soutien de tous les chrétiens du monde, il est difficile de conserver cette présence chrétienne. Une présence qui s’illustre notamment à travers les écoles catholiques qui offrent un enseignement aux enfants représentant le futur de la Terre Sainte. Cet enseignement est ouvert à tous, aux catholiques mais aussi aux musulmans, tout comme l’ensemble des activités sanitaires. Cette collecte est donc un geste pour la présence chrétienne dans les Lieux saints et représente l’espérance d’un monde nouveau, un monde de paix, de justice, de liberté et de convivialité, à la racine du message de Jésus.

Que signifie l’absence de pèlerins en Terre Sainte?

Cette absence, liée à la pandémie, est une blessure terrible pour la Terre Sainte. Mais, la pandémie nous invite à réfléchir aux valeurs permanentes de notre vie: les choses qui restent et non pas celles qui passent. C’est une invitation à ouvrir notre cœur et à penser que pendant cette période de pandémie, durant laquelle nous devons renoncer à de nombreuses choses, il est aussi possible de mettre de côté quelque chose pour la Terre Sainte. La pandémie peut aussi nous apprendre à grandir dans la générosité.

 

Que va permettre cette année la collecte de Terre Sainte?

Elle nous permettra d’aider nos Églises locales et surtout les écoles et les activités sanitaires ainsi que les initiatives sociales. De nombreux projets de la custodie de Terre Sainte sont destinés à de jeunes familles. Il s’agit d’initiatives sociales d’avant-garde pour le printemps du Seigneur que nous attendons pour tout le monde. 

Cette collecte est née de la volonté des Papes de maintenir, de renforcer le lien entre les chrétiens du monde entier et les Lieux saints et les communautés locales, «pierres vivantes» de Terre Sainte. Dans quelle mesure, cette collecte constitue-t-elle un signe d’espérance?

Elle constitue un signe d’espérance car l’espérance est le futur et représente un monde nouveau. Et la parole de Jésus est précisément la racine de l’espérance. C’est grâce à l’amour de Dieu que nous construirons un monde nouveau, de paix, de justice, de convivialité entre chrétiens mais aussi avec toutes les religions. C’est le message adressé à nos frères de Terre Sainte, aux Églises locales à tous ceux qui, jour après jour, œuvrent pour conserver la physionomie, l’identité de la Terre Sainte, terre de Jésus et terre de tous les chrétiens du monde.

12 septembre 2020, 13:59