Recherche

Vatican News
Le cardinal Pietro Parolin, Secrétaire d'État du Saint-Siège. Le cardinal Pietro Parolin, Secrétaire d'État du Saint-Siège.  (ANSA)

Les universités catholiques, piliers d'une éducation intégrale

Le cardinal Pietro Parolin, Secrétaire d'État du Saint-Siège, a écrit une lettre à l'occasion de la Journée de l'université catholique en Italie: à l'heure où la pandémie a modifié de nombreux équilibres, il faut des esprits éclairés «capables d'accompagner l'humanité vers un avenir durable et meilleur», explique-t-il.

Alessandro De Carolis - Cité du Vatican

Au-delà de l'enseignement et de la recherche, aujourd'hui, une université, surtout si elle est catholique, a une «troisième mission» à poursuivre, à savoir «l'éducation intégrale» de l'étudiant, dans laquelle des valeurs telles que le dialogue, la solidarité et le partage sont constitutives de sa préparation au même titre que les compétences scientifiques. Le cardinal Pietro Parolin contribue, par ces considérations et d'autres, à la célébration de la 96e journée de l'Université catholique en Italie.

Dans la lettre adressée à l'archevêque de Milan, Mgr Mario Delpini, le Secrétaire d'État s'inspire du thème de la Journée, "Alliés pour l'avenir", auquel la crise du coronavirus a donné un nouveau sens. Il souligne notamment les soins offerts par l'hôpital Gemelli aux milliers de personnes touchées par le coronavirus. Le cardinal Parolin remercie le personnel de santé pour ce travail, en prenant comme exemple «l'organisation efficace de la santé» et «la rigueur éthique» comme étant des marqueurs d'une université catholique.

Un savoir à repenser

«De la philosophie aux langues, des sciences de la formation à la psychologie, il est urgent de retrouver la centralité de l'être humain et de redéfinir ses responsabilités dans une société en mutation rapide, où les énormes défis liés à l'environnement, à l'éducation, aux migrations nécessitent des analyses et des solutions innovantes inspirées par le bien intégral de la personne, la justice, la fraternité et la coexistence pacifique entre les peuples», explique le Secrétaire d’État du Saint-Siège.

Telles sont, selon le cardinal, «les perspectives sur lesquelles nous devons travailler si nous voulons vraiment être des alliés pour l'avenir et donner un tournant significatif au chemin de l'humanité». Il rappelle l’objectif du père Agostino Gemelli lors de la fondation de l’Université catholique du Sacré-Coeur : «former des personnalités catholiques capables d'influencer l'histoire du pays et de contribuer à la mission de l'Église».

Le cardinal Parolin évoque aussi le Pacte éducatif mondial souhaité par le Pape François, en espérant «que la mission de l'Université des catholiques italiens se réalisera de plus en plus en pleine harmonie avec ce projet», car aujourd’hui, plus que jamais, «il est absolument nécessaire d'unir les efforts dans une large alliance éducative pour former des personnes mûres, capables de surmonter la fragmentation et l'opposition et de reconstruire le tissu des relations pour une humanité plus fraternelle».

20 septembre 2020, 19:25