Recherche

Vatican News
Rome, près du Circo Massimo, le 10 mai 2020 Rome, près du Circo Massimo, le 10 mai 2020  (ANSA) Regard sur la Crise

La patience, vertu de la vie quotidienne

Dans son nouvel article, le père Lombardi évoque la patience: nous continuerons à en avoir besoin, il serait imprudent de penser que tout cela est fini. Mais ce n'est pas seulement une qualité nécessaire de l'amour envers les autres, il s’agit aussi une dimension de notre foi

Federico Lombardi - Cité du Vatican 

Tant au moment de l'isolement de la pandémie qu'au moment de la reprise des relations et des activités, une grande patience a été et continue d'être exigée de nous tous, à laquelle nous n'étions probablement pas habitués. Vivre ensemble si longtemps en famille dans l'espace limité d'un foyer, sans pouvoir recourir à l'évasion ou à la détente ou à des rencontres alternatives habituelles, ressentir la pression de la peur de la contagion et des inquiétudes quant à l'avenir, met certainement à l'épreuve l'équilibre et la solidité de nos relations. Et ce n'est pas très différent dans les communautés, même dans les communautés religieuses, malgré les temps de prière et les règles de comportement établies. La tension, l'incertitude, la nervosité se sont également beaucoup fait sentir, y compris en l'absence d'une véritable contagion. 

 

Parmi les nombreuses vertus qui, à cette époque, sont devenues plus précieuses que d'habitude, il y a celle de la patience. Et je pense que nous continuerons à en avoir besoin car, comme nous le savons, il serait très imprudent de penser que tout cela est déjà terminé.

La patience est une vertu de la vie quotidienne. Sans elle, les relations de couple, de famille ou de travail deviennent de plus en plus tendues avant ou après, marquées par des chocs ou des conflits, peut-être même insupportables au final. Il faut grandir dans une école d'acceptation mutuelle et de tolérance qui, bien que belle, a aussi ses aspects épuisants. Mais la manière commune de pensée actuelle ne nous aide pas à envisager cet effort comme le prix de quelque chose de grand. Au contraire, elle alimente souvent l'intolérance et la critique des défauts et des limites d'autrui et propose très facilement et rapidement la rupture comme seule solution aux problèmes. Mais est-ce bien le cas?

L'Hymne à la charité que Saint Paul élève dans sa première lettre aux Corinthiens (1 Co13, 1-13) ne doit pas être considérée comme un texte poétique sublime, mais comme un "miroir" dans lequel nous pouvons vérifier si notre charité ne reste qu'un vain mot ou si elle peut être traduite en attitudes concrètes de tous les jours. Saint Paul énumère jusqu'à 15 de ces attitudes. La première est : "l’amour prend patience" ; la dernière est : "l’amour supporte tout". Et plusieurs autres parmi ceux qui sont énumérés ont également beaucoup à voir avec la "charité patiente". Ainsi, la charité "est ne cherche pas son intérêt... elle ne s’emporte pas... elle n’entretient pas de rancune...".

Mais la patience n'est pas seulement une qualité nécessaire de l'amour quotidien pour nos proches et tous les autres avec lesquels nous devons vivre. C'est aussi une dimension de notre foi et de notre espérance à travers tous les événements de la vie et de l'histoire. Saint Jacques nous invite à regarder le paysan, comme celui qui sait que nous devons attendre: «Voyez le cultivateur : il attend les fruits précieux de la terre avec patience, jusqu’à ce qu’il ait fait la récolte précoce et la récolte tardive. Prenez patience, vous aussi, et tenez ferme car la venue du Seigneur est proche». (Jc 5, 7-8).

Pour les premiers chrétiens, la patience est étroitement liée à la persévérance dans la foi pendant les persécutions et les difficultés auxquelles ils sont exposés en tant que petite communauté fragile face aux événements de l'histoire. Par conséquent, parler de patience, c'est aussi toujours parler de l'épreuve, de la souffrance que nous sommes appelés à traverser au cours de notre voyage. Saint Paul nous entraîne dans une dynamique qui nous prend et nous emmène loin. Dans cette dynamique, la patience est un passage obligé: «nous mettons notre fierté dans la détresse elle-même, puisque la détresse, nous le savons, produit la persévérance; la persévérance produit la vertu éprouvée ; la vertu éprouvée produit l’espérance; et l’espérance ne déçoit pas, puisque l’amour de Dieu a été répandu dans nos cœurs par l’Esprit Saint qui nous a été donné». (Rm 5, 3-5).

L'épreuve de la pandémie est certainement une cause de tribulation pour de nombreuses raisons différentes, elle exige une charité patiente dans nos relations avec nos proches, elle exige de la patience dans la maladie, elle exige de la patience prévoyante dans la manière de combattre le virus et de reprendre le chemin en solidarité avec la communauté ecclésiale et la communauté civile dont nous faisons partie. Serons-nous capables de surmonter la nervosité, la fatigue et la fermeture sur nous-mêmes afin de renforcer nos cœurs dans la vertu éprouvée et dans l’espérance?  La Lettre aux Hébreux (chapitre 12) nous invite à garder notre regard fixé sur Jésus comme exemple de patience et de persévérance dans l'épreuve. Et Jésus, à la fin de son discours sur les tribulations que ses disciples devront traverser, mais dans lesquelles il ne les abandonnera pas, dit une parole précieuse pour nous accompagner toujours, même aujourd'hui: «C’est par votre persévérance que vous garderez votre vie». (Lc 21, 19)

12 mai 2020, 14:30