Recherche

Vatican News

Quel futur pour les Musées du Vatican ?

«Nous attendons avec confiance», affirme le secrétaire général du Gouvernorat de l'État de la Cité du Vatican dans un entretien sur le futur des Musées du Vatican. Les musées seront prochainement ouverts à nouveau au public, dans des conditions de sécurité optimales et sur réservation. Pendant la fermeture, certaines activités se sont poursuivies.

Alessandro de Carolis - Cité du Vatican

Les visites virtuelles doivent être améliorées, mais «nous avons un grand besoin de réalité, un besoin désespéré. N'oublions pas que ce qui fait vivre les musées, ce sont les gens et que seule l'expérience réelle du musée fait vivre les gens. La virtualité ne pourra jamais remplacer la réalité : pour apprécier l'art, il faut des yeux et du cœur». C'est ce qu'affirme Mgr Fernando Vérgez Alzaga, secrétaire général du Gouvernorat de la Cité du Vatican, dans cet entretien avec Vatican News. La date de la réouverture des musées en Italie approche et les Musées du Vatican se préparent également à rouvrir leurs portes, explique Mgr Vérgez. «On ne pourra y accéder que sur réservation» et en portant un masque.

Les Musées du Vatican, qui ont accueilli près de 7 millions de visiteurs en 2019, ont été contraints de fermer au public, comme tous les musées d'Italie. Comment avez-vous organisé le travail en ces temps de fermeture forcée ? Comment se déroulent les activités ?

Nous avons fermé les portes au public, conscients que la protection de la santé passe avant tout. C'est pourquoi, depuis un mois et demi, il a été décidé de ne réaliser que les activités que nous jugeons essentielles et pour lesquelles il suffisait de convoquer une trentaine d'employés par jour. Un pourcentage très faible si l'on considère que la famille des employés et des collaborateurs des Musées compte près d'un millier de personnes dont les conservateurs, les historiens de l'art, les restaurateurs, le personnel administratif et les différentes sociétés de services.

Au cours des deux dernières semaines, nous avons commencé, étage par étage, à reprendre d'autres activités également. Nous en avons surtout besoin pour donner au personnel le temps et la possibilité de s'habituer aux nouveaux protocoles de sécurité et de vérifier sur le terrain les inévitables ajustements de tir face à un scénario nouveau et complexe dans lequel nous sommes tous plongés depuis un certain temps.

Comment le Musée a-t-il fait face à cette crise et comment fera-t-il face à la crise économique dans les prochains mois ?

Tout d'abord, il y avait le souci de garantir le salaire de tout le personnel. Cette attention est l'expression de la ferme volonté du Saint-Père. Deuxièmement, nous avons immédiatement réduit toutes les dépenses non urgentes. Comme dans toute bonne famille, c'est le moment de sauver et d'éliminer le superflu, de faire quelques sacrifices, d'attendre des temps meilleurs. Quant à l'avenir, je peux dire que les Musées du Vatican sont une institution solide, également d'un point de vue économique. Cela nous permet d'envisager l'avenir avec confiance.

Ces jours-ci, nous avons assisté à une augmentation du public numérique, ce qui est normal puisque nous sommes tous obligés de rentrer chez nous. Avez-vous pensé à intensifier votre communication dans ce domaine ?

Ces deux mois ont été des mois de silence pour nous. Nous avons vu le pape François seul sur une place Saint-Pierre déserte. Chaque jour, nous voyons les salles et les galeries des musées se vider de leurs habitants. Le silence appelle à la prière. C'est pourquoi nous avons préféré nous écarter un peu, réduire notre communication au minimum et donner un témoignage en ce sens. En tout cas, pour ceux qui le voulaient et le veulent encore, nous proposons sur le site officiel de nombreuses visites virtuelles des musées, dont la Chapelle Sixtine. Depuis quelques mois maintenant, nous avons également mis en place un profil officiel Instagram @vaticanmuseums où chaque jour nous présentons une œuvre des collections pontificales. En particulier, au cours de cette dernière période, nous l'avons également fait en collaboration avec Vatican News.

Mais laissez-moi vous dire une chose : nous avons un grand besoin de réalité, un besoin désespéré. N'oublions pas que ce sont les gens qui font vivre les musées et que seule l'expérience réelle du musée fait vivre les gens. La virtualité ne pourra jamais remplacer la réalité : pour apprécier l'art, il faut des yeux et du cœur, pas des écrans à toucher (ou du moins, pas seulement ceux-là !).

Les musées italiens se préparent à ouvrir leurs portes dans les prochaines semaines. Êtes-vous prêt ? 

Nous n'avons pas encore de date précise pour la réouverture. La préparation commence d'abord à l'intérieur. Nous avons activé des protocoles de santé pour le personnel responsable : à l'arrivée, la température du corps est mesurée et des gants et des masques sont distribués. La Direction de la santé et de l'hygiène du gouvernorat a transmis un décalogue concernant les règlements en matière d'hygiène et de distanciation sociale que nous sommes tous invités à suivre scrupuleusement. Pour le nouveau public, nous achevons l'installation de quelques thermoscanneurs pour la mesure de la température. Les musées ne sont accessibles que sur réservation. Cela nous permettra d'échelonner les entrées pendant les heures d'ouverture. Les visiteurs devront porter un masque. Dans le bon de confirmation de réservation et sur le site internet, vous trouverez toutes les informations nécessaires le moment venu.

Dans cette phase 2, il est supposé que, au moins au début, vos invités seront des citoyens de la capitale ou, tout au plus, des résidents du Latium. Avez-vous pensé à quelque chose de spécial pour eux ?

C'est probablement le cas, du moins au début, et c'est pourquoi nous réfléchissons à un éventuel changement des heures d'ouverture en essayant d'encourager les visites l'après-midi et le soir, surtout le week-end. J'aimerais que cette période difficile se transforme en une opportunité. Je m'adresse à eux en faisant miennes les paroles du professeur Antonio Paolucci, ancien directeur des Musées du Vatican : «Romains, reprenez possession de vos musées. Les musées du Vatican sont nés comme les musées de la ville de Rome». Quelle meilleure occasion de leur rendre visite dans les semaines à venir ?

Sera-t-il possible de visiter également les Jardins du Vatican ?

Bien sûr, oui ! Si nous rouvrons nos portes, nous ne voulons pas sacrifier l'expérience de nos hôtes au confort de l'organisation. Si nous rouvrons, nous ouvrirons tout ce qui est possible. Le lent retour à la normalité, auquel nous aspirons, exige, à mon avis, d'être créatif pour éviter que tout ne se réduise à une simple question d'image, plutôt fausse. Il est évident que pour les visites des jardins, il y aura également différentes façons de procéder, qui tiendront compte des besoins mentionnés ci-dessus et nous interviendrons ensuite, même dans ce cas, sur les horaires et d'autres aspects.

Dans ce sens, j'ajoute que les activités touristiques, muséales et culturelles reprendront également aux Villas Pontificales de Castel Gandolfo qui, par la volonté du Saint-Père, sont confiées aux Musées du Vatican. Dans ce cas, on peut supposer que l'on préfère concentrer les activités sur le week-end, lorsque le voyage classique hors de la ville - qui semble aujourd'hui presque un luxe - pourrait devenir une occasion idéale de profiter de l'extraordinaire opportunité de visiter la résidence d'été des Papes et les splendides jardins de la Villa Barberini. Le beau et chaud soleil de ces jours semble nous y inviter !

Combien de visiteurs pensez-vous recevoir dans les mois à venir, jusqu'à ce que la crise sanitaire soit passée ?

Si cette pandémie nous a appris une chose, c'est qu'il faut éviter de faire des prédictions qui vont au-delà de deux jours. Blagues à part, ces dernières années, nous avons appris que dans le monde du tourisme, il est essentiel de maintenir une relation constante et de confiance avec les voyagistes. La comparaison avec eux est cruciale pour connaître à l'avance la dynamique du marché dans le secteur, ainsi que le choix et le développement des projets et des initiatives d'accueil. Avec eux, nous essayons maintenant de comprendre ce qui pourrait se passer dans un avenir proche, mais ce n'est pas facile et le secteur des voyagistes est en grande difficulté en ce moment. Heureux de cette relation de confiance mutuelle, nous n'avons pas hésité un seul instant à rembourser immédiatement les billets qu'ils avaient précédemment achetés et restés invendus. Nous espérons qu'il servira également à éviter des choix douloureux aux nombreuses personnes qui travaillent dans ce secteur.

Nous devons également comprendre comment gérer les groupes de visiteurs, qui, dans les circonstances actuelles, sont les plus difficiles à gérer. C'est un sujet important, notamment parce qu'il implique le précieux travail des guides touristiques, souvent oubliés mais qui traversent une période très difficile. S'il y aura des groupes et si les musées les accueillent, les guides auront plus de facilité à travailler et je pense que nous devons garder cette équation à l'esprit autant que possible. Il est évident qu'il ne sera pas possible d'accueillir de grands groupes pendant longtemps, mais je pense que nous devons donner un signal, même s'il est minimal. Bien sûr, nous devrons tous accepter une réduction du nombre de membres du groupe individuel, sinon ce serait ingérable. Nous verrons comment il sera possible de le faire, cela prendra du temps et de la patience, mais nous essaierons de faire de notre mieux à tous égards.

09 mai 2020, 13:00