Recherche

Vatican News

Musées du Vatican: les cadres retrouvés de Raphaël

À la veille de la réouverture des musées du Vatican, leur directrice, Barbara Jatta, raconte à l'Osservatore Romano une extraordinaire découverte qui sera mise à disposition du public dans les salles de la Pinacothèque et qui porte en elle l'histoire de l'art de ces 250 dernières années.

Barbara Jatta

C’était il y a deux ans, par une chaude matinée au cours d'une visite à Santa Maria di Galeria, -un site extraterritorial du Vatican située au nord de Rome où les musées du Vatican et d'autres institutions du Saint-Siège ont des activités et des dépôts. Circulant parmi les étagères d'un vaste entrepôt rempli de milliers d'objets, je remarquai une grande caisse, recouverte de poussière et un peu à l’écart, portant l'inscription «cadres de Raphaël».

La curiosité fit son chemin et quelques semaines plus tard, les restaurateurs du Laboratoire peintures et matériaux en bois des musées ouvraient le dossier ; ils y trouvèrent les tiges de certains cadres, en bois de pin séché et en feuille d'or, que nous avons immédiatement identifiés comme appartenant aux célèbres tableaux de Raphaël de la Pinacothèque du Vatican : le Retable Oddi, la Vierge de Foligno et la Transfiguration.

Nous savons que chaque époque a ses propres goûts et sensibilités esthétiques. L'histoire de ces cadres «redécouverts» nous permet non seulement de raconter les événements des musées du Vatican au cours de ces deux cent cinquante dernières années, mais aussi d'offrir un aperçu des tendances muséographiques et de la façon dont les changements de goût affectent la jouissance des œuvres d'art.

Afin d'identifier les cadres trouvés, il a été utile de consulter la Photothèque historique des musées du Vatican ; signalons également l'attention que Paola Di Giammaria, sa responsable, a porté à la recherche des photographies des salles dans lesquelles les tableaux de Raphaël ont été conservés de 1816 à nos jours.

Le résultat est une série d'images photographiques qui «racontent» les vicissitudes subies par les œuvres et les cadres : de leur exposition dans la salle de Bologne à l'époque du pape Pie IX, à leur déménagement dans la nouvelle Pinacothèque de Pie X en 1909, à leur déménagement et remplacement pour l'emplacement dans la grandiose salle VIII dédiée à Raphaël, avec les tapisseries de la Scuola Vecchia et les trois grands retables du Vatican, de la toute nouvelle Pinacothèque que Luca Beltrami a conçue pour Pie XI au lendemain de la signature des Traités du Latran. Ce dernier, avec Biagio Biagetti, a supprimé les cadres dorés et les a remplacés par de lourds cadres en bois de noyer foncé, intercalés d'un papier peint à fleurs sur un fond sombre. Les prédelles ont été incorporées dans cet arrangement (avec le choix discutable de placer la prédelle du Retable Baglioni sous la Vierge de Foligno).

Cette installation a été en place du 27 octobre 1932, jour de l'inauguration de la Pinacothèque, jusqu'à la fin des années 1970, lorsqu’elle fut jugée trop lourde et envahissante ; on décida alors de l'enlever, de laisser les trois retables sans cadre et de placer les deux prédelles, le Retable Oddi et le Retable Baglioni, dans des vitrines séparées.

Le minimalisme de ces années est maintenant dépassé par un retour à un arrangement «ancien» de ces admirables tableaux ; nous sommes revenus à la jouissance des œuvres telles qu'elles avaient été vues pendant des siècles par les admirateurs du grand Raphaël au Vatican.

Il aurait été suggestif de penser que les cadres ont été placés sur les œuvres par les émissaires raffinés de Napoléon qui, comme on le sait, les ont enlevées des autels de leurs sièges d'origine à la suite du traité de Tolentino pour les conduire au grandiose musée du Louvre à Paris : la Transfiguration de l'église de San Pietro in Montorio sur le Janicule à Rome, le Retable Oddi de celui de San Francesco al Prato à Pérouse et la Vierge de Foligno du Monastère des Comtesses de Foligno.

La délicate aquarelle de Benjamin Dix, représentant la Grande Galerie du Louvre à l'occasion du mariage de l'empereur avec Marie-Louise d'Autriche, présente des cadres dorés très semblables à ceux qui ont été trouvés.

La consultation des Archives du Vatican – et de cela, je suis redevable à Marta Bezzini, responsable des archives historiques des musées du Vatican- a montré que ces cadres, du moins ceux de la Transfiguration et de la Vierge de Foligno, ont été réalisés ou réparés à la fin des années 1820, après leur retour au Vatican. Les documents de la Computisteria du Palais Apostolique d'avril 1928 et d'août 1833 font état de paiements pour la réalisation du cadre en or de la Transfiguration et de travaux de dorure «en bon or» pour la Vierge de Foligno. Le cadre de ce dernier semble plus ancien que les autres : est-il napoléonien ? La dorure faite à l'époque, et non la réalisation ex novo, pourrait le laisser penser.

Aucun paiement n'a été trouvé pour le Retable Oddi, mais seulement ceux pour l'aménagement de sa prédelle dans les mêmes années. Les enchères à la feuille d'or habilement restaurées par Stefano Tombesi qui ornent aujourd'hui le tableau sont à attribuer, comme pour celle de la Transfiguration, aux premières décennies du XIXe siècle.

Dans le courant de l'année 2019, en prévision des célébrations pour le 5e centenaire de la mort de Raphaël, il a été décidé de procéder à un nettoyage du jeune et pérousien Retable Oddi, la seule des trois œuvres qui n'avait pas été restaurée au cours des dernières décennies.

Grâce au professionnalisme de Francesca Persegati, qui dirige le Laboratoire de restauration des peintures et des matériaux en bois des musées du Vatican, et de Paolo Violini, qui a une longue expérience des peintures de Raphaël, il a été possible de réaliser une restauration qui a mis en évidence les couleurs d'origine et a permis de récupérer une partie de l'œuvre qui semblait perdue.

La salle VIII de la Pinacothèque du Vatican est donc entièrement rénovée. Les somptueuses tapisseries raphaélites représentant les Actes des Apôtres, habilement restaurées et dotées d'un nouvel éclairage efficace, peuvent enfin dialoguer avec les trois magnifiques tableaux du divin Raphaël, encadrés par les cadres dorés «redécouverts».

30 mai 2020, 15:35