Recherche

Vatican News
Le monastère de Bose, en Italie. Le monastère de Bose, en Italie. 

Enzo Bianchi devra quitter le monastère de Bose

La communauté œcuménique de Bose annonce les résultats de la visite apostolique qui s’est déroulée cet hiver en son sein. En raison de son «exercice de l’autorité», le fondateur de la communauté qui en était le prieur jusqu’en 2017, a été invité à déménager dans un autre lieu, ainsi que trois autres membres de la communauté.

Vatican News

Enzo Bianchi et trois membres de la communauté qu’il a fondé en 1965 dans le Piémont italien, perdent leurs charges et devront quitter la communauté de Bose pour déménager dans un autre endroit. C’est ce qu’établi un décret signé par le cardinal secrétaire d'État Pietro Parolin, qui a obtenu l’approbation spécifique du Pape François, au terme d’un «discernement prolongé et attentif» à la suite de la conclusion d’une visite apostolique sur place en janvier dernier.

Une situation tendue

Un communiqué publié sur le site internet de la communauté de Bose rend compte de cette décision et revient sur ce qui a conduit à ce choix : «Comme nous l'avions annoncé à l'époque, à la suite de graves préoccupations parvenues de différentes parties au Saint-Siège indiquant une situation tendue et problématique dans notre communauté concernant l'exercice de l'autorité du fondateur, la gestion du gouvernement et le climat fraternel», le Pape François a organisé une visite apostolique. Elle a été réalisée par le père Guillermo León Arboleda Tamayo, abbé président de la congrégation bénédictine Sublacense-Cassinese, par le père Amedeo Cencini, consulteur de la congrégation pour les Religieux, et par mère Anne-Emmanuelle Devéche, abbesse de Blauvac.

L’aide du Saint-Siège

«Compte-tenu de l'importance ecclésiale et œcuménique de la communauté de Bose tant au niveau national qu'international, de l'importance qu'elle continue à jouer et du rôle qui lui est reconnu, en surmontant les graves difficultés et les malentendus qui pourraient l'affaiblir ou même l'annuler, le Saint-Père a voulu, avec cette visite apostolique, offrir une aide à cette communauté, sous la forme d'un temps d'écoute de la part de quelques personnes dont la confiance et la sagesse ont été démontrées», poursuit le communiqué.

La visite apostolique s'est déroulée du 6 décembre 2019 au 6 janvier 2020 et, à la fin, «les visiteurs ont consigné au Saint-Siège leur rapport, élaboré sur la base des témoignages librement donnés par chaque membre de la communauté».

Les conclusions de la visite apostoliques

«Après un long et minutieux temps de discernement et de prière, le Saint-Siège est parvenu à des conclusions qui ont pris la forme d'un décret singulier le 13 mai 2020, signé par le cardinal Pietro Parolin, secrétaire d'État de Sa Sainteté et approuvé spécifiquement par le Pape», affirme la note.

Les décisions ont été communiquées aux personnes concernées ces derniers jours par le père Amedeo Cencini, nommé délégué pontifical avec les pleins pouvoirs ad nutum Sanctae Sedis. Il était accompagné du secrétaire de la congrégation pour les Religieux, le père José Rodriguez Carballo, et de l'archevêque de Vercelli, Mgr Marco Arnolfo.

La communauté de Bose fait savoir que la communication de la décision «s'est faite dans le plus grand respect du droit à la confidentialité des personnes concernées». Cependant, depuis la notification du décret, «le rejet annoncé des mesures par certains des destinataires a conduit à une situation de confusion et de malaise supplémentaires», précise le communiqué. Il a donc été jugé nécessaire de préciser que les mesures concernent le frère Enzo Bianchi, le frère Goffredo Boselli, le frère Lino Breda et la sœur Antonella Casiraghi, qui «devront se séparer de la communauté monastique de Bose et déménager dans un autre lieu, perdant ainsi toutes les charges qu’ils occupent actuellement».

Une lettre pour l’avenir

En outre, dans une lettre du secrétaire d'État adressée au prieur, le frère Luciano Manicardi, et à l’ensemble de la communauté, «le Saint-Siège a tracé un chemin d'avenir et d'espérance, indiquant les grandes lignes d'un processus de renouvellement, dont nous espérons qu'il donnera un nouvel élan à notre vie monastique et œcuménique», conclu la note de la communauté. En cette période qui prépare à la Pentecôte, ses membres invoquent une nouvelle effusion de l'Esprit Saint sur chaque cœur, «afin qu'il puisse plier ce qui est rigide, réchauffer ce qui est glacé, soulever ce qui est dévié et aider chacun à faire prévaloir non pas son sentiment personnel mais Son action».

 

27 mai 2020, 14:56