Recherche

Vatican News

Caritas Internationalis en première ligne contre le Covid-19

Caritas Internationalis fait partie du groupe de travail institué par le Vatican pour affronter la pandémie. Avec son réseau présent dans de nombreux pays, son expérience et sa connaissance du terrain, Caritas est en mesure de déployer un vaste programme d’action en direction des plus vulnérables.

Jean Charles Putzolu – Cité du Vatican

L’urgence, la prévention, la réduction des risques et la reconstruction sont les quatre principaux volets d’un vaste programme qui se déploiera sur le long terme, mais qui d’ores et déjà se met en place sur le terrain auprès des plus fragiles. Le réseau Caritas a sondé plus de 140 conférences épiscopales pour établir une liste des besoins urgents des populations, et d’adapter en conséquence les programmes d’action région par région. Ainsi, l’urgence alimentaire est parfois plus importante que la prévention du virus. Au Rwanda, cité en exemple, difficile de demander à certaines populations en proie à une crise alimentaire de respecter les mesures de protection contre la pandémie. Pour ces populations, explique Alyosius John, la priorité est de se procurer de la nourriture: «Nous préférons mourir du coronavirus plutôt que mourir de faim», répondent-elles pour expliquer l’absence de précautions sanitaires. 

 

Aide d'urgence et sensibilisation

Outre la fourniture d’une aide alimentaire d’urgence, la mission des Caritas locales sera aussi de sensibiliser face à la pandémie et distribuer, là où cela sera nécessaire, des gants et des masques de protection. Ce volet de l’action de Caritas, qui concerne aussi l’accès aux soins et à l’eau potable, sera financé grâce à un fond spécialement créé, et qui sera alimenté par la générosité de tous ceux qui en cette période de profonds bouleversements, souhaitent exprimer à travers un don leur solidarité.

Cet argent sera indispensable pour la mise en place et le maintien des programmes d’action. Il sera distribué en fonction des besoins des Caritas locales. A Jérusalem, la Caritas est actuellement à court de financement et risque de devoir réduire ou interrompre son action qui aide chaque jour 500 familles à se nourrir et à se protéger du virus.

Après la crise

Aloysius John se penche aussi sur l’après. Le Pape François l’a souhaité lorsqu’il a rencontré les responsables du Dicastère pour le Service du Développement Humain Intégral. «Le monde d’après sera différent et il faudra reconstruire l’homme dans la dignité» dit le Secrétaire Général de Caritas Internationalis. Et il aborde trois aspects : le premier concerne la dette, en soutenant, se référant à l’appel de François, l’annulation du fardeau pour les pays les plus endettés, à condition toutefois que les sommes ainsi récupérées par les états concernés soient destinées au développement des populations.

Le second concerne la cessation des combats : «pour construire la vie, dit-il, il faut arrêter la guerre». Les conflits armés en cours révèlent une incohérence. «D’un côté la peur du virus a créé un élan mondial de solidarité pour protéger la vie, de l’autre côté on continuerait à tuer» observe Aloysius John. L’appel à un cessez le feu mondial a été lancé par le Secrétaire Général des Nations Unies, Antonio Guterres, et immédiatement soutenu et relayé par le Pape.

Le troisième aspect est écologique. La crise du coronavirus entrainera la construction d’un monde différent également de ce point de vue. Une réflexion sera nécessaire pour trouver un nouvel équilibre entre l’homme et la nature, pour réduire fortement le niveau de pollution des industries. Caritas envisage sur le long terme un programme de sensibilisation, largement issu de l’encyclique Laudato Sì.

Faire un don

Les dons peuvent être versés sur le compte auprès de l'institut pour les Œuvres de Religion, IBAN:VA29001000000020179007, ou en se rendant sur cette page.

16 avril 2020, 12:14