Recherche

Vatican News
Célébration du dimanche des Rameaux le 14 avril 2019 place Saint-Pierre. Célébration du dimanche des Rameaux le 14 avril 2019 place Saint-Pierre.   (Vatican Media)

Célébrations pascales: de nouveaux décrets

La Congrégation pour le Culte divin et la discipline des sacrements et la Congrégation pour les Eglises orientales ont publié de nouveaux décrets précisant les dispositions à venir concernant les célébrations de la Semaine Sainte, dans le contexte de la pandémie de coronavirus.

La Congrégation pour le Culte divin et la discipline des sacrements a publié ce mercredi un nouveau décret concernant les célébrations pascales à venir, compte tenu des évolutions de la pandémie de coronavirus dans le monde. En voici le texte, signé par son préfet le cardinal Robert Sarah:

Considérant l'évolution rapide de la pandémie de Covid-19 et tenant compte des observations reçues des Conférences épiscopales, cette Congrégation propose une mise à jour des indications générales et des suggestions déjà données aux évêques dans le précédent décret du 19 mars 2020.

Comme la date de Pâques ne peut être transférée, dans les pays touchés par la maladie, où il existe des restrictions sur les rassemblements et les déplacements des personnes, les évêques et les prêtres doivent célébrer les rites de la Semaine Sainte sans la participation de la population et dans un lieu approprié, en évitant la concélébration et en omettant l'échange de la paix. 

Les fidèles doivent être informés de l'heure du début des célébrations afin qu'ils puissent se joindre à la prière chez eux. Les moyens de communication télématiques en direct, non enregistrés, seront utiles. En tout état de cause, il reste important de consacrer un temps suffisant à la prière, en valorisant avant tout la liturgie de l'Horarum.

Les conférences épiscopales et les diocèses individuels ne devraient pas manquer d'offrir leur concours pour aider la famille et la prière personnelle.

1 - Dimanche des Rameaux. La commémoration de l'entrée du Seigneur à Jérusalem est célébrée à l'intérieur du bâtiment sacré ; dans les cathédrales, on adopte la deuxième forme prévue par le Missel romain, dans les églises paroissiales et dans d'autres lieux, la troisième. 

2 - Messe chrismale. En évaluant le cas concret dans les différents pays, les conférences épiscopales pourront donner des indications sur un éventuel transfert à une autre date.

3 - Jeudi saint. Le lavage des pieds, déjà facultatif, est omis. À la fin de la Messe de la Cène, la procession doit également être omise et le Saint-Sacrement doit être conservé dans le tabernacle. Ce jour-là, les prêtres ont exceptionnellement la faculté de célébrer la messe dans un lieu approprié sans la participation du peuple.

4 - Vendredi Saint. Dans la prière universelle, les évêques veilleront à préparer une intention spéciale pour ceux qui sont dans une situation de désarroi, les malades, les morts, (cf. Missale Romanum). L'acte d'adoration de la Croix par le baiser doit être limité au seul célébrant.

5 - Veillée pascale. Elle est célébrée exclusivement dans les cathédrales et les églises paroissiales. Pour la liturgie baptismale, seul le renouvellement des promesses baptismales doit être tenu (cf. Missale Romanum). 

Pour les séminaires, les collèges sacerdotaux, les monastères et les communautés religieuses, les indications du présent décret doivent être suivies. 

Les expressions de piété populaire et les processions qui enrichissent les jours de la Semaine Sainte et du Triduum pascal peuvent, selon le jugement de l'évêque diocésain, être transférées à d'autres jours convenables, par exemple les 14 et 15 septembre. 

Décret concernant les Eglises Orientales

La Congrégation des Eglises Orientales a par ailleurs elle aussi publié un décret, signé par le cardinal Leonardo Sandri:

Compte tenu des célébrations de Pâques selon le calendrier respectif, en tenant compte des différentes traditions rituelles, il n'est pas possible d'émettre une disposition unitaire qui puisse englober les coutumes présentes dans chaque Église sui iuris.

Toutefois, il semble approprié de partager les recommandations suivantes :

- Les festivités doivent être strictement maintenues le jour prévu dans le calendrier liturgique, avec les célébrations relatives qui peuvent être réalisées et diffusées afin qu'elles puissent être suivies par les fidèles dans leurs foyers. Ils devraient envisager les adaptations rendues nécessaires par la présence limitée du service liturgique. Certaines traditions rituelles prévoient en effet la participation du chœur et des ministres qu'il n'est pas possible ou prudent de voir actuellement réunis en nombre significatif.

- Toutefois, les parties des célébrations liées à un rituel extérieur à l'Église doivent être omises.

- Rappeler aux fidèles la valeur de la prière personnelle et familiale, qui est une authentique prière ecclésiale et qui, dans le contexte actuel, est un moyen important de transmission de la foi, de son contenu et des prières, entre les différentes générations. Préparer, également par les canaux de communication sociale, des supports qui permettent à un adulte de la famille d'expliquer surtout aux plus jeunes la mystagogie des rites qui, dans des conditions normales, seraient célébrés dans l'Église et en présence de l'assemblée.

- La richesse des offices des célébrations de Pâques proprement dites, du dimanche des Rameaux au dimanche de Pâques, peut également être mise en valeur en proposant d'en prier une partie à la maison et dans les familles, avec les subventions qui sont habituellement mises à disposition dans chaque communauté chaque année. 

- Les prêtres qui ne peuvent pas célébrer la liturgie seuls doivent prier aux heures de bureau, en particulier les psaumes et les prières qui n'exigent pas de réponse de la part du chœur et des fidèles.

- Le Jeudi Saint, au cours de la célébration liturgique du matin, certaines églises sui iuris célèbrent la consécration de Saint Myron. Cette célébration, qui n'est pas liée à ce jour à l'Est, peut être déplacée à une autre date.

- Le Vendredi saint, les prières autour de la Croix et sur la tombe du Christ, seul ou en famille, doivent être valorisées, en utilisant les riches textes des traditions orientales propres à cette journée.

- La nuit de Pâques, les familles devraient être invitées, si possible au son festif des cloches, à se rassembler pour lire l'Évangile de la Résurrection, en allumant une lampe et en chantant quelques tropiques ou des chants typiques de la tradition respective qui sont souvent connus par cœur des fidèles.

- Tout baptême prévu pour Pâques devrait être reporté à une autre date.

- Si les dispositions du décret du Pénitencier Apostolique du 19 mars restent valables, puisque de nombreux fidèles ont l'habitude de se confesser dans la période précédant Pâques, s'il n'est pas possible de le faire, les Pasteurs doivent indiquer aux fidèles la récitation de certaines des prières pénitentielles dont la tradition orientale est riche, à réciter dans un esprit de contrition. 

25 mars 2020, 11:29