Recherche

Vatican News
Le projet Neon de l'entreprise Samsung promeut un humain artificiel, sorte d'avatar sophistiqué, au Consumer Electronics Show (CES), rendez-vous annuel des nouvelles technologies, à Las Vegas (États-Unis). Le projet Neon de l'entreprise Samsung promeut un humain artificiel, sorte d'avatar sophistiqué, au Consumer Electronics Show (CES), rendez-vous annuel des nouvelles technologies, à Las Vegas (États-Unis).   (AFP or licensors)

Intelligence artificielle: sommet le 28 février à l'Académie pontificale pour la vie

L’Académie pontificale pour la vie organise un forum sur l’intelligence artificielle le 28 février prochain, en présence du président de Microsoft, de dirigeants d’entreprises de haute technologie et d’hommes politiques.

«RenAIssance. Pour une Intelligence artificielle humaniste», c’est le thème du grand colloque qui se tiendra le 28 février prochain entre les murs du Vatican, sous l’égide de l’Académie pontificale pour la vie.

Signature d’un appel pour l’éthique dans l’IA

Le président du Parlement européen, l’Italien David Sassoli, et le directeur général de l’Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (la FAO), le Chinois Qu Dongyu, participeront aux travaux.

Dans la matinée, Microsoft et IBM signeront un Appel pour l’éthique (Call for Ethics), afin d’aider les entreprises dans un processus d'évaluation des effets des technologies liées à l'intelligence artificielle, des risques qu'elles comportent, des modes de régulation possibles, aussi sur le plan de l’éducation. 

Lors d'une visite au Vatican le 13 février 2019, au cours de laquelle il avait rencontré le Pape François, Brad Smith, le patron de Microsoft, avait confirmé l'intérêt et l'engagement de son entreprise pour les questions éthiques liées au développement de l'intelligence artificielle. 

Iniquité introduite par l’IA

Pour Mgr Vincenzo Paglia, président de l'Académie pontificale pour la vie, les dangers sont clairs. «Avec le développement de l'Intelligence artificielle, le risque est que l'accès et le traitement soient sélectivement réservés aux grands holdings économiques, aux systèmes de sécurité publique et aux acteurs de la gouvernance politique. En d'autres termes, l'équité dans la recherche d'informations ou dans le maintien du contact avec les autres est en jeu, si la sophistication des services sera automatiquement retirée à ceux qui n'appartiennent pas à des groupes privilégiés ou n'ont pas de compétences particulières», prévient le prélat italien.

Le sommet du 28 février aura lieu dans l'Auditorium de la Via della Conciliazione, à Rome. Il conclura les travaux réalisés en ateliers les deux jours précédents, en salle du Synode, et qui ont pour thème «Le bon algorithme. Intelligence artificielle: éthique, droit, santé».

Ces dernières années, l’Académie pontificale pour la vie a manifesté un intérêt certain pour les sujets liés aux nouvelles technologies. Son Assemblée annuelle était consacrée à la robotique en 2019. Une démarche en résonnance avec la demande du Pape à l’Académie «d’entrer dans les territoires de la science et de la technologie pour les traverser avec courage et discernement».

De part et d'autres, des craintes s'expriment sur le recours à l'Intelligence artificielle, notamment sur les plans de vie privée, de surveillance massive - via la reconnaissance faciale-, de manipulation politique et bien d'autres.  

Inscriptions et renseignements

(Mis à jour le 13 février 2020)

15 janvier 2020, 16:30