Recherche

Vatican News
Le père Federico Lombardi, ici lors d'un échange avec le Pape dans le contexte de la Rencontre sur la protection des mineurs, en février 2019. Le père Federico Lombardi, ici lors d'un échange avec le Pape dans le contexte de la Rencontre sur la protection des mineurs, en février 2019.  (ANSA)

Congrès au Vatican sur la protection des enfants dans le monde numérique

Les 14 et 15 novembre prochains se tiendra à la Casina Pio IV, au Vatican, une rencontre sur le thème; “Promouvoir la dignité numérique de l’enfant – Du concept à l’action”, organisée par l’Académie pontificale des Sciences sociales, la “Child Dignity Alliance” et l’“Interfaith Alliance for Safer Communities”.

Cette convention a été présentée ce mardi 12 novembre en Salle de Presse du Saint-Siège, en présence notamment du père Federico Lombardi, président du Conseil d’administration de la Fondation Joseph Ratzinger-Benoît XVI, et Ernesto Caffo, fondateur et président de SOS Telefono Azzurro, le “Téléphone bleu”, qui est une organisation très connue en Italie. L’objectif de la rencontre est de promouvoir la dignité des mineurs dans le monde numérique, dans un contexte marqué par les phénomènes de plus en plus fréquents de cyber-harcèlement.

Cet évènement se situe en pleine continuité avec d’autres rencontres déjà organisées, notamment le Congrès mondial à la Grégorienne en 2017, qui a permis la naissance de réseau “Child Dignity Alliance” pour affronter les risques et les défis de l’ère numérique et étudier l’impact sur la dignité des plus petits, et la Rencontre interreligieuse de la  “Interfaith Alliance for safer Communities”, qui est le fruit de la rencontre des leaders religieux contre l’abus sexuel sur mineurs, l’extrémisme et la traite des êtres humains, organisée à Abou Dhabi en 2018, peu avant le voyage du Pape François dans les Émirats arabes unis.

La pédocriminalité, une véritable industrie sur internet

Le père Lombardi a expliqué lors de la conférence de presse que l’un des enjeux les plus urgents est de limiter l’accès des plus jeunes aux sites pornographiques, qui diffusent des produits de plus en plus violents. Il a même souligné que dans certains pays, notamment en Asie, il existe des centres de tournage de films pédocriminels, des « choses incroyablement horribles », s’est ému l’ancien directeur de la Salle de Presse du Saint-Siège.

Il a aussi souligné le problème du cryptage : paradoxalement, les dispositifs de protection de la “privacy” sur internet permettent aussi l’existence d’une criminalité numérique massive, en donnant aux producteurs mais aussi aux consommateurs de ces contenus un sentiment d’impunité.

Une approche pluridisciplinaire pour lutter contre ces phénomènes

La convention s’ouvrira avec l’audience du Pape aux participants, qui sera retransmise en direct dans la matinée du 14 novembre, et se conclura avec une intervention du Secrétaire d’État du Saint-Siège, le cardinal Pietro Parolin. Environ 80 personnalités participeront, parmi lesquelles des responsables politiques et religieux, des magistrats, et des représentants d’organisations internationales et d’ONG, mais aussi d’entreprises technologiques comme Microsoft, Apple, Amazon et Facebook. Une déclaration commune devra permettre l’adoption d’initiatives concrètes.

Parmi les personnalités présentes figureront notamment Giuseppe Pignatone, le nouveau président du Tribunal de l’État de la Cité du Vatican, le cheikh Saif Bin Zayed al Nahyan, vice-Premier ministre et ministre de l’Intérieur des Émirats arabes unis, ainsi que le Grand-Imam d’Al-Azhar, Ahmad Al-Tayyeb, ou encore la diplomate marocaine Najat M’jid, représentante spéciale du Secrétaire général de l’ONU pour la lutte contre la violence à l’égard des enfants.

12 novembre 2019, 18:25