Recherche

Vatican News
L'ébauche du Document final a été présentée ce 21 octobre L'ébauche du Document final a été présentée ce 21 octobre  

#SinodoAmazonico. Présentation de l'ébauche du Document final

La 14ème congrégation générale du synode des évêques pour l’Amazonie s'est déroulée ce 21 octobre au matin. 184 pères synodaux étaient présents en salle du synode, ainsi que le Pape François

Vatican News - Cité du Vatican

C'est le rapporteur général du synode, le cardinal Claudio Hummes, archevêque émérite de São Paulo et président du Réseau ecclésial panamazzonien (Repam), qui a présenté le projet du Document final de ce synode. Le texte rassemble les fruits des interventions présentées au cours des travaux ces deux dernières semaines. Il va désormais circuler au sein des cercles mineurs, pour l'élaboration des «modi collectifs».

Mercredi et jeudi, ces amendements seront inclus dans le Document final par le rapporteur général et les secrétaires spéciaux, avec l'appui des experts de ce synode. Le texte sera ensuite révisé par la commission pour la rédaction, et sera lu en salle du synode vendredi après-midi, pendant la 15e congrégation générale. Enfin, samedi après-midi, la 16e congrégation générale procédera au vote sur le Document final.

Saint François d’Assise au cœur de l’homélie de l’office

Ce lundi matin, les membres de l’assemblée synodale ont participé à la prière de Tierce. L'homélie a été prononcée par Mgr Miguel Cabrejos Vidarte, archevêque de Trujillo et président du CELAM, qui a exhorté à considérer l'exemple de saint François et son «Cantique des Créatures». «Pour François, a souligné le prélat, la beauté n'est pas une question d'esthétique, mais d'amour, de fraternité à tout prix, de grâce à tout prix». Le saint italien «embrasse toutes les créatures avec un amour et une dévotion jamais vus auparavant, leur parlant du Seigneur et les exhortant à le louer. En ce sens, François est devenu l'inventeur du sentiment médiéval pour la nature», a estimé Mgr Cabrejos.

Connaître, reconnaître et restituer sont les verbes qui marquent le «rythme» du parcours spirituel de saint François ; autrement dit, il connaît le Bien Suprême, reconnaît ses bienfaits et lui rend grâce. Le péché est une appropriation «non seulement de la volonté, mais aussi des biens» que le Seigneur place dans l'être humain, a précisé l’archevêque péruvien. La louange, au contraire, signifie «restitution». «L'être humain ne peut louer Dieu comme il faut, car le péché a blessé sa filiation» avec le Seigneur. Les créatures comblent donc le vide de l'être humain qui manque, à cause du péché, d'une voix digne de louer le Créateur. «Saint François découvre en Dieu le lieu de la création et restitue la création à Dieu, a conclu Mgr Cabrejos, parce qu'il voit en Lui non seulement le Père de tous, mais aussi le Père de toutes choses».

La séance de ce 21 octobre a été clôturée par un invité spécial qui a abordé le thème de l'écologie intégrale, en particulier sous l’angle du changement climatique. 

21 octobre 2019, 12:44