Recherche

Vatican News
Mgr P.R Gallagher s'exprimant lors de la 63e Conférence générale de l'AIEA Mgr P.R Gallagher s'exprimant lors de la 63e Conférence générale de l'AIEA 

Désarmement nucléaire : le Saint-Siège soutient l’activité de l’AIEA

S’exprimant lors de la 63e Conférence générale de l’AIEA, Mgr Paul Richard Gallagher, secrétaire pour les Relations avec les États a rappelé que le Saint-Siège soutient la participation de l’Agence au contrôle du désarmement de l’Iran ainsi que les efforts de la communauté internationale pour relancer les négociations sur le programme nucléaire de la Corée du Nord, qui «menace l’intégrité du régime de non-prolifération».

Le Saint-Siège réitère son «soutien» aux nombreuses activités de l’AIEA, l’Agence internationale pour l’énergie atomique, qui ont «renforcé la coopération internationale et contribué de manière significative à la prévention nucléaire et à la promotion du désarmement» : c’est ce qu’a affirmé hier à Vienne Mgr Paul Richard Gallagher dans son discours à la 63e Conférence générale de l’organisme international, portant par la même occasion, le salut du Pape à tous les participants.

Développement humain intégral

Les activités et les stratégies de l’Agence concourent à soutenir le «développement humain intégral, en promouvant la coopération technique dans les sciences nucléaires et leurs applications», ainsi que «l’utilisation pacifique des technologies nucléaires». Le prélat s’est arrêté en particulier sur le rôle de la science et de la technologie dans la «gestion de la création de Dieu». Les projets de coopération technique de l’AIEA dans les secteurs de la santé, de l’eau et de l’environnement, des changements climatiques, de la sécurité alimentaire et de l’agriculture de précision ont contribué «de manière significative à la réduction de la pauvreté et à la capacité des pays à atteindre leurs objectifs de façon durable».

Responsabilité humaine

Rappelant ce qu’affirmaient le Pape François et Benoît XVI, ainsi que les documents des Nations unies, le secrétaire pour les Relations avec les États a souligné la nécessité d’un dialogue et d’une coopération tout en gardant à l’esprit la place centrale de l’homme et en notant comment les progrès et les évolutions technologiques et scientifiques n’ont pas toujours été accompagnés par un «développement de l’être humain en matière de responsabilité, de valeurs et de conscience», ainsi que le fait déjà remarquer l’encyclique Laudato Si’.

Iran et Corée du Nord

Mgr Gallagher a donc rappelé la signature et la ratification du Traité sur l’interdiction des armes nucléaires par le Saint-Siège, qui, a-t-il pris soin de préciser, «soutient la participation de l’AIEA au travail de vérification et de contrôle des engagements de l’Iran dans le cadre du Plan d’action commune conjoint de 2015», alors que Téhéran n’a eu de cesse de montrer, ces dernières semaines, sa volonté de s’affranchir de certaines limites prévues par cet accord. Soutien également aux efforts «constants et patients» de la communauté internationale pour relancer les négociations sur le programme nucléaire de la Corée du Nord, qui «menace l’intégrité du régime de non-prolifération». Les garanties offertes par les actions de l’AIEA représentent, a-t-il ajouté, une contribution essentielle à la promotion de la paix, de la sécurité et de la confiance.

Les thérapies contre le cancer

Le secrétaire pour les Relations avec les États a enfin évoqué les stratégies de l’organisme de Vienne relatives au programme d’action sur les thérapies contre le cancer, pour l’engagement en faveur de programme spécialisés dans ce domaine, de radiothérapie et de formation, notamment auprès des États-membres les plus défavorisés.

17 septembre 2019, 14:57