Recherche

Vatican News

Les loisirs de la Garde Suisse pontificale

Le nouvel épisode de “#1506, la Garde Suisse se raconte” a pour thème les hobbies et passions des gardes suisses en dehors de leur service.

Eugenio Bonanata – Cité du Vatican

Que font les membres de la Garde Suisse pontificale dans les moments de temps libre? Ils pratiquent des activités sportives, ils visitent les monuments de Rome ou font une petite course à l’intérieur des Jardins du Vatican, et certains aiment se consacrer aussi à la lecture d’un livre. C’est un vrai privilège de pouvoir choisir un tel lieu pour les moments de loisir qui, parallèlement à leur prestigieuse mission, marquent la vie quotidienne de chaque membre de ce corps. C’est le thème de “Hobbies, passions”, l’épisode de juillet de la série “#1506, la Garde Suisse se raconte”, réalisée par Vatican Media et le Bureau de la Communication, sous l’égide du Dicastère pour la Communication.

La vidéo montre comment les différentes activités se déroulent dans le gymnase situé à l’intérieur de la caserne, près de la Porte Sainte-Anne. La structure offre des espaces et des services de différents types : la bibliothèque, la laverie et la cantine, gérés par cinq sœurs albertines.

La forme physique

Dans l’aire fitness sont disponibles différentes machines pour se maintenir en forme, une condition nécessaire pour un service quotidien qui requiert de rester de nombreuses heures debout. En particulier, il est fondamental de trouver une posture correcte. Et pour le faire, il faut donc une préparation physique concentrée surtout sur l’abdomen et sur la zone lombaire.

Le gymnase compte aussi un espace dédié aux sports d’équipe, avec une petite salle où l’on pratique le basket, l’unihockey (une version en salle du hockey sur glace), et le football. Il faut d’ailleurs que l’équipe de la Garde suisse, le FC Guardia, participe chaque année aux championnats du Vatican. Plusieurs gardes suisses sont aussi membres de l’Athletica Vaticana, composée d’une soixantaine de sportifs sélectionnés parmi les employés du Saint-Siège.

La fanfare de la Garde suisse

Un autre front concerne la musique. Les passionnés du genre peuvent apprendre à jouer d’un instrument à vent, en suivant l’approche des écoles helvétiques. Pour les plus talentueux qui sont déjà formés, il est possible d’entrer dans la fanfare de la Garde, qui accompagne différentes occasions festives. Les gardes jouent par exemple lorsque le Pape visite la crèche de la Place Saint-Pierre, chaque 31 décembre, au terme de la prière du Te Deum. Un autre moment clé est la cérémonie de prestation de serment de la Garde suisse, chaque 6 mai, qui donne généralement lieu à une semaine de formation, sous la responsabilité d’un professeur venant de Suisse.

Les voyages

Dans leur temps libre, de nombreux gardes suisses se consacrent aussi à la découverte des beautés de la ville de Rome. Par ailleurs, en fonction de la compatibilité avec leurs engagements de service, la Garde suisse organise des voyages de deux ou trois jours sur le territoire italien et européen, avec un sens spirituel et culturel. Dans le passé, il y a eu des voyages en Pologne sur les traces de saint Jean-Paul II, ou en Allemagne, dans la terre de Benoît XVI. Cette année, début juillet, trois groupes d’une trentaine de personnes se sont rendus à tour de rôle à Strasbourg pour visiter le siège du Parlement européen. Cette visite a été suivie d’une étape en Allemagne, au parc d’attractions Europa-Park.

23 juillet 2019, 18:29