Recherche

Vatican News
Le cimetière teutonique au Vatican. Le cimetière teutonique au Vatican. 

Affaire Emanuela Orlandi: deux tombes du cimetière teutonique seront ouvertes le 11 juillet

La Salle de Presse du Saint-Siège a diffusé une note ce mardi, concernant l’ouverture de deux tombes du cimetière teutonique.

L’affaire Emanuela Orlandi, du nom de la fille d’un employé du Vatican, portée disparue depuis le 22 juin 1983, continue à susciter de nombreuses interrogations en Italie.

Dans une déclaration publiée ce midi, le directeur par intérim de la Salle de Presse du Saint-Siège, Alessandro Gisotti, a fait savoir que deux tombes du cimetière teutonique, situé près des Jardins du Vatican, seront ouvertes le jeudi 11 juillet dans le cadre d’une opération supervisée par la Gendarmerie vaticane. Cette opération s’intègre dans le cadre des dossiers ouverts à suite d’une plainte de la famille d’Emmanuela Orlandi, qui avait signalé une possible dissimulation de son cadavre dans le petit cimetière situé à l’intérieur du territoire de l’État de la Cité du Vatican.

Cette opération d’ouverture des tombes sera menée en présence de représentants de la famille d’Emanuela Orlandi mais aussi de proches des personnes ensevelies dans les tombes concernées. Elle impliquera des ouvriers de la Fabrique de Saint-Pierre et des employés du COS, le Centre opérationnel de sécurité de la Gendarmerie vaticane, pour les opérations de démolition et de reconstruction des tombes et pour la documentation de ces opérations.

Cette décision a été prise après une phase d’enquêtes menée par le Bureau du Promoteur de Justice, avec l’aide de la Gendarmerie vaticane. Pour des raisons juridiques, l’autorité enquêtrice vaticane n’as pas de juridiction pour mener des enquêtes sur la disparition d’Emanuela Orlandi, survenue en territoire italien. Cette initiative vaticane concerne donc seulement une éventuelle sépulture du corps d’Emanuela Orlandi au sein du territoire de l’État de la Cité du Vatican.

L’opération qui sera menée le 11 juillet n’est que la première phase d’une série de vérifications, qui permettront notamment de contrôler la datation et l’ADN des ossements qui seront alors exhumés.

02 juillet 2019, 13:00