Recherche

Vatican News
Le directeur de la Salle de Presse du Saint-Siège, Alessandro Gisotti. Le directeur de la Salle de Presse du Saint-Siège, Alessandro Gisotti. 

La réaction officielle du Saint-Siège à la condamnation du cardinal Pell

En fin de matinée ce mardi 26 février 2019, le directeur par intérim de la Salle de Presse du Saint-Siège a réagi à la condamnation du cardinal australien George Pell pour abus sexuels sur mineurs.

Le cardinal australien George Pell, préfet depuis 2014 du Secrétariat pour l’Économie du Vatican mais en congé de cette responsabilité depuis 2017 en raison de la procédure judiciaire le visant dans son pays, a été reconnu coupable d'agression sexuelle sur deux mineurs âgés de 12 et 13 ans au moment des faits dans les années 1990. Durant cette période, il avait d'abord été évêque auxiliaire de Melbourne, avant de devenir archevêque de cette ville le 16 août 1996.

Ce verdict avait été énoncé en décembre, mais le tribunal de Melbourne avait émis une ordonnance interdisant la publication d’informations sur le procès. Il n'a donc été rendu public qu'aujourd'hui. Le cardinal se déclare innocent, et son avocat a annoncé son intention de faire appel.

Le président de l'épiscopat australien, Mgr Mark Coleridge, a déclaré que la condamnation du cardinal Pell pour agression sexuelle sur mineurs choquait non seulement l’Australie, et le monde, mais également les évêques australiens. Les prélats affirment que tous doivent être égaux devant la loi, et disent respecter le système juridique de leur pays. Ils se disent convaincus que la justice qui a prononcé le verdict saura prendre en considération l’appel formulé par la défense. «Notre espoir, maintenant, c’est que justice soit faite à travers ce procès» déclarent les évêques qui assurent aussi vouloir prier pour tous ceux ont subi des violences et pour leurs proches. Ils s’engagent à faire tout leur possible afin que l’Église soit un lieu sûr pour tout le monde, à commencer par les plus jeunes et les plus vulnérables.

Déclaration d'Alessandro Gisotti

Vers 11h30, le directeur par intérim de la Salle de Presse du Saint-Siège, Alessandro Gisotti, a prononcé cette déclaration : «Le Saint-Siège s’unit à ce qui a été déclaré par le président de la conférence épiscopale australienne dans le fait de prendre acte de la sentence de condamnation en première instance vis-à-vis du cardinal George Pell. Une nouvelle douloureuse qui, nous en sommes bien conscients, a choqué de très nombreuses personnes, pas seulement en Australie. Comme cela a déjà été affirmé en d’autres occasions, nous rappelons notre respect maximal pour les autorités judiciaires australiennes. Au nom de ce respect, nous attendons maintenant le résultat du procès en appel, en rappelant que le cardinal Pell a réaffirmé son innocence et a le droit de se défendre jusqu’au dernier degré.

En attente du jugement définitif, nous nous unissons aux évêques australiens dans la prière pour toutes les victimes d’abus, en rappelant notre engagement à faire tout ce qui est possible pour que l’Église soit une maison sûre pour tous, spécialement pour les enfants et les plus vulnérables. Pour garantir le cours de la justice, le Saint-Père a confirmé les mesures conservatoires déjà prises vis-à-vis du cardinal George Pell par l’ordinaire du lieu au retour du cardinal Pell en Australie. C’est-à-dire que, dans l’attente de la vérification définitive des faits, il est interdit à titre conservatoire au cardinal Pell d’exercer publiquement son ministère, et, comme c’est la norme, d’avoir un contact sous quelque forme que ce soit avec des mineurs.»

Ce mercredi matin, 27 février 2019, le directeur par intérim de la Salle de Presse du Saint-Siège, Alessandro Gisotti, a confirmé que le cardinal George Pell n’était plus le préfet du Secrétariat pour l’Économie du Saint-Siège. Son mandat théorique de cinq ans était arrivé à échéance le 24 février. Depuis son retour en Australie durant l’été 2017, le cardinal Pell était en congé et n’exerçait plus réellement cette fonction, bien qu’il soit resté, nominalement, à la tête de ce dicastère.

Alessandro Gisotti a par ailleurs précisé que, après cette condamnation civile, la Congrégation pour la Doctrine de la Foi allait maintenant traiter cette affaire selon les modes et les temps établis par le droit canonique.

 

26 février 2019, 12:00